Alimentation du basilic et caractéristiques

26 décembre, 2019
Découvrez-en plus sur ce curieux animal.
 

Les yeux jaunes et pénétrants qui se détachent sur sa merveilleuse peau vert émeraude font du basilic à plumes ou basilic vert une créature à la fois crainte et vénérée. Il s’agit sans aucun doute de l’une des grandes énigmes naturelles de la jungle tropicale. Nous allons, à travers cet article, vous parler de l’alimentation du basilic et de ses caractéristiques.

La morphologie du basilic nous rappelle celle d’un dragon. La beauté de cet animal entretient la légende de la bête reptilienne imaginaire dont il a tiré son nom, et même la croyance selon laquelle un seul regard de sa part pourrait vous changer en pierre. Il a toujours été respecté au fil des siècles et, encore aujourd’hui, certains indiens natifs croient que le basilic moderne possède des pouvoirs fantastiques.

Beautés brillantes

Le basilic vert ou à double crête (Basiliscus plumifrons) doit son nom au mot grec basiliskos, qui signifie « petit roi ». Ce nom fait référence à la crête de sa tête qui ressemble à une couronne. Cette espèce est assurément la plus belle parmi les quatre qui sont connues.

Il affiche d’intenses couleurs vert électrique, typiquement mouchetées de petites taches blanches, jaunes ou bleues. Le mâle Basiliscus plumifrons impressionne, avec sa double crête sur la tête, sa voilure vertébrale qui s’étend tout le long de son corps et sa queue. Son aspect unique lui a d’ailleurs donné une place très importante dans la culture populaire.

La femelle est beaucoup moins impressionnante au niveau de sa forme; elle a une crête beaucoup plus petite – et parfois absente – sur la tête et une crête vertébrale modeste. De taille moyenne, le basilic peut mesurer de 24 à 30 pouces une fois adulte ; la queue occupe d’ailleurs les deux tiers de son corps.

 

L’agilité, son trait distinctif

Les basilics sont agiles et « équipés » de longs doigts aux ongles aiguisés qui leur permettent de grimper rapidement aux arbres. Les doigts postérieurs sont recouverts de petites écailles. Cette particularité lui permet d’avoir une plus large surface de contact avec l’eau et même de courir dessus.

La capacité de courir sur l’eau est un trait notoire chez les basilics. Cependant, on a aussi observé cette particularité chez des espèces à l’évolution convergente, comme les agames voiliers faisant partie du genre Hydrosaurus. En anglais, cette formidable capacité leur a valu le nom de lézard Jésus-Christ.

Un basilic sur un arbre

Habitat naturel et reproduction

Les membres du genre Basiliscus se trouvent en Amérique Centrale, du sud du Mexique au nord de l’Amérique du Sud. On retrouve plus particulièrement le basilic à double crête dans la zone s’étendant du Guatemala au Costa Rica.

On peut généralement le voir le long des grandes voies fluviales et des criques bordées de forêts luxuriantes. C’est là que vit la majorité des basilics. Même si l’on peut le trouver sur la cime d’un arbre à plus de 50 pieds, le basilic reste généralement près de l’eau pour chasser ou pour s’échapper en cas de danger.

 

Les femelles en gestation creusent un trou peu profond où elles déposent jusqu’à 20 œufs. La mère laisse les œufs sans surveillance et les bébés naissent avec la capacité de courir, d’escalader et de nager.

L’alimentation du basilic en milieu sauvage

Les aliments retrouvés dans les estomacs des basilics sauvages sont extrêmement divers: ils incluent des poissons, des grenouilles, des lézards et des oiseaux. L’alimentation du basilic se compose aussi d’invertébrés, comme des crevettes, des fourmis, des scarabées, des mouches, des sauterelles, des criquets, des grillons et des écrevisses.

Quant à la nourriture végétale, on a pu découvrir que le basilic mangeait des graines, des fruits, des baies et des feuilles. Nous pouvons donc affirmer que le basilic vert est omnivore.

Un basilic qui mange un ver

L’alimentation du basilic en captivité

En captivité, l’alimentation du basilic se compose principalement d’insectes vivants. Ce régime est généralement haut en protéines et relativement facile à digérer. On sait que les grillons marrons sont les insectes les mieux acceptés par le basilic, mais il est aussi possible de lui donner des grillons noirs, des blattes Dubia ou des sauterelles.

 

Parfois, pour varier un peu l’alimentation du basilic, on peut lui offrir d’autres insectes comme les vers de farines, les vers de cire ou les larves de mouche déshydratées, connues sous le nom de calciworms. 

Le vivier doit être arrosé d’eau tous les matins pour fournir une bonne hydratation et s’apparenter à un environnement tropical. On peut également introduire un récipient d’eau en tant que source d’eau douce.

Les compléments dans l’alimentation du basilic

Pour fournir une alimentation optimale aux basilics verts et leur garantir la meilleure santé possible, il est nécessaire de leur donner des compléments diététiques sous forme de calcium, de vitamines et de minéraux. Ils sont généralement disponibles en poudre.

Le calcium doit venir compléter l’alimentation du basilic de façon quotidienne et être saupoudré directement sur sa nourriture. Les vitamines peuvent être ajoutées quotidiennement pour les jeunes basilics mais les adultes n’en auront besoin que tous les deux jours.

N’importe quel aliment vivant pour le basilic doit être fourni avec de la nourriture pour insectes. Cela implique d’offrir une alimentation riche en nutriments aux insectes avant de les donner à manger au basilic. Certains fournisseurs donnent cet aliment vivant déjà « chargé » de nutriments au reptile.

 

 
  • Hsieh, S. T. (2003). Three-dimensional hindlimb kinematics of water running in the plumed basilisk lizard (Basiliscus plumifrons). Journal of Experimental Biology, 206(23), 4363-4377.
  • Lattanzio, M. S., & LaDuke, T. C. (2012). Habitat use and activity budgets of emerald basilisks (Basiliscus plumifrons) in northeast Costa Rica. Copeia, 2012(3), 465-471.
  • Campos, L. D. A. (2016). Reptiles de la cuenca del río Unión, Valle de El General, Costa Rica. Research Journal of the Costa Rican Distance Education University (ISSN: 1659-4266), 8(2), 127-129.
  • Macip-Ríos, R., & Muñoz-Alonso, A. (2008). Diversidad de lagartijas en cafetales y bosque primario en el Soconusco chiapaneco. Revista mexicana de biodiversidad, 79(1), 185-195.