Lithoredo abatanica, le mollusque qui peut changer le cours d'une rivière

16 mars, 2020
Une équipe de recherche biologique américaine a découvert une nouvelle espèce - apparentée aux vers de bateau - en creusant des rochers dans le lit de la rivière Abatan sur l'île de Bohol, aux Philippines. Mais comment fonctionne son mécanisme intestinal ? Comment peut-il obtenir des nutriments à partir de la pierre elle-même ?
 

Le Lithoredo abatanica est un curieux mollusque d’eau douce au régime alimentaire très particulier. Unique au monde, cet animal consommerait du calcaire et excréterait du grès. Cependant, comment fonctionne son mécanisme intestinal ? Comment peut-il obtenir des nutriments à partir de la pierre même ?

Lithoredo abatanica est considéré comme un membre du groupe des tarets, ou vers à bateaux. Jusqu’à présent, les espèces connues sous le nom de « vers de bateau » étaient décrites comme des mangeurs de bois.

Il est intéressant de noter que ces vers accomplissent tout ou partie de leur cycle de vie dans des tunnels qu’ils creusent dans le bois. Ainsi, les experts ont déterminé que la plupart des espèces utilisent le bois comme principale source de nutrition.

Les vers de navire sont décrits dans la littérature depuis le IVe siècle avant J.-C. et sont considérés comme le « cauchemar » des marins. Même aujourd’hui, en raison de leur habitude de forer dans le bois, ils peuvent causer des dommages importants aux bateaux et aux quais.

Lithoredo abatanica, ne mange pas de bois mais de la pierre à chaux

Contrairement aux vers de mer, ses proches parents, le Lithoredo abatanica habite en eau douce. Sa présence dans le lit de la rivière Abatan aux Philippines a été signalée très récemment.

Ils diffèrent également de leurs parents en ce qu’ils ne s’enfouissent pas dans le bois mais dans des roches calcaires. Après avoir ingéré la pierre, qui s’accumule dans les entrailles de l’animal, elle est pulvérisée puis excrétée sous forme de sable à grain fin.

 
Le Lithoredo abatanica

Les caractéristiques de ce « ver de roche » sont si exceptionnelles que les chercheurs ont dû le reconnaître non seulement comme une nouvelle espèce, mais aussi comme un nouveau genre au sein de la famille des Teredinidae.

La stratégie du Lithoredo qui consiste à creuser dans la roche par ingestion représente un mécanisme surprenant, unique jusqu’à présent dans le règne animal.

Les vers de bateau, un nom trompeur

Malgré leur nom, les vers de bateau ne sont pas vraiment des vers. Ce sont des mollusques, un type de bivalve de la famille des Teredinidae, un groupe qui comprend plusieurs palourdes. Ces créatures ont une très petite coquille à une extrémité de leur long corps en forme de ver.

La coquille de ce mollusque n’offre aucune protection au corps allongé de l’animal. La paire de minuscules coquilles a plutôt évolué en un outil avec lequel l’animal gratte le substrat qu’il ingère.

L’outil de creusement de l’animal a été adapté pour couper le calcaire, sous la forme de dizaines de petites dents. Cela déclenche le processus de broyage des morceaux de pierre que ces vers ingèrent.

 
Le Lithoredo abatanica sur de la roche

Une famille qui mange en bonne compagnie

  1. L. abatanica est apparenté à un autre Teredinidae, le Kuphus polythalamia : une grande créature -155 centimètres- qui vit dans la boue. Cet animal a été trouvé à trois mètres de profondeur dans la mer aux Philippines.
  2. K. polythalamia habite un endroit plutôt puant. La boue, qui est riche en matière organique, émet des quantités importantes de sulfure d’hydrogène, un gaz dérivé du soufre.

La stratégie alimentaire de K. polythalamia consiste donc à utiliser des bactéries bénéfiques – les endosymbionts – vivant dans ses branchies, pour obtenir sa nutrition. Ces bactéries oxydent le soufre et produisent des composés qui nourrissent le ver.

Quel est l’intérêt de manger du calcaire ?

Les chercheurs ne croient pas que les vers se nourrissent de la roche. Les experts pensent plutôt que ces mollusques pourraient se nourrir grâce à une relation symbiotique avec certaines bactéries.

Il se peut que des bactéries uniques vivant dans leurs branchies ou dans les siphons par lesquels le grès est excrété, leur fournissent des produits de leur métabolisme dont le ver peut tirer profit.

 

Les experts soulignent également que les particules rocheuses dans leurs entrailles peuvent aider à broyer des choses comme le krill, comme le gésier d’un oiseau.

 

Lithoredo abatanica, les maçons de l’écosystème fluvial

L’habitude de fouiller de L. abatanica peut jouer un rôle important dans le modelage de l’écosystème fluvial en créant de nouveaux habitats. Dans le cas des vers de bateau, il est reconnu que le labyrinthe de tunnels creusés par ces créatures offre un abri aux poissons et à de nombreux invertébrés marins.

À cet égard, l’impact écologique de L. abatanica est cohérent avec celui des autres térédinoïdes, comme le démontrent deux facteurs :

  • La colonisation importante du substratum rocheux : plusieurs taxons d’invertébrés ont été trouvés dans le réseau complexe de terriers construits.
  • La forte fragmentation de ce matériau de calcite qui s’est répandu sur la rive de la rivière Abatan.

Ainsi, la présence de L. abatanica augmente la complexité de l’habitat pour une variété d’espèces. En outre, il modifie probablement le cours de la rivière Abatan.

Les secrets de la nature à révéler

Il reste encore beaucoup de mystères à résoudre en ce qui concerne la physiologie de ce nouveau groupe de Teredinidae. Tout d’abord, l’étude de leurs habitudes écologiques pourrait nous en apprendre beaucoup sur la façon dont les autres organismes de leur environnement dépendent des petites cryptes que ce ver fournit.

Comme les terriers rocheux peuvent être préservés pendant des millions d’années, leur importance pourrait être énorme. La compréhension de ces bâtisseurs modernes peut éclairer l’évolution de l’écosystème fluvial.

 

Enfin, savoir s’il existe un microbiote, colonisé par L. abatanica, spécialisé dans la digestion de la roche peut avoir d’énormes applications biotechnologiques. Ces connaissances pourraient constituer une nouvelle source de produits d’application qui favoriseront le développement économique.

 

  • Reuben Shipway, J., Altamia, M.A., Rosenberg, G., Concepcion, G., P., Haygood, M., G., Distel, D., L., (2019). A rock-boring and rock-ingesting freshwater bivalve (shipworm) from the Philippines Proc. R. Soc. B 286 (1905)
  • Distel, D. L., Altamia, M. A., Lin, Z., Shipway, J. R., Han, A., Forteza, I., … & Albano, J. (2017). Discovery of chemoautotrophic symbiosis in the giant shipworm Kuphus polythalamia (Bivalvia: Teredinidae) extends wooden-steps theory. Proceedings of the National Academy of Sciences, 114(18), E3652-E3658.
  • Altamia, M. A., Shipway, J. R., Concepcion, G. P., Haygood, M. G., & Distel, D. L. (2018). Thiosocius teredinicola gen. nov., sp. nov., a sulfur-oxidizing chemolithoautotrophic endosymbiont cultivated from the gills of the giant shipworm, Kuphus polythalamius. International journal of systematic and evolutionary microbiology, 69(3), 638-644.
  • Guerrero, R y Berlanga, M. (2007) La segunda Edad de Oro de la microbiología: de The Microbial World a Microbe. Sociedad Española de Microbiologia 43: 18-25