L’importance du krill dans les écosystèmes océaniques

12 novembre 2019
Le krill est la "pierre angulaire" de l'écosystème océanique. Il s'agit de l'un des crustacés les plus abondants du monde et qui constitue la principale alimentation de nombreux animaux tels que les phoques, les baleines, les poissons, les calmars, les pingouins et autres oiseaux marins.

On parle de krill pour désigner près de 86 espèces de crustacés qui vivent dans les écosystèmes océaniques. Ils sont connus sous le nom d’euphasiques et font partie du zooplancton qui consomme directement le phytoplancton marin.

Parmi ces espèces, les plus connues -parce qu’elles sont sujettes à la pêche commerciale- sont le krill antarctique. Mais aussi celui du Pacifique et celui du Nord. Elles correspondent principalement aux espèces Euphausia superba, Euphausia pacifica et Meganyctiphanes norvegica. 

Les euphasides du krill mesurent, à l’âge adulte, entre 5 et 12 centimètres de long. Au stade précoce, les formes larvaires du krill sont généralement considérées comme faisant partie du zooplancton marin.

La force du krill dans les écosystèmes océaniques

L’une des caractéristiques du krill, peut-être la plus importante en termes écologiques, est sa nature grégaire. Au fur et à mesure que ces crustacés atteignent leur forme adulte, ils commencent à se regrouper en gigantesques bancs ou essaims.

Un essaim de krills

L’étendue de ces concentrations peut varier considérablement. Des bancs allant de quelques mètres carrés à 300 kilomètres carrés de superficie ont été enregistrés. Sans compter les bactéries, les essaims qui s’étendent sur des kilomètres dans toutes les directions représentent la biomasse la plus grande de la planète.

Quelle est l’importance de la biomasse du krill dans les écosystèmes océaniques ?

Rappelons-nous qu’une chaîne alimentaire est un réseau linéaire de maillons qui commence avec des organismes producteurs ou autotrophes. C’est le cas, par exemple, des espèces de phytoplancton marin avec de la chlorophylle, qui utilisent la radiation du soleil pour produire leur nourriture.

La chaîne progresse à mesure que les organismes autotrophes deviennent la nourriture d’organismes herbivores. C’est le cas du phytoplancton qui sert d’aliment au krill. Ce nouveau maillon, à son tour, sert de nourriture à d’autres êtres vivants. Jusqu’à arriver aux espèces prédatrices comme un lion, un ours ou l’Homme.

Finalement, la chaîne s’achève avec la participation d’espèces détritivores qui dégradent les déchets organiques. Certaines d’entre elles sont les vers de terre. A la fin de la chaîne, il y a également des espèces décomposées -le microbiome- qui comprennent les champignons ou les bactéries.

Les chaînes alimentaires relient inévitablement tous les organismes vivants à travers les aliments que nous consommons. Chaque niveau d’une chaîne alimentaire représente un niveau trophique différent.

Abondance et distribution

Comme nous l’avons souligné plus haut, la biomasse du krill est certainement la plus grande parmi toutes les espèces animales multicellulaires de la planète. Ainsi, les experts pensent que le krill dans les écosystèmes océaniques représente les animaux les plus abondants et productifs de la Terre.

Par ailleurs, le krill est exclusivement marin et se trouve à travers tous les océans du monde, généralement jusqu’à une profondeur de 200 mètres. Son gradient de distribution est souvent en lien avec les caractéristiques thermiques des colonnes d’eau.

De plus, sa présence est également en lien avec d’autres particularités de l’écosystème océanique, comme peuvent l’être les zones d’affleurement. Il s’agit de l’ascension de masses d’eau profondes -riches en minéraux et en nutriments- provenant de la zone abyssale de l’océan jusqu’à la surface de la mer.

Un krill dans les profondeurs de l'océan

Le krill a la capacité de se déplacer verticalement sur de grandes distances. La plupart du temps, les essaims de krill restent immergés dans l’eau pendant la journée. Et ils ne font surface que la nuit.

Fondamentalement, pour se nourrir, de nombreuses espèces réalisent des migrations verticales quotidiennes importantes, se déplaçant souvent déjà de plus de 200 mètres pendant la nuit. On ne sait pas pourquoi on voit parfois des essaims de krill à la surface de l’eau à la lumière du jour.

Les experts espèrent que les informations détaillés de leurs déplacements verticaux quotidiens pourront apporter des données afin de mieux comprendre leur rôle dans les cycles biologiques de l’écosystème océanique.

L’importance économique du krill dans les écosystèmes océaniques

Le krill constitue une réserve d’un nombre inconsidérable d’oligo-éléments, de vitamines A, de plusieurs vitamines du complexe B ainsi que des acides gras essentiels. La pâte de krill, ou des composants dérivés du krill, peut s’utiliser comme alimentation animale. Ou dans les régimes thérapeutiques pour les êtres humains.

Leur importance majeure est écologique. En effet, le krill fait partie intégrante de l’alimentation de nombreux animaux. Il s’agit de la nourriture des baleines, des phoques, d’innombrables espèces de poissons, d’oiseaux et, dans une moindre mesure, de l’être humain.

Ainsi, tout facteur qui entraîne un déclin de la population de krill peut avoir un effet profond sur l’écosystème océaniquePar exemple, la diminution d’espèces de phytoplancton consommées par le krill peut entraîner un déclin de la population d’autres espèces marines qui se nourrissent de krill. Ou indirectement d’autres espèces au sein de la même chaîne alimentaire.

 

  • Knox, G. A. (1984). The key role of krill in the ecosystem of the Southern Ocean with special reference to the Convention on the Conservation of Antarctic Marine Living Resources. Ocean Management, 9(1-2), 113-156.
  • Lehette, P. (2012). Biomasa, distribución y metabolismo del zooplancton en aguas de la Península Antártica. UNIVERSIDAD DE LAS PALMAS DE GRAN CANARIA. Programa de doctorado en Oceanografía
  • Nogueira, E., Batleb, J. M., Cabala, J., González-Nuevoa, G., Revillaa, R., Álvareza, E., & Buenoa, J. (2008). Accumulation of northern krill (Meganyctiphanes norvegica) in a convergence zone at the Cap Breton Canyon (southern Bay of Biscay). Revista de Investigacion Marina, 3, 225-226.