Tout sur l’épilepsie chez les chiens

· 8 janvier 2018

L’épilepsie est un traumatisme cérébral qui fait que le chien a de manière soudaine des pertes de contrôle et des crises physiques récurrentes, avec ou sans perte de conscience. Cela arrive parfois de manière inconnue ou pour des raisons idiopathiques ou génétiques.

L’épilepsie idiopathique se caractérise par des lésions structurelles du cerveau et elle est plus probable chez les males. Si elle n’est pas traitée, les crises peuvent devenir plus graves et plus récurrentes.

Quels sont les symptômes de l’épilepsie chez les chiens ?

un chien blanc est allongé sur le côté, inconscient

Un chien qui souffre d’épilepsie a des convulsions. Quand cela arrive, il peut paraître abasourdi, il peut se cacher ou chercher l’attention. Au moment de la convulsion, votre chien va tomber sur le côté, il deviendra rigide, salivera intensément, urinera, déféquera ou encore poussera des cris. Ces convulsions durent en général entre 30 et 90 secondes.

Les convulsions arrivent généralement la nuit ou à l’aube pendant que l’animal se repose ou dort. La majorité des chiens se sentent mieux au moment où ils sont emmenés chez le vétérinaire pour faire un examen.

Après les convulsions, votre chien se sentira perdu et désorienté. Il se peut qu’il marche en faisant des cercles ou en se cognant aux objets. Vous pouvez aussi le retrouver avec de la bave sur le menton et même des saignements dans la bouche s’il s’est mordu tout seul.

Vous pouvez essayer de cacher les traces de la crise mais cela n’accentuera que sa soif et sa faim. La récupération après les convulsions peut être immédiate ou durer jusqu’à 24 heures.

Lors d’une crise focale, l’activité électrique anormale arrive dans une seule partie du cerveau. Les convulsions focales peuvent provoquer des mouvements inhabituels dans une extrémité ou une partie spécifique du corps. Parfois, cela ne dure que quelques secondes. Ces convulsions peuvent aussi commencer focales et par la suite devenir généralisées.

Les chiens épileptiques peuvent avoir des convulsions à intervals réguliers de une à quatre semaines. Cela arrive particulièrement chez les races de chiens de grande taille.

L’épilepsie à différents âges

Plus le chien est jeune, plus les convulsions seront graves. En revanche, si les premières convulsions se manifestent avant 2 ans, le traitement médical sera très efficace.

Dans le cas où votre chien a une attaque épileptique, premièrement, essayez de le garder le plus calme possible. Si votre chien se trouve proche d’un objet pouvant le blesser comme un meuble ou des escaliers, tentez de le déplacer.

Restez toujours éloigné(e) de la bouche et de la tête du chien. Ne mettez absolument rien dans la bouche de votre animal. Si la convulsion dure plus de quelques minutes, votre chien risque d’élever sa température. Allumez donc un ventilateur et mettez de l’eau froide sur ses pattes, parlez-lui à voix basse et touchez-le doucement. Enfin, appelez le vétérinaire quand les convulsions sont enfin terminées.

L’épilepsie peut aussi être due à des problèmes génétiques. C’est le cas chez beaucoup de races de chiens. Il existe divers gênes récessifs chez les chiens de montagne de Bernese et les Labrador Retriever. On trouve aussi des situations similaires chez les Vizsla, les Wolfhound Irlandais, les Springer Spaniel Anglais et les Spitz finlandais.

Les premières caractéristiques associées à l’épilepsie génétique se manifestent en général entre 10 mois et 3 ans.

D’autre part, les races de chiens les plus susceptibles à l’épilepsie idiopathique sont les Beagle, les Keeshond, les Tervuren Belges, les Golden Retriever, les Labrador Retriever, les Vizsla et les Berger du Shetland.

Traitement

un golden retriever est dans les bras d'un homme

Les deux facteurs les plus importants pour le diagnostique de l’épilepsie idiopathique sont l’âge de début des symptômes et la catégorie de convulsions (type et fréquence).

En général, une partie du traitement est ambulatoire. Il est recommandé que le chien n’essaye pas de nager pour éviter l’étouffement accidentel. La majorité des chiens prenant des médicaments anti-convulsifs sur le long-terme souffrent de surpoids. Ainsi, il est important de contrôler le poids de votre animal et de consulter un vétérinaire sur le plan diététique.

Il est important de contrôler les niveaux thérapeutiques des médicaments dans le sang. Par exemple, les chiens traités avec des phénobarbitals doivent être suivis après le début du traitement, pendant la seconde et la quatrième semaine. Il est aussi recommandé de faire un contrôle sanguin tous les 6 ou 12 mois.

L’épilepsie ne peut pas être prévisible. Ainsi, si votre chien souffre de cette maladie, il est nécessaire que vous contrôliez ses convulsions et que vous tentiez d’éviter les aliments salés chez les chiens adultes qui sont traités avec du bromure de potassium car cela peut mener à des convulsions et à des insuffisances rénales.