La résistance aux antibiotiques du bétail

· 27 février 2019
La mauvaise utilisation que l'homme a fait des antibiotiques a provoqué une résistance à ces derniers, aussi bien chez l'homme, donc, que chez l'animal.

La résistance aux antibiotiques est un problème qui devient de plus en plus inquiétant au niveau sanitaire. C’est la raison pour laquelle elle est considérée comme un enjeu majeur en termes de santé publique.

Qu’est-ce que la résistance aux antibiotiques ?

Pour comprendre ce problème, nous devons comprendre que les antibiotiques sont produits naturellement par de nombreuses bactéries. Ils constituent donc une arme utilisée par de nombreuses espèces de micro-organismes. Tout comme il existe des moyens de défense, c’est le cas de la résistance aux antibiotiques.

L’introduction d’antibiotiques en tant que médicaments en médecine humaine au cours de la Seconde Guerre mondiale a déclenché la quantité de substances antibiotiques auxquelles les bactéries doivent faire face. Ce qui a entraîné une sélection naturelle brutale.

Initialement, les antibiotiques tuent les bactéries. L’utilisation de doses correctes dans le cadre de la maladie à traiter permet d’éliminer pratiquement 100% de la population bactérienne. Cependant, des erreurs dans le traitement peuvent entraîner la survie d’un pourcentage de bactéries présentant une résistance plus ou moins grande aux antibiotiques.

résistance aux antibiotiques

C’est-à-dire qu’en donnant de mauvais traitements antibiotiques, nous encourageons les bactéries résistantes à survivre. Ces bactéries peuvent transmettre les gènes qui les aident à résister aux médicaments. Ainsi, une succession de traitements erronés successifs peuvent renforcer cette protection. Cela donne naissance à des bactéries multi-résistantes.

La résistance aux antibiotiques chez le vétérinaire

La santé humaine a joué un rôle essentiel dans la diffusion de la résistance aux antibiotiques. Cela permet de traiter les maladies virales avec des antibiotiques alors qu’elles sont destinées à des maladies bactériennes. Cela permet aussi de ne pas respecter les directives ou d’utiliser de vieilles pilules d’autres traitements. Ce sont des pratiques qui ont encouragé le développement de la résistance aux antibiotiques.

Cependant, il est vrai que la résistance aux antibiotiques trouve aussi son origine dans la médecine vétérinaire. On la retrouve chez les animaux de compagnie, en particulier chez les animaux d’élevage. En effet, certaines industries administrent habituellement une antibiothérapie à l’ensemble du cheptel à titre préventif.

Comment lutter contre la résistance aux antibiotiques ?

De nombreux outils de défense ont été mis en place. Et ce aussi bien au niveau de la santé humaine que de la santé vétérinaire au moment de la lutte contre la résistance aux antibiotiques.

résistance aux antibiotiques

On essaie ainsi d’amener la médecine humaine et vétérinaire à une utilisation plus rationnelle des antibiotiques. Ceci se fait par le biais d’une collaboration entre les vétérinaires et les médecins. Premièrement, il est essentiel de surveiller l’utilisation de ces médicaments en médecine humaine et en santé animale. Enfin, il faut surveiller l’émergence d’une résistance anti-microbiens.

Par ailleurs, des organisations telles que l’OMS appellent à identifier les antibiotiques essentiels. Ceux qui sont importants pour traiter les bactéries multi-résistantes. De plus, il faut limiter leur utilisation quand ils ne sont pas strictement nécessaires.

Le contrôle de ces résistances se fait sur plusieurs fronts. Réseaux de laboratoires, promotion des tests d’identification, diagnostic et sensibilité ou création de guides de bonnes pratiques. L’amélioration des mesures d’hygiène et de bio-sécurité permettrait de réduire le nombre d’infections. De plus, elle permettrait d’optimiser l’utilisation des antibiotiques.

C’est pourquoi la tâche du grand public consiste à veiller à une utilisation responsable des antibiotiques et à respecter les directives des médecins lorsqu’ils prescrivent des traitements, ainsi que celles des vétérinaires lors du traitement des animaux de compagnie. Et surtout, ne tombez pas dans des pseudo-sciences telles que l’homéopathie, qui ne provoquent pas de résistance par manque d’effets.