Les parasites unicellulaires existent-ils ?

20 juin, 2020
Les parasites unicellulaires sont l'un des principaux sujets de recherche de la médecine vétérinaire. Dans cet article, nous vous présentons quelques-unes des espèces les plus abondantes.
 

Le concept de parasite s’associe généralement aux puces, aux poux ou aux tiques, mais il existe en réalité des parasites beaucoup plus petits. Alors, existe-t-il des parasites unicellulaires ? Oui, et ils sont beaucoup plus abondants que vous ne le pensez.

Le royaume des protozoaires, la quintessence des parasites unicellulaires

Les protozoaires sont des organismes microscopiques. Ils se constituent d’une seule cellule et, en d’innombrables occasions, ils sont introduits dans des organismes de nature supérieure afin d’en vivre, comme les parasites. Les protozoaires suivants sont relativement courants chez les animaux domestiques.

Leishmania

C’est le parasite unicellulaire qui provoque la leishmaniose, dont la transmission se fait par des vecteurs – phlébotomes ou moustiques suceurs de sang – et qui touche principalement les mammifères et les reptiles. Ces moustiques ingèrent les protozoaires lorsqu’ils se nourrissent d’un animal infecté et les transmettent à un autre animal, auparavant en bonne santé, lorsqu’ils se nourrissent à nouveau.

Le Leishmania fait partie des parasites unicellulaires

 

Il existe différents types de leishmaniose : certains affectent la peau et les muqueuses, d’autres les viscères. Dans la forme viscérale, la rate augmente de taille, ce qui peut faciliter le diagnostic.

 

Trypanosome

Trypanosoma brucei et T.cruzi sont les parasites qui provoquent la trypanosomiase, ou maladie du sommeil, transmise par la mouche tsé-tsé. Les mouches tsé-tsé ingèrent les larves du protozoaire lorsqu’elles se nourrissent d’un animal infecté et les transmettent à l’hôte suivant. La larve pénètre dans le nouvel organisme par de petites blessures de la peau, et passe dans le sang, jusqu’à ce qu’elle se dépose dans le muscle cardiaque.

D’autre part, Trypanosoma evansi provoque une maladie appelée « surra » chez les chevaux, les chameaux, les bœufs et les buffles, et qui entraîne un œdème généralisé et un amincissement extrême.

Giardia et Trichomonas, parasites unicellulaires flagellés

La plupart de ces protozoaires font partie de la flore intestinale de l’animal. Certains se trouvent également dans le tractus urogénital des poissons, ou dans leurs branchies, généralement sous leur forme kystique.

Mais parfois, ils agissent comme des parasites. C’est le cas de la Giardia, le protozoaire flagellé le plus courant chez les mammifères et les oiseaux, qui est logé dans les cellules de leur paroi intestinale. Ou Trichomonas, l’autre flagellé le plus courant chez les animaux de compagnie.

Histomones

Histomonas meleagridis affecte principalement la volaille. C’est le parasite unicellulaire qui provoque l’histomoniase, qui se transmet par voie orale par contact avec les fèces d’un oiseau infecté.

Dans l’intestin des oiseaux, la phase larvaire du protozoaire se libère et envahit les cellules de la paroi intestinale ; elle peut même atteindre le foie.

 

Amibes

Les amibes sont des protozoaires qui peuvent vivre en liberté ou de manière parasitaire. Dans le second cas, on distingue l’Entamoeba, qui se transmet directement par voie orale par contact avec les matières fécales du sujet infecté. Dans ces fèces se trouvent les formes de résistance – kystes – qui, lorsqu’elles sont ingérées, sont libérées dans l’intestin ; elles peuvent même atteindre les organes voisins.

Myxozoas

Il s’agit de parasites unicellulaires qui ont été trouvés chez de nombreux animaux à sang froid. Or, leur cycle de vie est encore assez inconnu. On sait cependant qu’ils sont ingérés avec de la nourriture ou de l’eau potable et que, lorsqu’ils atteignent l’estomac, ils traversent la paroi stomacale pour atteindre la circulation sanguine et, de là, colonisent d’autres tissus.

Ils provoquent de graves maladies chez les poissons. Ces dernières affectent de larges populations.

Parasites unicellulaires ciliés

Des parasites unicellulaires

De nombreuses espèces ciliées se trouvent dans le tube digestif des animaux domestiques, la plupart d’entre elles étant ingérés avec de la nourriture ou de l’eau potable. Une fois à l’intérieur du corps, ils se libèrent dans l’intestin et là, ils se multiplient. Ils sont extraits avec les excréments.

 

L’une des espèces les plus courantes est le Balantidium coli, détecté chez les porcs, les rongeurs et les primates.

 

  • Protozoo [Internet]. Es.wikipedia.org. 2019 [cited 17 September 2019]. Available from: https://es.wikipedia.org/wiki/Protozoo
  • Gardiner C, Fayer R, Dubey J. An atlas of protozoan parasites in animal tissues. Washington: United States Department of Agriculture; 1988.