Application d’antiparasitaires sur le bétail

· 3 avril 2019
L'utilisation d'agents antiparasitaires sur le bétail empêche les animaux de souffrir d'infections de la peau, des muqueuses, des plaies, des yeux, des poumons et d'autres organes.

Sur le terrain, il est très important de prendre soin des animaux pour qu’ils restent en bonne santé. Par conséquent, l’application d’agents antiparasitaires sur le bétail est fondamentale. Découvrez dans cet article quels sont les plus utilisés.

Quelles maladies parasitaires touchent le bétail ?

On peut diviser les maladies produites par les parasites en deux grands groupes : externes (ectoparasites) et internes (endoparasites). Parmi les maladies externes figurent les pathologies transmises par les insectes hématophages, qui se nourrissent de sang, comme les glossines, les mouches noires, les mouches à cornes, les puces, les poux, les mouches à cheval et les moustiques.

Les vers sont l’un des parasites externes les plus redoutés dans les champs, car ils infectent la peau, les muqueuses et les plaies une fois que l’insecte y a pondu et que les larves se reproduisent.

Les tiques et les acariens sont également des organismes face auxquels il faut être très prudents.

Par ailleurs, les parasites internes les plus courants chez les bovins sont les nématodes gastro-intestinaux, parmi lesquels se distinguent : B unistomum, Cooperia, Haemonchus, Toxocaran vitulorum et Trichuris.

Certains nématodes affectent les poumons, la peau, les yeux, et d’autres organes de l’animal. Les ténias et les cestodes sont d’autres types de parasites internes qui peuvent affecter les vaches, les boeufs, les buffles ou les bisons.

antiparasitaires pour les bovins

Antiparasitaire chez les bovins : application externe

Il existe différentes manières d’appliquer l’antiparasitaire pour le bétail de manière topique ou externe. Nous pouvons souligner les points suivants :

1. Sprays antiparasitaires

On les utilise généralement pour traiter les poux et les tiques. Ils permettent de guérir ou de prévenir l’apparition de vers, ainsi qu’à éviter la prolifération d’insectes dans les plaies ou lors des interventions chirurgicales. Les sprays sont faciles à appliquer et ne génèrent pas de stress chez l’animal.

2. Bains antiparasitaires

On peut les réaliser par immersion ou par aspersion. La première méthode consiste à immerger le bétail dans de grands bassins d’eau et d’antiparasitaires dilués. L’inconvénient de ce système est le stress qu’il génère chez les animaux, ainsi que les intoxications éventuelles s’ils boivent de l’eau, s’ils se prennent des coups, ou même s’ils subissent des fractures.

La douche antiparasitaire nécessite un système spécial où l’on verse l’antiparasitaire dilué dans de l’eau au-dessus du bétail. Le problème de cette application est qu’elle mouille et que la partie arrière et n’atteint pas les zones les plus basses.

3. Boucles d’oreilles

En plus de servir d’identification, les boucles d’oreilles en plastique sont utilisées comme méthode d’application d’agents antiparasitaires sur le bétail, principalement comme anti-moustique et contre les mouches. Le principe actif dure environ 90 jours.

4. Les poudres antiparasitaires

Un autre système d’application d’antiparasite consiste à utiliser des poches qui stockent les poudres avec le médicament spécifique et qui sont placées à la sortir de l’étable. De cette manière, lorsque l’animal quitte l’étable, il entre en contact avec la poche et libère le traitement.

Antiparasitaires pour le bétail : application interne

Dans ce cas, on traite un animal infecté, puis on le sépare du reste du bétail. Les antiparasitaires peuvent également être utilisés chez les bovins en interne comme mesure de prévention contre une éventuelle épidémie.

l'application des antiparasitaires sur les bovins

Il existe différentes méthodes.

1. Capsules ou bolus intraruminal

Ils servent à traiter les parasites pendant une longue période, car l’ingrédient actif du médicament est libéré lentement. La capsule appliquée dans la gueule de l’animal agit seule.

2. Fluide intraruminal

On utilise une aiguille qui traverse la peau, le péritoine et le rumen. C’est là que l’on infecte l’antiparasite. Du fait que ce soit une méthode invasive, elle n’est plus utilisée sur les animaux pesant moins de 200 kilos. Les substituts sont des antiparasites injectables, ce qui permet un meilleur contrôle des parasites chez les bovins.

3. Pré-mélanges

On place le médicament dans la nourriture et chaque animal reçoit au moins une dose. Le problème avec cette technique est qu’il est impossible de connaitre la quantité d’antiparasite consommée dans chaque échantillon.

Enfin, il est bon de savoir que l’application d’agents antiparasitaires chez les bovins doit être indiquée par un vétérinaire spécialisé et que les instructions spécifiques doivent être suivies.

 

Dirección de Producción y Sanidad Animal de la FAO. (2003). Resistencia a los antiparasitarios, Estado actual con énfasis en América Latina. FAO. https://doi.org/10.1007/s10800-011-0320-1