L'ara : un oiseau très intelligent

13 juin, 2020
En plus de sa beauté éclatante, l'ara présente une intelligence étonnante. Malheureusement, il fait partie des oiseaux terrestres les plus menacés dans le monde.
 

L’ara est un oiseau qui fait partie de la famille des psittacidés. Cette famille inclut d’autres oiseaux comme les perroquets, les perruches et les cacatoès. Les psittacidés sont peut-être la famille d’oiseaux les plus charismatiques et populaires de la planète.

Le charisme et la grande affection qu’ils éveillent chez les gens sont principalement dus à leur intelligence. Car ces oiseaux, c’est bien connu, sont capables de résoudre des problèmes et d’apprendre par expérience. Il est tout particulièrement impressionnant de voir qu’ils peuvent partager les connaissances apprises avec d’autres membres de leur espèce.

Traits physiques de l’ara

Les oiseaux de cette famille sont un groupe d’oiseaux réputés et facilement reconnaissables en raison de leur bec courbé caractéristique, en forme de crochet. Leur plumage multicolore se démarque également, avec une prédominance de tons vertes et des accents de couleurs comme le rouge, le jaune, le bleu, le pourpre et le marron. Leur couleur leur permet sans aucun doute de se fondre dans la couleur des fleurs et du feuillage des arbres dans lesquels ils vivent.

Les psittacidés se caractérisent aussi par leurs vocalisations et leur capacité à imiter la voix des humains. Cette habileté les a transformés en un animal de compagnie recherché, en raison de l’empathie qu’ils génèrent.

Chez les psittaciformes, les doigts des pattes sont constitués de la sorte : deux vont vers l’avant et deux vers l’arrière, ce qui leur permet de manipuler des outils, comme les primates.

 
Les caractéristiques de l'ara

Biologie et comportement

L’ara a une maturité tardive. En général, les femelles quittent leur foyer aux alentours de 4 ans, lorsqu’elles atteignent la maturité sexuelle. Au cours de cette longue période, leurs parents ne pondront plus d’œufs. Ce modèle de comportement reflète l’importance, pour les femelles, d’apprendre de leurs progéniteurs.

Par ailleurs, ils vivent dans des structures sociales complexes, de 25 à 50 individus. Il s’agit d’une stratégie très efficace pour se protéger des prédateurs. Les aras forment aussi des couples monogames pour toute la vie. Ces traits, en plus de la grande taille de leur cerveau, liée à leur poids corporel, leur font remplir toutes les conditions en lien avec  le développement de la cognition complexe.

L’ara sauvage peut vivre, en moyenne, environ 40-50 ans, tandis que celui en captivité, avec des soins adaptés, peut vivre jusqu’à 70 ans.

Beauté colorée et intelligence

Les psittaciformes sont depuis toujours considérés comme les primates parmi les espèces d’oiseaux. La proportion entre la taille de leur cerveau et celle de leur corps est clairement comparable à celle des grands singes.

 

Dans la famille des psittaciformes, l’intelligence des oiseaux ne se manifeste pas qu’à travers leurs capacités à apprendre à imiter des sons. Certaines espèces comme le Kea (Nestor notabilis) ont aussi une grande habileté au niveau de l’utilisation d’outils, un peu comme les grands singes anthropomorphes.

L'ara jaune

Que dit la science à propos de l’intelligence de l’ara ?

Il existe un groupe de recherche qui mène ses études dans le zoo Loro Parque, à Tenerife, en Espagne. Le groupe étudie l’évolution de la cognition complexe chez les oiseaux.

Actuellement, le laboratoire abrite des aras verts (Ara ambiguus), des aras à gorge bleue (Ara glaucogularis), des aras au front rouge (Ara rubrogenys) et des aras à tête bleue (Primolius couloni).

Le laboratoire a publié une série d’études comparatives, parmi lesquelles on peut souligner un rapport sur la prise de « décisions économiques ».

Il est intéressant de savoir que cette prise de décisions fait référence à la capacité de pondérer différentes alternatives bénéfiques et au fait de choisir celle qui offre la plus grande rentabilité.

Cette situation requiert parfois de renoncer au désir de satisfaction immédiate. Cette capacité représente un défi sur le plan cognitif car elle ne nécessite pas seulement d’inhiber les impulsions. Elle exige aussi, en effet, d’évaluer les résultats attendus pour voir s’il vaut la peine d’attendre.

 

En quoi consistaient les essais de prise de décisions ?

Les expériences ont consisté à soumettre quatre espèces d’aras à une tâche d’échange de fiches. Dans un premier temps, les oiseaux ont été entraînés pour échanger trois types de fiches en fonction des aliments à faible, moyenne et haute valeur. Tous ont appris à les échanger dans un ordre déterminé, en fonction de leur valeur.

Ensuite, les oiseaux se sont retrouvés dans la situation de choisir entre un aliment à faible valeur et une fiche qui pourrait être échangée contre des aliments de meilleure qualité. Lors de ces essais, toutes les espèces ont été capables de décider économiquement. Cependant, seules les espèces de grands aras ont dépassé les autres lors de l’un des contrôles cruciaux.

Le prix de la magnificence de ces oiseaux

L’intelligence est peut-être ce qui nous attire le plus chez ces merveilleux oiseaux. Malheureusement, le fait de les domestiquer, en plus des pressions occasionnées par la destruction et la transformation de leurs habitats naturels, les a transformés en l’une des familles d’oiseaux connaissant le plus grand risque d’extinction.

En fait, c’est quasiment la moitié des espèces d’aras qui se sont déjà éteintes. Le genre Ara se compose d’environ treize espèces. Sur ces treize, six ont déjà disparu ! Les spécialistes sont d’accord pour dire que si leur trafic illégal en tant qu’animaux de compagnie continue, le genre entier aura disparu du milieu naturel d’ici dix ans.

 

 

  • Pepperberg, I. M., & Funk, M. S. (1990). Object permanence in four species of psittacine birds: An African Grey parrot (Psittacus erithacus), an Illiger mini macaw (Ara maracana), a parakeet (Melopsittacus undulatus), and a cockatiel (Nymphicus hollandicus). Animal Learning & Behavior, 18(1), 97-108.
  • Krasheninnikova, A., Höner, F., O’Neill, L., Penna, E., & von Bayern, A. M. (2018). Economic decision-making in parrots. Scientific reports, 8(1), 1-10.
  • Emery, N. J. (2006). Cognitive ornithology: the evolution of avian intelligence. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 361(1465), 23-43.
  • Linden, P. G. (1999). Teaching psittacine birds to learn. In Seminars in Avian and Exotic Pet Medicine (Vol. 8, No. 4, pp. 154-164). WB Saunders.
  • Gaycken, J., Picken, D. J., Pike, T. W., Burman, O. H., & Wilkinson, A. (2019). Mechanisms underlying string-pulling behaviour in green-winged macaws. Behaviour, 156(5-8), 619-631.