Comment fonctionne le système immunitaire du chien ?

24 novembre 2019
Le système immunitaire du chien apparaît dès la naissance et se développe lorsqu'il est exposé à des agents pathogènes.

Les animaux ont un mécanisme de défense interne contre les pathogènes externes tels que les virus, les bactéries, les protozoaires, les parasites… Le système immunitaire du chien fonctionne comme le nôtre. Ainsi, lorsqu’il y a une agression, il réagit en empêchant le pathogène de se propager dans le corps.

Les premiers anticorps

À la naissance, les chiots reçoivent leurs premiers anticorps du colostrum, le premier lait de leur mère. Ces anticorps protègent le chien au cours de ses premières semaines de vie à mesure que son système immunitaire se développe.

Qu’est-ce qui forme le système immunitaire du chien ?

Le système immunitaire est constitué d’organes, de tissus, de cellules et de petites molécules. Ensemble, ils agissent contre les agents infectieux.

Les ganglions lymphatiques et la lymphe

La lymphe est un liquide semblable au plasma sanguin qui se forme en recueillant l’excès de liquide interstitiel, de protéines, de graisses et de globules blancs. La lymphe circule dans les canaux lymphatiques ; les ganglions lymphatiques (sous-mandibulaires, préscapulaires, axillaires, inguinaux et poplités chez le chien) sont responsables de sa purification pour la recirculation dans les veines.

La rate

La rate est un organe qui intervient directement dans le système immunitaire de l’animal : elle filtre le sang, détruit les vieilles cellules sanguines et produit de nouvelles cellules.

Les cellules immunitaires

Il existe différents types de cellules immunitaires. Elles ont toutes une origine commune, mais chaque type s’est spécialisé dans une tâche spécifique. L’action conjointe de toutes ces cellules est capable de combattre la maladie :

  • Lymphocytes : les lymphocytes produisent des anticorps, petites protéines capables de se lier à un antigène, c’est-à-dire l’agent infectieux
  • Macrophages : ces cellules sont phagocytaires, c’est-à-dire qu’elles ingèrent le microorganisme envahissant et, une fois à l’intérieur, le détruisent. Les macrophages produisent également des substances qui attirent d’autres cellules du système immunitaire pour traiter l’infection
  • Cellules dendritiques : elles sont semblables aux macrophages, avec de nombreuses ramifications ; elles phagocytent également le micro-organisme et en exposent une partie à sa surface afin que d’autres cellules immunitaires puissent le détruire
  • Neutrophiles : ce sont les premières cellules à apparaître au site de l’infection et elles sont très abondantes
  • Basophiles et éosinophiles : ces cellules sont impliquées dans des processus inflammatoires, allergiques et parasitaires. Leur pourcentage est très faible
Une illustration d'un virus combattu par le système immunitaire du chien

Comment le système immunitaire du chien fonctionne-t-il en cas d’attaque ?

Le système immunitaire du chien, comme celui des autres mammifères, se développe lorsqu’ils sont exposés à un antigène.

Face à un pathogène, il existe une série de barrières qui empêchent son entrée et sa reproduction. Ces obstacles sont :

  • Barrières primaires : peau et sécrétions muqueuses
  • Barrières secondaires : ce sont les cellules qui forment le système immunitaire et empêchent l’agent pathogène de se propager dans l’organisme une fois qu’il a franchi les barrières primaires

Au cours des premiers mois de sa vie, le chiot a une immunité innée, un système immunitaire qui réagit immédiatement à l’invasion de microorganismes pathogènes, mais qui ne possède pas de capacité d’apprentissage et ne garde pas la mémoire.

Les cellules qui composent cette immunité précoce reconnaissent une série d’antigènes et répondent de façon plus générique. Au fur et à mesure que le chiot grandit et est exposé à de nouveaux antigènes, il développe une immunité acquise ; le système immunitaire obtient la mémoire des rencontres et est plus efficace contre les invasions futures du même agent pathogène.

La vaccination d'un chien

Les vaccins suivent ce principe, puisqu’avec eux nous parvenons à « apprendre » au système immunitaire à combattre certaines maladies en présentant aux cellules immunitaires l’agent pathogène affaibli ou certaines de ses parties suffisantes pour provoquer une réponse.

Les vaccins sont une méthode sûre pour immuniser notre chien contre des maladies graves comme le parvovirus, l’hépatite, la maladie de Carré ou la leishmaniose. Il est donc préférable de traiter les chiots et de se conformer à tous les vaccins et doses de rappel pour augmenter l’efficacité du vaccin et renforcer le système immunitaire de votre chien.

 

  • Universidad de Granada. Curso de inmunología general.
  • Peter J.  Delves, MSD manuals. Inmunidad innata.
  • Medineplus. Respuesta inmunitario