Les avantages de la gamelle haute pour chiens : mythe ou réalité ?

06 mai, 2020
Les gamelles hautes sont à la mode, mais sont-elles vraiment conseillées pour nos chiens ?
 

Sur le marché actuel, nous pouvons trouver de nombreuses gamelles différentes pour nos animaux de compagnie. Certaines sont de conception simple, anti-voracité, longues, etc. De plus, le matériau dont elles sont faites peut varier : verre, bois, métal, plastique, argile… On trouve aussi la gamelle haute pour chien.

La question de savoir quelle est la meilleure gamelle pour chiens est très controversée. Au final, c’est le gardien qui choisit généralement celle qu’il considère comme la mieux adaptée aux besoins de son animal.

Dans cette situation, de nombreux propriétaires optent pour la gamelle haute pour chien. Pensez-vous que c’est la meilleure option pour nourrir votre animal ? Nous vous le disons !

Comment les chiens mangent-ils ?

Anatomiquement, toutes les races de chiens et leur ancêtre commun, le loup (Canis lupus), ont le larynx et l’œsophage conçus et préparés pour avaler de la nourriture en regardant le sol.

Si nous pensons à un chien domestique ou à l’un de ses parents sauvages, lorsqu’ils dévorent des proies couchées sur le sol, ils le font de manière à les maintenir sur leurs quatre pattes. Ils gardent la tête baissée.

De cette façon, les muscles de la tête et du cou peuvent exercer une force suffisante pour déchirer la chair. De plus, en maintenant la tête dans cette position, l’épiglotte reste bloquée. Cela empêche la nourriture de passer dans le système respiratoire. De fait, lorsqu’on effectue un cathétérisme oral sur un chien, pour nourrir le chien lorsqu’il ne se nourrit pas lui-même, il faut pencher la tête et le cathéter va directement dans l’œsophage.

 
Le système digestif du chien serait plus adapté à une gamelle haute

La gamelle haute est-elle bénéfique pour les chiens ?

Une gamelle haute n’est pas forcément un mauvais choix. La hauteur doit être juste suffisante pour permettre au chien de manger dans une position naturelle.

Si la mangeoire est trop haute, le chien ne mangera pas correctement et des problèmes peuvent en résulter. Ces problèmes peuvent être une perte de tonus musculaire au niveau du cou et de la tête, des problèmes de déglutition, des étouffements, etc.

Quelle est la meilleure façon de nourrir un chien ?

Tout d’abord, la meilleure façon de nourrir un chien est celle qui facilite la tâche du gardien, puisque c’est lui qui offre la nourriture et que celle-ci doit être confortable pour lui. Cependant, nous devons toujours penser aux besoins du chien, car l’alimentation et la façon dont elle est proposée peuvent entraîner des problèmes de comportement, tels qu’une faible estime de soi et un manque de contrôle de soi.

Plutôt gamelle au sol ou plutôt gamelle haute pour les chiens ?
 

Le temps de nourrir notre ami à quatre pattes devrait servir à travailler sur son état émotionnel, développer son odorat et améliorer le lien. Pour y parvenir, nous devons commencer par éliminer les bols ou gamelles classiques. Il faut servir sa nourriture à l’animal d’une manière qui permet de le reposer.

Nous devons effectuer au moins 40 minutes par jour de travail olfactif avec le chien tous les jours. Un exemple serait d’empiler des gobelets en plastique dur avec un peu de nourriture ou d’autres aliments savoureux à l’intérieur. De cette façon, le chien doit utiliser son nez et ses pattes pour faire sortir la nourriture.

Une autre méthode consiste à répandre les aliments dans le jardin, sur la terrasse ou au sol. Le chien devra passer un certain temps à chercher ses croquettes et cela le fatiguera mentalement. Il s’agit du genre de fatigue qui l’épuise le plus. Cette stratégie est la meilleure pour les chiens qui sont très excités d’aller se promener.

 

 
  • Penninck, D. G., Nyland, T. G., Fisher, P. E., & Kerr, L. Y. (1989). Ultrasonography of the normal canine gastrointestinal tract. Veterinary Radiology, 30(6), 272-276.
  • Pratschke, K. M., Fitzpatrick, E., Campion, D., McAllister, H., & Bellenger, C. R. (2004). Topography of the gastro-oesophageal junction in the dog revisited: possible clinical implications. Research in veterinary science, 76(3), 171-177.