Rachel Carson : une inspiration pour Greta Thunberg ?

20 mars 2020
"Printemps silencieux" est un ouvrage qui a révolutionné le paysage scientifique de l'époque car il s'agissait de la première déclaration publique sur l'effet des pesticides sur l'environnement.

La biologiste et écrivain Rachel Carson est l’une des plus importantes conservatrices de l’histoire, et a été reconnue comme la « mère » de l’environnementalisme moderne. En effet, ses écrits sur les dangers des pesticides ont marqué le début du mouvement environnemental moderne.

Sa prose a éveillé la conscience environnementale du public américain et a contribué à l’effort national sans précédent pour sauvegarder la nature de la destruction chimique. L’impact de son travail est dû à l’utilisation d’un langage clair et accessible, facile à comprendre pour le lecteur moyen.

Les enfants, l’éducation et le milieu familial

Rachel Carson est née le 27 mai 1907 dans une ferme de Springdale, en Pennsylvanie (États-Unis). Elle est la plus jeune des trois enfants du couple Robert et Maria McLean Carson.

Grâce à l’influence de sa mère, elle a développé un amour intense de la nature. Cela lui a permis de devenir un écrivain publié pour des magazines pour enfants dès l’âge de 10 ans.

Elle a fréquenté le Pennsylvania College for Women (aujourd’hui l’université de Chatham) et a obtenu son diplôme avec mention très bien en 1929. Rachel Carson a ensuite étudié à l’Institut océanographique de Woods Hole, dans le Massachusetts. Puis, elle est entrée à l’université Johns Hopkins, où elle a obtenu une maîtrise en zoologie en 1932.

Rachel Carson utilisant un microscope

Des difficultés financières l’ont obligée à renoncer à sa recherche d’un doctorat pour aider à soutenir sa mère et plus tard deux nièces orphelines. Plus tard, après le décès d’une nièce au début de 1957, Carson adopte son fils et déménage à Silver Spring, dans le Maryland, pour s’occuper de sa mère.

Premiers écrits de Rachel Carson

Après avoir battu tous les autres candidats à l’examen de la fonction publique, Carson est devenue en 1936 la deuxième femme embauchée par le Bureau des pêches des États-Unis.

Elle y est restée pendant 15 ans, rédigeant des brochures et d’autres documents pour le public. Elle a été promue rédactrice en chef de toutes les publications de l’U.S. Fish and Wildlife Service.

Entre-temps, elle a écrit plusieurs livres populaires sur la vie aquatique, dont Under the Sea Wind (1941) et The Sea Around Us (1951). Ce dernier a été sérialisé dans le New Yorker et s’est bien vendu dans le monde entier.

Ces livres constituaient une biographie de l’océan. Ils rendirent Carson célèbre en tant qu’écrivain naturaliste et scientifique pouvant être compris par le public.

Elle a remporté un prix national pour la rédaction scientifique, une bourse Guggenheim, qui, avec la vente de ses livres, lui a permis d’acquérir une indépendance financière. Elle cesse de travailler pour le gouvernement et s’installe à Southport Island, dans le Maine, en 1953 pour se concentrer sur l’écriture.

« Puis une peste rare s’est répandue dans la région et tout a commencé à changer. (…) Il y avait une étrange immobilité. (…) Les quelques oiseaux que l’on pouvait voir mouraient ; ils tremblaient violemment et ne pouvaient pas voler. C’était un printemps sans voix » – Extrait de Printemps silencieux.

Le chef-d’œuvre de Rachel Carson

Printemps silencieux est l’un de ces rares livres qui ont fait l’histoire. Non pas en incitant à la guerre ou à la violence, mais en modifiant le sens de la pensée humaine.

Le livre se concentre principalement sur les effets des pesticides sur les écosystèmes. Pour autant, quatre chapitres détaillent leur impact sur les humains, y compris le cancer.

Avec ce livre, l’écrivain timide a remis en question les pratiques des agronomes et du gouvernement. Elle a appelé à un changement dans la façon dont l’humanité voit le monde naturel.

Soulignant les dangers des pesticides chimiques, son livre a conduit à une interdiction nationale du DDT et d’autres pesticides. Carson a déclenché le mouvement qui a finalement conduit à la création de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

En réponse, l’industrie chimique l’a accusée de diffuser des informations erronées. Elle a même tenté de la discréditer, la qualifiant de communiste et d’hystérique.

Carson a même témoigné devant le Congrès en 1963 pour réclamer de nouvelles politiques de protection de la santé humaine et de l’environnement.

Printemps silencieux de Rachel Carson

Printemps silencieux figure sur la liste des 100 ouvrages scientifiques les plus importants du XXe siècle. Dans cet ouvrage, vous pouvez apprécier le respect pour la vie de son auteur.

Rachel Carson : un amour caché ?

En 1955, elle entame une relation avec Dorothy Freeman. Pour le monde extérieur, les deux femmes étaient des amies proches. Freeman, qui avait alors une cinquantaine d’années, s’est mariée et a eu des enfants. En somme, elle s’est efforcée de cacher la nature de leur relation.

Bien qu’une grande partie de leur correspondance ait été détruite peu avant la mort de Carson, le reste a été mis en lumière par la petite-fille de Freeman en 1995 dans une publication intitulée : « Always, Rachel : The Letters of Rachel Carson and Dorothy Freeman, 1952-1964 : An Intimate Portrait of a Remarkable Friendship« .

Son cancer du sein, ses prix et son héritage

Gravement atteint d’un cancer du sein, Carson est morte deux ans après la publication de son livre. Plus tard, en 1980, elle a reçu à titre posthume la Médaille présidentielle de la liberté. Ses maisons sont considérées comme des monuments historiques nationaux et plusieurs prix portent désormais son nom.

Sept ans plus tard, en 1970, le Congrès a créé l’Agence de protection de l’environnement. C’était une conséquence directe du mouvement environnemental déclenché par Printemps silencieux.

Deux ans plus tard, en 1972, le gouvernement a interdit le DDT, le pesticide qui avait contribué à amener le symbole national de l’Amérique, l’aigle à tête blanche, et d’autres oiseaux au bord de l’extinction.

Son témoignage sur la beauté et l’intégrité de la vie continue d’inspirer les nouvelles générations à protéger le monde vivant et toutes ses créatures. C’est pourquoi certains pensent que Rachel Carson pourrait être l’une des grandes figures qui ont inspiré des jeunes comme Greta Thunberg.