Les orangs-outans réinventent l’hameçon

9 avril 2019
Les orangs-outans ne cessent de nous surprendre. Une étude récente a, en effet, démontré que ces animaux étaient capables d'utiliser des outils avec plus de précision que ce que l'on pensait.

Nous savons tous que les primates figurent parmi les animaux les plus intelligents sur Terre. Mais les résultats d’expériences, telles que celle présentée ci-dessous, montrent à quel point ces singes peuvent être surprenants. De fait, les orangs-outans et leur capacité à fabriquer des hameçons nous ont laissé bouche bée. 

Les scientifiques ont découvert une pratique encore jamais observée chez une espèce non humaine. Les orangs-outans ont ainsi montré, à travers cette expérience concluante dans laquelle ils ont fait appel à leur imagination et à leur habileté, qu’ils avaient une longueur d’avance par rapport à d’autres primates.

Résultats de l’expérience menée sur les orangs-outans

L’étude menée par les universités de Vienne et de St-Andrews a permis d’observer comment les singes parvenaient à se servir de différents fils de fer pour accéder à des endroits que leurs doigts ne pouvaient pas atteindre.

Lors du premier essai, les scientifiques ont observé comment les orangs-outans étaient capables de fabriquer un hameçon à l’aide d’un fil de fer. Les singes avaient pour objectif de récupérer une récompense placée dans un panier situé à l’intérieur d’un tube. Ils sont parvenus à façonner un crochet avec leurs dents tout en maintenant le fil tendu.

Lors du second essai, ils ont utilisé un fil plié avec lequel ils ne sont, dans un premier temps, pas parvenus à attraper la récompense placée dans une tube horizontal. Pour atteindre leur but, plusieurs orangs-outans ont été capables, au bout de quelques minutes, de déplier le fil suffisamment pour parvenir facilement à leurs fins et retirer la récompense du tube. Il s’agit d’un phénomène qui n’avait encore jamais été observé jusqu’à ce jour.

orangs-outans

Des résultats surprenants

Afin d’évaluer la portée de ces découvertes et de comparer l’intelligence de ces primates avec celle des humains, des enfants d’âges différents ont passé des tests similaires. Les résultats se sont avérés des plus surprenants. 

Dès l’âge de cinq ans, les humains sont capables de concevoir et d’utiliser des outils assez complexes pour parvenir à certains objectifs. Cependant, lorsque les enfants ont été confrontés au problème de récupérer un panier au fond d’un tube à l’aide d’un fil de fer, les choses se sont compliquées.

Parmi les enfants âgés de trois à cinq ans, la plupart d’entre eux ne sont pas parvenus à récupérer le panier. Très peu ont eu l’idée de plier le fil pour fabriquer un crochet. Chez les enfants de sept ans, un pourcentage important d’enfants n’est pas parvenu à atteindre l’objectif. Cette conclusion donne une idée du niveau d’intelligence des orangs-outans et de leur capacité à résoudre des problèmes.

La plupart des enfants de moins de huit ans n’ont pas réussi le test. Ce qui a particulièrement attiré l’attention, c’est que les enfants, indépendamment de leur âge, réussissaient bien mieux le test lorsqu’on leur montrait au préalable à quoi pouvait servir un fil de fer. Cependant, les plus jeunes ne réussissaient pas le test, même lorsqu’on leur expliquait les différentes fonctions d’un crochet.

Isabelle Laumer, chargée de mener l’expérience dans le zoo Leipcig en Allemagne, a affirmé que cette étude avait démontré que les orangs-outans étaient capables de fabriquer et d’utiliser des outils bien plus sophistiqués que ce que l’on pensait. Ils sont donc plus performants que les êtres humains de moins de huit ans pour concevoir ces outils.

orangs-outans de Bornéo

L’avenir de l’espèce

Cette magnifique espèce est gravement en danger d’extinction. Parmi les orangs-outans de Bornéo, il ne reste que 104 700 individus. Quant à la population des orangs-outans de Sumatra, elle n’atteint même pas les 14 600 individus.

La surface des forêts tropicales, dans lesquelles vivent les orangs-outans, diminue de jour en jour. Cette déforestation est due à l’extraction de bois et de minerais, ainsi qu’à l’extension des champs de culture. Aujourd’hui, seul 50% des orangs-outans vivent à l’état sauvage.

D’autre part, le marché illégal d’élevage d’orangs-outans contribue également à réduire leur population. Après avoir perdu leur mère, les jeunes orangs-outans sont transportés aux quatre coins du monde. Ils sont alors vendus comme animaux de compagnie. Peu d’entre eux survivent à ce voyage.

En l’absence de mesures plus fortes, leur population continuera à diminuer. Comme ça a été le cas pour de nombreuses autres espèces, nous perdrions alors un animal totalement irremplaçable.