Ils découvrent un cheval préhistorique gelé

11 décembre 2018
Il s'agit du cheval Lena, qui a vécu pendant le Paléolithique et qui s'est éteint il y a 30 000 à 40 000 ans.

Les animaux éteints ont toujours attiré notre attention. Mais en réalité, nous les connaissons à travers des fossiles et des peintures anciennes. Sauf dans certains cas, comme ce cheval préhistorique gelé.

Découverte d’un cheval préhistorique gelé

C’est ce qui c’est passé en Sibérie, où un groupe de scientifiques a réussi à sauver les restes intacts d’un cheval préhistorique de l’espèce Lena (Equus lenensis), un cheval sauvage similaire au cheval Przewalski qui vivait pendant le Paléolithique et qui est mort il y a 30 000 à 40 000 ans.

Ce cheval préhistorique, âgé d’environ deux ans, a gardé sa fourrure et ses sabots intacts. Et probablement certains de ses organes internes. En effet, l’animal est resté dans le pergélisol, c’est-à-dire sur un sol enneigé en permanence.

Ce ne sont pas les premiers vestiges révélés per le pergélisol. Les lions des cavernes et les mammouths font partie des animaux parfaitement conservés sous le sol de la Sibérie et d’autres régions froides.

un ancien cheval préhistorique

Cloner un cheval préhistorique ?

Les enquêteurs participant à l’expédition soupçonnent que le cheval préhistorique trouvé aurait pu se noyer, car l’animal de présente pas de blessures sur le corps. Le parfait état de conservation de ce spécimen ouvre la porte au clonage et à la gestation de l’embryon chez un cheval actuel.

C’est l’une des branches de la science la plus controversée aujourd’hui. Car l’extinction des espèces il y a des milliers d’années signifie que les écosystèmes ont probablement été rééquilibrés. Ce qui signifie que l’Europe d’aujourd’hui peut difficilement héberger des espèces éteintes sans déséquilibrer les écosystèmes.

A cet égard, d’autres espèces non éteintes, telles que le bison d’Europe, sont introduites dans d’autres pays par le biais de divers projets. Il est nécessaire de préciser qu’en réalité, le bison d’Europe ne vivait pas dans la péninsule ibérique. Et que l’on trouve l’un de ses ancêtres peint à Altamira.

L’espèce : le cheval de Lena

Le cheval de Lena vivait en Béringie, qui, à la fin du Pléistocène, était équivalente au nord du Canada, à L’alaska et à la Sibérie. On pense que les animaux adultes ont développé une fourrure épaisse pour éviter le froid naissant de la région.

la peinture rupestre d'un cheval préhistorique

Le cheval de Lena appartient déjà au genre Equus, des chevaux modernes qui vivaient au Pléistocène. On pense que les chevaux descendent d’un petit mammifère avec des doigts appelé Eohippus.

Par la suite, les ancêtres des chevaux devenaient de plus en plus gros, et leurs doigts se sont changés en sabots. Pour laisser la place au genre Equus il y a 5 millions d’années. Auquel appartiennent à la fois le cheval Lena et le cheval actuel.

Le cheval de Lena, ainsi que d’autres parents proches, a certainement commencé son extension autour du monde il y a 15 000 ans par la Béringie. Il y a 10 000 ans, tous les chevaux, y compris celui de Lena, s’éteindraient en Amérique du Nord.

Le cheval de Lena est un autre exemple de cheval sauvage, considéré aujourd’hui comme manquant. Au Paléolithique, les humains chassaient les chevaux, comme en témoignent les archives de fossiles et les peintures rupestres.

Il est possible que le cheval de Lena ait disparu à cause de la chasse. Bien que d’autres espèces de chevaux aient subi un processus de domestication. Ce qui les a conduit à des découvertes incroyables, telles que les premiers vétérinaires pour chevaux.

Les seuls chevaux considérés aujourd’hui comme semi-sauvages sont le cheval de Przewalski et le mustang. Ce sont tous deux des animaux domestiques qui se sont réfugiés dans la nature et ont retrouvé une partie de leur comportement naturel.

 

Boeskorov, G. G. (2004). The North of Eastern Siberia: Refuge of Mammoth Fauna in the. Gondwana Research7(2), 451-455.