Immunologie vétérinaire : prévenir et traiter les maladies

L'immunologie vétérinaire est un domaine qui influence la pratique médicale en matière de maladies virales, bactériennes et parasitaires. Elle s'applique également aux zoonoses, qui sont des pathologies animales transmissibles à l'être humain.
 

Lorsque nous entendons parler d’immunologie vétérinaire, nous viennent alors à l’esprit les allergies dont souffrent nos animaux. Nous associons également ce terme à des maladies telles que l’inflammation dans l’arthrite. Cependant, ce domaine d’étude implique presque toutes les disciplines de santé animale. Elle s’applique plus spécifiquement au diagnostic, à la prévention, au traitement et au contrôle de maladies infectieuses et auto-immunes.

La connaissance des caractéristiques particulières du système immunitaire se concentre sur les animaux domestiques, mais est également applicable aux animaux d’élevage, sauvages, et qui servent pour les expériences scientifiques.

En ces temps de crise mondiale et de pandémie, des termes tels que le système immunitaire, les vaccins, la prévalence et autres, sont à l’ordre du jour. Mais, ce que peu de gens savent, c’est qu’il existe des branches d’études vétérinaires qui sont chargées de les appliquer dans le monde animal. Dans cet article, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur l’immunologie vétérinaire.

Une peluche chien avec une seringue représentant l'immunologie vétérinaire

Les vaccins comme produit de développement de l’immunologie vétérinaire

C’est un fait que la prévalence -pour les cas existants- des maladies animales menace leur élevage ainsi que la santé publique. Depuis leur découverte, la stratégie d’application des vaccins est essentielle pour contrôler diverses pathologies animales infectieuses. Nous avons tous à l’esprit des maladies comme la grippe A ou la grippe porcine. Deux zoonoses qui peuvent affecter les humains.

 

Par ailleurs, il est important de savoir qu’une stratégie efficace de vaccination nécessite de prêter attention à plusieurs facteurs tels que la qualité du vaccin et le protocole d’application. En outre, il est important de vérifier son effet en quantifiant par exemple les anticorps protecteurs dans le sang.

Tous ces sujets ainsi que la formulation de nouveaux vaccins et les effets des adjuvants sur les vaccinations requièrent l’application et le développement de l’immunologie vétérinaire.

Un petit cochon noir et rose

Immunologie vétérinaire sur les animaux domestiques et les animaux d’élevage

Le système immunitaire animal exerce son action protectrice par le biais de différents mécanismes. Les composantes de l’immunité naturelle -également appelée immunité non spécifique ou innée- sont présentes avant l’expositionaux micro-organismes infectieux. Cela comprend :

  • Barrières physiques telles que la peau et les muqueuses
  • Molécules dans le sang comme le système du complément
  • Cellules sanguines phagocytaires : il s’agit des cellules agressives naturelles que l’on appelle natural killer
  • Cytokines : ce sont des protéines qui voyagent dans le sang et dirigent la réaction immunitaire. Par exemple, les interférons et le facteur de nécrose tumorale
 

D’autre part, l’immunité spécifique ou acquise fait référence aux mécanismes de défense qui sont induits ou stimulés par l’exposition à des substances étrangères. Ils réagissent spécifiquement avec l’agent infectieux qui les induit. Grâce à l’immunité acquise, les vaccins sont efficaces pour protéger l’organisme d’éventuelles infections.

Les vaccins exposent les formes affaiblies ou mortes de l’agent pathogène à notre système immunitaire. Le corps de l’animal est donc capable de le reconnaître et de le combattre sans être infecté.

Par ailleurs, l’immunologie vétérinaire dans le diagnostic des maladies fait référence à la détection d’agents pathogènes tels que les virus, les bactéries et les parasites animaux, par des méthodes de sérologieElle s’applique également au développement et à l’essai de nouvelles approches de diagnostic. De plus, des méthodes de laboratoire peuvent aussi être utilisées pour déterminer la sensibilité aux antibiotiques.

 

L’immunologie est essentielle à chaque étape de la vie des animaux

Il faut souligner que de petites différences dans le système immunitaire peuvent faire la différence entre la vie et la mort des progénitures de diverses espèces. Un exemple typique est celui des ruminants qui, contrairement aux humains, naissent sans anticorps. En effet, leur placenta ne laisse pas passer ces protéines du sang de la mère. Par conséquent, le veau est fortement dépendant de l’ingestion d’anticorps de type IgA contenus dans le colostrum, le premier lait maternel que produit la vache.

 

Maladies immunitaires

Parfois, la réaction immunitaire peut avoir des effets néfastes sur l’animal lui-même. C’est le cas des affections telles que les allergies. Cela comprend également le cas des infections comme l’arthrite encéphalite caprine et le virus du rhume canin. Elles conduisent au développement immunopathologique de la maladie.

Le développement de la biotechnologie ainsi que notre meilleure compréhension des réactions immunitaires de l’animal ont un impact sur les recherches de vaccins pouvant prévenir les maladies. Enfin, la détection des agents infectieux chez les animaux sauvages peut être cruciale dans la gestion des épidémies virales, comme l’a montré la crise actuelle du coronavirus.

 

  • Charley, B. (1996). The immunology of domestic animals: its present and future. Veterinary immunology and immunopathology, 54(1-4), 3-6.
  • Schmitt, B., & Henderson, L. (2005). Diagnostic tools for animal diseases. Revue scientifique et technique-Office international des épizooties, 24(1), 243.