Des études scientifiques sur les émotions des chiens

02 juin, 2020
Certains experts concluent que les chiens ne réagissent qu'aux réprimandes humaines, mais sans l'existence de la culpabilité.
 

La plupart des études scientifiques sur les animaux domestiques se concentrent sur les chiens. Ces derniers, en plus d’avoir accompagné l’être humain pendant une grande partie de son évolution, partagent avec lui un lien qui, selon certaines recherches, va au-delà de l’émotionnel.

On dit souvent que les chiens ressemblent à leurs propriétaires. Aussi bien physiquement que mentalement. L’une des principales raisons de cette symbiose est l’immense capacité d’empathie des chiens envers leurs propriétaires.

Cependant, cette étroite relation ne se limite pas au niveau sentimental. En effet, diverses études scientifiques ont mis en avant la faculté des chiens à percevoir des maladies. Ou à identifier des individus en fonction des stimuli captés par leur système olfactif.

Des études scientifiques sur le lien entre les chiens et les êtres humains

La première a été organisée en janvier 2015 par des experts de la cognition animale de l’Université d’Emory à Atlanta. En utilisant l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, ils ont pu évaluer les réactions neuronales des chiens confrontés à différentes odeurs d’autres chiens ou d’individus.

Cinq échantillons ont été présentés à chaque chien examiné. Son odeur propre, celle d’un être humain proche, celle d’un individu étranger, celle d’un chien connu puis celle d’un chien inconnu. Les scanners réalisés ont révélé une activation maximale du noyau caudé, centre de récompense du cerveau, uniquement face aux odeurs familières.

 
Des études scientifiques ont été menées sur l'odorat des chiens et le lien avec les émotions

La seconde expérimentation pourrait être très utile pour de futures applications médicales. En effet, le puissant développement canin est célèbre depuis de nombreuses années. Un exemple en est l’utilisation de chiens pour la chasse aux truffes ou dans les services de police.

Toutefois, ce n’est qu’en avril 2015 qu’un groupe de chercheurs cliniques et vétérinaires italiens ont démontré la capacité des chiens à détecter le cancer de la prostate.

Pour cette expérience, les scientifiques ont fait appel à deux Shepard allemands, normalement utilisés pour la détection d’explosifs. Les animaux ont été entraînés à reconnaître les composants volatiles présents dans l’urine de patients malades. Ainsi, deux des chiens ont fait preuve d’une sensibilité comprise entre 100 et 98,6%. Et ils ont été capables de reconnaître les échantillons de 362 patients.

Recherches sur les sentiments des chiens

En plus de se concentrer sur la relation entres les chiens et les êtres humains, de nombreuses études tentent de mieux comprendre le fonctionnement des émotions de nos animaux de compagnie.

Par conséquent, en 2008, un groupe de chercheurs de l’université de Vienne a rassemblé un certain nombre de chiens et les a mis par paires. Chaque animal a été invité à accomplir une tâche. Ils ont ensuite tous été récompensés avec des prix très attrayants comme des saucisses. Ou des récompenses peu attrayantes comme du pain complet.

 

Les résultats ont montré que les chiens non récompensés ou qui recevaient le pain, finissaient par ne plus réagir aux stimulations. Par ailleurs, ils commençaient à bâiller, gratter et éviter le regard des chiens mieux récompensés.

Un chien qui observe un objet par terre

D’autres études scientifiques…

Une autre étude menée par la chercheuse Alexandra Horowitz du Barnard College de New York a concentré son analyse sur la culpabilité présumée des chiens. Elle a donc réuni un groupe de chiens dans une salle avec leurs propriétaires respectifs. Ces derniers devaient empêcher leur chien de manger la friandise présentée. Puis, lorsque les propriétaires sont sortis de la pièce, la chercheuse a de nouveau proposé la friandise aux animaux.

Certains chiens ont choisi de la manger et d’autres non, en fonction des ordres que leur avaient donné leur propriétaire auparavant. Cependant, ils ont tous été réprimandés. Ainsi, même ceux qui n’avaient pas mangé la friandise semblaient coupables. Cet exercice pratique a mis en évidence le fait que les chiens ne ressentent pas de culpabilité, mais qu’ils réagissent à la réprimande ou à la punition reçue.

 

Enfin, le grand nombre d’études scientifiques canines effectuées démontrent l’intérêt de l’être humain à connaître parfaitement son animal de compagnie. Les grandes capacités empathiques et sensorielles des chiens révèlent un champ des possibles incroyables allant de la protection jusqu’à la thérapie en passant par le diagnostic de maladies.

 

  • AG Scientific. Scientific studies continue to show what our hearts already seem to know: that dogs are awesome. (2016). Recuperado de https://agscientific.com/blog/2016/03/top-10-scientific-discoveries-about-dogs/
  • Live Science. ‘Guilty Dog’ Look Is a Myth. (2009). Recuperado de https://www.livescience.com/3669-guilty-dog-myth.html
  • Pappas, S. (2011). Live Science. 10 Things You Didn’t Know About Dogs. Recuperado de https://www.livescience.com/13305-facts-dog-breeds-genetics-pets.html