A quoi ressemble le processionnaire du pin ?

28 mars 2019
Le processionnaire du pin peut provoquer de sérieux problèmes chez les chiens, même s'ils se contentent de le renifler.

Lorsque le printemps arrive et que les températures augmentent, toutes sortes de chenilles et d’insectes font leur apparition. C’est le cas du fameux processionnaire du pin. Cet étrange animal commence alors à apparaître dans les campagnes, mais aussi dans les parcs et les jardins des zones urbaines.

Cette sorte de chenille est célèbre pour ses étranges rayures qui piquent la curiosité. Cependant, en plus d’avoir un impact considérable sur l’environnement, le processionnaire du pin représente un grave danger pour les animaux de compagnie. 

Vous découvrirez ci-dessous quelques informations qui vous permettront de mieux connaitre cet animal singulier, ainsi que ses dangers.

 Quelques données sur le processionnaire du pin

Le processionnaire du pin (Taumetopoea pitycampa) est une espèce de lépidoptère qui envahit chaque année certaines régions de la péninsule ibérique. Il vit dans les forêts d’Europe centrale et du Sud et est considéré comme une espèce invasive. 

Les chenilles de cet animal ont la tête et la peau noires, ainsi que les flancs de couleur grise. Elles sont couvertes de poils rougeâtres appelés trichromes qui sont très irritants. Cette caractéristique explique leur dangerosité pour les humains, mais surtout pour les animaux domestiques et en particulier les chiens.

Les processionnaires du pin adoptent un comportement social qui les pousse à s’aligner les un derrière les autres. Ils descendent vers le sol en file indienne depuis leur nid construit dans les arbres, comme s’ils réalisaient une procession. D’où leur nom.

nid de processionnaire du pin

Ces chenilles se déplacent toujours ensemble en formant des rangées. Une fois le moment venu, elles s’enfoncent dans le sol pour y terminer leur développement. Quelques mois plus tard, elles deviennent des papillons. Elles vivent principalement dans les pins méditerranées. Cependant, elles peuvent aussi vivre dans les sapins et les cèdres.

Pourquoi le processionnaire du pin est-il dangereux ?

Les processionnaires du pin sont principalement dangereux pour les animaux domestiques car ils peuvent provoquer des allergies et de l’urticaire. Lorsqu’ils se sentent menacés, ils libèrent leurs poils urticants et venimeux. Les chiens en sont les principales victimes.

Chaque chenille possède environ 500 000 poils remplis d’une toxine appelée thaumatopina. Ces poils agissent comme de véritables aiguilles capables d’injecter cette toxine dans la peau ou les muqueuses de nos amis.

Il suffit de toucher, de s’approcher ou de sentir ces chenilles pour en être victime. Elles peuvent provoquer des irritations aux yeux, au nez, à la gorge ou une réaction allergique sévère qui peut s’avérer très sérieuse.

Pour contrôler cette espèce nuisible, on utilise des méthodes physiques, chimiques et biologiques. L’une des méthodes les plus couramment employées est le brûlage des nids de septembre à novembre. Cependant, les pièges à phéromones sont désormais largement employés pour les mâles. Cette méthode empêche la reproduction et s’avère très efficace.

processionnaire du pin et les chiens

Comment reconnaître une intoxication chez un chien ?

Un chien peut facilement croiser ces chenilles au cours de ses promenades. De plus, il est très probable qu’il s’en approche, surtout s’il est un chien jeune, agité et curieux. Il peut les renifler, les lécher, les manger ou tout simplement les toucher avec son museau. Tout cela suffit à provoquer une réaction.

Les signes qui montrent qu’un chien est entré en contact avec ces chenilles et qu’il a été intoxiqué sont variés. Les plus communs sont les suivants : démangeaisons intenses ou urticaire, gonflement des lèvres et de la langue et salivation excessive. En général, le chien se montre également nerveux et agité. Il tentera aussi de se gratter la gueule avec les pattes avant.

Il se peut aussi que l’animal souffre de fièvre, de vomissements ou de diarrhées, s’il a ingéré une chenille. Le plus important est de rester attentif à l’état de sa langue. Celle-ci est généralement enflammée et de couleur pourpre. Si le chien ne reçoit pas de traitement immédiatement, des zones nécrosées et des pertes de tissus peuvent apparaître.

Les dommages sur la langue peuvent se traduire par une perte d’appétit et entraîner tous les problèmes qui y sont associés. Dans les cas les plus graves, un œdème facial ou du pharynx peut apparaître et provoquer des difficultés à respirer. Le chien peut aussi être victime d’une réaction anaphylactique dont l’issue peut être fatale.

Si vous pensez qu’un processionnaire du pin a infecté votre chien, vous devez vous rendre de toute urgence chez un spécialiste. Toutefois, comme toujours, mieux vaut prévenir que guérir. Il est donc préférable d’éviter de promener votre chien dans les zones dans lesquelles se trouvent des pins durant les mois de février, mars et avril afin de minimiser les risques d’exposition.