Tout sur le prurit canin

· 20 août 2018
Ce comportement entraîne les conséquences suivantes : rougeur et inflammation cutanées; blessures et lésions dues à l'automutilation; chute partielle ou totale des poils, la dénommée alopécie

Cette dénomination peut nous être inconnue, mais le prurit canin affecte fréquemment les chiens de tous types et de tout âges. Il peut aussi affecter les félins domestiques. Par la suite, nous allons vous présenter ses principaux symptômes et des recommandations pour vous aider à prendre soin de votre compagnon.

Prurit canin : qu’est-ce que c’est et comment il se développe

La médecine vétérinaire emploie le terme ‘prurit canin’ pour désigner la démangeaison ou la sensation qui pousse à gratter. Cela se manifeste par un désir intense et persistant de se frotter, se gratter, lécher et mord peau et pelage.

un chiot se gratte

Parfois, le prurit apparaît de façon isolée et généralement associé au système nerveux. Mais il peut aussi être un symptôme dans d’autres pathologies. Il se développe suite à des inflammations et des allergies cutanées ou une invasion de parasites externes.

Le pronostic du prurit canin est général bon, mais il dépend de la précocité du diagnostic. S’il n’est pas traité correctement, il peut provoquer la chute totale ou partielle des poils. Dans des cas plus graves, les blessures et ulcères résultant d’un grattage intense  peuvent évoluer en infections bactériennes.

Symptômes du prurit canin

Le principal symptôme du prurit chez les chiens est, évidemment, la fameuse démangeaison intense et croissante. L’animal peut aussi développer des conduites obsessives et s’isoler toute la journée pour se gratter ou se lécher. Qui plus est, beaucoup de chiens se frottent et se grattent les parties de leur corps affectées contre des objets et des meubles de la maison ou des arbres dans le jardin.

Un tel comportement entraîne les conséquences suivantes :

  • Rougeur et inflammation cutanées.
  • Blessures et lésions engendrées par l’automutilation.
  • Chute partielle ou totale des poils, ce que l’on nomme alopécie.

Principales causes du prurit canin

La cause la plus courante du prurit chez les chiens est liée aux invasions de parasites externes. La présence de puces, de tiques et d’acariens peut engendrer une démangeaison intense et le développement d’irritations et d’inflammations cutanées.

Les allergies apparaissent comme la seconde cause la plus fréquente du prurit chez les animaux domestiques. Elles peuvent être dues à l’alimentation, des parasites, des produits, la poussière et certains agents naturels, comme la mousse ou le pollen.

Certains endoparasites, comme les vers (ascarides), peuvent également provoquer le prurit chez nos compagnons. Notamment chez les sujets de moins de six mois.

Les substances chimiques présentes dans certains produits d’entretien et cosmétiques sont également dangereuses pour les animaux. Elles facilitent non seulement l’apparition du prurit, mais elles peuvent aussi causer des intoxications plus graves.

Prurit canin : le facteur psychologique

Le prurit canin se complique habituellement en activant ce que l’on appelle le cercle vicieux de la démangeaison. Cette dernière pousse l’animal à se gratter et cause donc des lésions. De là, la sensation de démangeaison augmente, entraînant une envie encore plus forte de ses gratter et causer de nouvelles blessures.

Mais ce cercle vicieux ne se limite pas à des manifestations physiques. Cette sensation de démangeaison est généralement contagieuse et sa progression est liée au système nerveux

La stimulation du picotement provoqué sur la peau parvient au cerveau à travers ce système. La réponse immédiate de l’animal consiste généralement à se gratter pour se soulager rapidement et faire disparaître ce stimulus étrange.

Mais cette réaction provoque une irritation plus grande et engendre de nouveaux stimuli de démangeaison. Cela crée donc une chaîne de réactions vicieuses qui peut provoquer une intense irritation cutanée et nerveuse.

Le facteur psychologique du prurit est si déterminant qu’il peut entraîner une contagion entre humains et animaux. Dans plusieurs cas, le maître développe un prurit imaginaire à force d’observer celui de son chien.

Traitement du prurit canin

Il n’existe pas de traitement unique du prurit canin. Le vétérinaire pourra vous prescrire des pommades, des gélules ou des injections pour réduire l’envie de se gratter et éviter de nouvelles lésions.

Normalement, on vous recommandera un changement de régime et des examens spécifiques pour écarter la possibilité d’allergies sous-jacentes. Dans le cas où l’on trouve une infection par parasites internes ou externes, il faudra procéder aux fameux vermifuges.

Il est fondamental de ne pas pratiquer d’auto-médication sur un animal souffrant de prurit. De nombreux médicaments et même quelques remèdes maison peuvent empirer la sensation de démangeaison et irriter davantage la peau.

Le traitement du prurit chez les chiens doit être le résultat du diagnostic posé par un vétérinaire spécialisé en la matière.

Prurit canin : la prévention est-elle possible ?

Il est possible de prévenir le prurit en adoptant des habitudes saines au niveau de l’hygiène du foyer, comme en préservant un environnement propre et aéré. L’animal doit aussi recevoir des soins spécifiques, comme des bains, brossages, caresses, etc.

Une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’une activité physique sont également fondamentales pour fortifier le système immunitaire. Les animaux allergiques doivent adopter un régime hypoallergénique pour contrôler leurs réactions organiques.

La médecine préventive est essentielle pour combattre les causes liées aux parasites et aux allergies. De plus, les visites régulières chez le vétérinaire facilitent le diagnostic précoce du prurit canin et d’autres troubles cutanés.