Les virus du lapin

· 14 septembre 2018
Ils présentent un fort taux de mortalité et peuvent infecter autant les animaux domestiques que les animaux sauvages, malheureusement ces virus du lapin sont très contagieux et certains n'ont aucun remède

Le lapin est considéré comme un animal de compagnie exotique qui a de plus en plus de succès au quotidien. Il devient de plus en plus commun dans nos foyers. Il existe certains virus du lapin qui peuvent provoquer des maladies graves. Elles affectent nos animaux domestiques préférés et leurs cousins de la forêt.

Bien que ce soit rarement le cas chez les lapins domestiques eux aussi peuvent être porteurs de maladies contagieuses. Ces virus du lapin sont particulièrement dangereuses pour les exploitations de cuniculture et peuvent même mettre en péril la survie d’autres espèces vivant à l’état sauvage.

Qu’est-ce que la myxomatose ?

La myxomatose est probablement l’un des virus du lapin les plus connus, une maladie très contagieuse qui affectent les animaux domestiques comme les lapins sauvages. Il est causé par un virus de la famille des Poxviridae,  très semblable au virus à l’origine de la variole.

La myxomatose se contracte au contact direct avec des animaux malades ou par le biais d’insectes hématophages comme les moustiques. Ces derniers agissent comme des porteurs pour transmettre la maladie entre un sujet malade et un sujet sain. C’est pour cela que ces infections sont directement liées avec l’augmentation de ces insectes. Elles sont plus fréquentes dans les zones humides durant la saison chaude.

Le contact avec des matériaux contaminés par des sécrétions et mucosités de lapins malades peut être source de contagion pour la maladie. Bien évidemment, on parle des sécrétions nasales comme oculaires.

virus du lapin

Concernant les symptômes, cela dépend de la souche du virus. Il y aura un nombre plus ou moins grand de nodules sur la tête et les parties génitales. Ils peuvent également apparaitre sur les muqueuses et ont tendance à s’étendre au reste du corps.

La maladie présente un fort taux de mortalité chez les lapins adultes. Tandis que les petits de moins d’un mois résistent habituellement à la maladie. La période d’incubation va de trois à sept jours et il n’existe pas de traitement efficace contre la maladie.

Qu’est ce que la maladie virale hémorragique ?

Ce virus du lapin est une maladie hautement contagieuse. Elle présente un taux de mortalité très élevé. En effet, la cause de la maladie virale hémorragique est un calicivirus qui se transmet par contact direct avec des animaux malades ou des éléments contaminés comme les biberons, les vêtements ou encore la cage.

La période d’incubation de la maladie est courte, entre un et trois jours. Les symptômes apparaissent habituellement chez les lapins après deux mois. En effet, il s’agit d’une fièvre soudaine et d’une mort subite en 12 à 36 heures. La maladie virale hémorragique peut provoquer des symptômes tels que : diarrhée, démangeaisons, perte de poids, signes respiratoires ou nerveux.

Bien que cela ne se traduise pas en une symptomatologie observable, ce virus provoque des hémorragies internes comme son nom l’indique.

virus du lapin

On peut et on doit  éviter ces deux virus du lapin grâce à l’utilisation d’un vaccin. Vous devez consulter votre vétérinaire pour savoir quand les administrer. En effet, bien que la transmission à des lapins de compagnie soit rare, la vaccination est fortement recommandée pour protéger votre animal de compagnie.

La myxomatose comme la maladie virale hémorragique sont des maladies qui doivent être diagnostiquées grâce à l’identification du virus. On suspectera ces maladie si on constate la mort de dizaines d’individus avec les mêmes symptômes.

L’impact des virus du lapin

Les deux maladies furent utilisées sur les lapins en Australie, ce qui causa des millions de morts. On a observé des cas similaires en Grande-Bretagne et en Allemagne. En effet, le lapin a proliféré sans avoir de prédateurs et on a introduit la myxomatose pour se débarrasser d’eux. C’était une idée d’Armand Delille, un médecin français qui l’a introduit en Europe dans les années 50.

Dans d’autres pays où il n’y avait pas de volonté de diminuer la population du lapin, la maladie est devenue un danger pour les population sauvages et pour les animaux qui dépendent de ces derniers. En Espagne, l’apparition de ces maladies a provoqué une diminution des espaces emblématiques comme l’aigle royal ou encore le très menacé lynx ibérique.