L’arthrose canine : diagnostic et traitement

· 10 novembre 2017

L’arthrose canine est une maladie dégénérative des articulations qui constitue la cause la plus fréquente de douleur chronique chez les chiens. Elle survient la plupart du temps chez les chiens âgés, bien que l’obésité puisse provoquer cette maladie chez les jeunes chiens.

L’arthrose se développe suite à la dégradation du cartilage qui recouvre les os et l’intérieur des articulations, causant une perte d’élasticité, qui provoque à son tour des douleurs et une baisse du niveau normal de mobilité du chien. Cette maladie doit être traitée immédiatement, la qualité de vie du chien reposant sur un diagnostic établi le plus tôt possible.

Diagnostic

Le diagnostic de l’arthrose peut être difficile lors de ses premières manifestations, notamment parce que les chiens ont tendance à déplacer le poids de l’articulation malade vers l’articulation saine, évitant ainsi de faire pression sur cette première. Par conséquent, il est difficile de se rendre compte que le chien souffre, y compris pour le personnel vétérinaire.

Dans la plupart des cas, les chiens se mettent à boiter ou sont atteints d’une anomalie de posture (comme maintenir une patte levée, uriner en position assise pour des mâles, etc.) de manière occasionnelle, mais peuvent toujours jouer et courir régulièrement, ce qui fait que cela ne nous alerte pas en premier lieu.

Cependant, au fur et à mesure que la maladie avance et détériore l’articulation, le chien se mettra à boiter en permanence et, en fonction du degré de dégradation du cartilage, évitera de bouger et montrera des symptômes de douleur à la moindre palpation de l’articulation touchée.

Autres symptômes qui peuvent nous aider à détecter l’arthrose :

  • Ils se déplacent au ralenti, se montrent réticents à aller se balader et ont du mal à tenir le rythme.
  • Ils ont du mal à s’arrêter ou à s’asseoir, le font très lentement et adoptent des postures qui sortent de l’ordinaire.
  • Diminution de l’appétit.
  • Irritabilité, agressivité, nervosité, stress ou insomnie. Le chien refuse qu’on touche aux zones qui sont affectées par la maladie.

Prévention

un border collie noir et blanc saute pour attraper un freesbie

L’arthrose peut être évitée grâce à des soins faciles tout au long de la vie de l’animal de compagnie, entre autres :

Alimentation

Le chien doit être nourri convenablement, en particulier pour éviter le surpoids. Les chiens qui souffrent d’obésité soumettent leurs articulations à un effort excessif dû au poids de leur corps, accélérant par la même la dégradation de celles-ci. La suralimentation provoque aussi d’autres problèmes, comme des insuffisances rénales et cardiaques. Il est important de nourrir son chien en fonction de ses besoins et de ses dépenses énergétiques, en prenant en compte son âge, sa race et sa taille. Il est conseillé de compléter l’alimentation des chiens âgés par des vitamines, pour éviter que se développent des problèmes dus entre autres au manque d’assimilation des nutriments et à la perte musculaire.

Exercice

Les chiens doivent faire des exercices tous les jours conformément à leur condition physique et aux exigences de leur race. On conseille des exercices qui cherchent à tonifier et augmenter la musculature pour entretenir des articulations mobiles et saines. Il est préférable de mettre en place pour le chien une routine modérée d’exercices quotidiens plutôt que de le soumettre à des journées fatigantes entrecoupées de pauses prolongées (uniquement en fin de semaine par exemple).

Visites chez le vétérinaire

Il faut les emmener faire des contrôles systématiques chez le vétérinaire afin que celui-ci évalue la santé de notre animal de compagnie. Il pourra ainsi mettre en place un plan de contrôle et de surveillance des différents problèmes que peut contracter le chien à mesure qu’il vieillit.

Traitement

un labrador noir et ausculté par un vétérinaire

L’arthrose est une maladie incurable. Cependant, on peut traiter la douleur, de même que l’on peut enrayer le processus de dégradation des articulations. Ainsi, une fois que l’on a diagnostiqué l’arthrose, le vétérinaire évalue la situation et détermine un plan de contrôle de la maladie pour éviter que celle-ci ne continue de se développer, et prescrit des médicaments pour limiter la douleur et diminuer l’inflammation des articulations.

Le premier problème auquel les vétérinaires doivent s’atteler face à cette maladie est un syndrome nommé sensibilisation centrale : à cause de la douleur sans interruption, la moelle épinière induit la perception d’une douleur accrue avant même le stimulus douloureux.

Généralement, ce type de maladie est traité grâce à des anti-inflammatoires non stéroïdiens, qui améliorent considérablement la qualité de vie des chiens qui souffrent de cette maladie, leurs permettant de retrouver la mobilité des articulations affectées et réduisant les stimuli douloureux.

Dans les cas particulièrement graves, on a recours à une intervention chirurgicale visant à éliminer les ostéophytes (excroissances osseuses anormales) qui obstruent les articulations.