La physiologie du chien

· 10 janvier 2018

Certains mots liés à l’anatomie  canine vous sont surement familiers, alors que d’autres sont de véritables énigmes lorsque vous les entendez chez le vétérinaire. Petit à petit, enrichir vos connaissances sur la physiologie du chien pourra vous être très bénéfique et vous permettra de mieux connaître votre animal domestique.

Les caractéristiques principales

un chien bondit en l'air pour franchir un obstacle

La tête du chien comporte de nombreuses parties similaires à celle de l’homme avec quelques différences notables. Par exemple, son museau est toujours frais et humide. Les oreilles comportent également certaines différences et varient selon les races : elles peuvent être droites comme celles du Berger Allemand, tombantes comme celles du Beagle, repliées comme celles du Fox Terrier ou altérées chirurgicalement comme celles du Doberman.

Contrairement à nous, à la place de la bouche, les chiens ont une gueule pointant vers l’avant. Ils ont également des moustaches ou vibrisses, qui ont un rôle sensoriel. Leurs yeux sont souvent couleur café, néanmoins, il y a des races avec les yeux plus clairs. Dans certains cas, il existe également un défaut génétique, l’hétérochromie ou « yeux vairons », qui donnera à chaque œil de votre chien une couleur différente.

Son cou comprend une gorge, une nuque et une encolure. Les épaules sont situées sur la partie supérieure des pattes antérieures et à son point le plus haut se situe le garrot.

Sur le corps du chien on retrouve, en simplifiant et sans prendre en compte toutes les extrémités, la poitrine. La poitrine est la partie haute du sternum et c’est là que se réunissent, par le devant, toutes les côtes. C’est ce qui ferme la cage thoracique, sous le poitrail, et qui vient juste avant le ventre.

Son épaule part de la base de l’encolure et va jusqu’au bout de la cage thoracique, ensuite vient l’échine qui se termine à l’endroit où commence sa hanche, située au niveau du commencement des jambes postérieures.

Les côtés de son corps s’appellent les flancs et vont des pattes antérieures jusqu’aux pattes postérieures.

Jusqu’où en savez-vous sur les chiens ?

un labrador mange un os pour les dents

La physiologie du chien et ses similarités avec l’anatomie humaine

Si vous pensez que les membres de votre chien sont identiques, vous faites erreur. Les membres antérieurs et les membres postérieurs sont aussi différents que vos propres bras comparés à vos jambes. Le membre antérieur d’un chien occupe la même fonction que le bras supérieur humain attaché sous les épaules, le coude, l’avant-bras et les poignets. Le coude est la première articulation rencontrée, en second, c’est le poignet. A partir de ce point commencent le carpe suivi du métacarpe qui s’étendent du poignet jusqu’aux doigts. C’est le dernier tronçon du bras et l’équivalent de la main chez l’Homme.

La patte est composée de la pointe de ses doigts d’où naissent les ongles ou griffes. Elles sont attachées à toutes les phalanges. Sur la surface inférieure des doigts, il y a les coussinets, sur lesquels le chien s’appuie pour marcher. Les chiens ont un coussinet principal puis un pour chaque doigt. Les chiens disposent aussi de coussinets au niveau du poignet.

Vous remarquerez également la présence d’une protubérance sur la face arrière de ses pattes. Cela s’appelle le canon. C’est un vestige du pouce, qui n’a donc aujourd’hui plus aucune utilité spécifique.

Les membres postérieurs commencent au niveau du muscle supérieur, la cuisse. Elle part du point attaché à l’abdomen où commence la hanche et où fini le torse et va jusqu’au tarse.

Les particularités de la physiologie canine

En partant de la hanche et en descendant jusqu’en bas de la cuisse on trouve le jarret. C’est une articulation à la forme particulière qui se plie en angle aigu. Il est situé sur la face postérieure de sa jambe. Cette articulation correspond à la cheville chez l’Homme. Ensuite, c’est comme pour les membres antérieurs. On retrouve l’os du tarse, le métatarse et les doigts avec en dessous les coussinets.

En dernière position vient la queue. La queue est en réalité la continuation de la colonne vertébrale. Elle peut être très longue et presque sans poils chez certaines races comme le Teckel. La croupe se situe à la naissance de la queue, au niveau du bassin. Pour des raisons esthétiques, certaines races de chien ont souvent la queue coupée comme chez le Boxer. Nul doute que la queue des chiens est très utile, leur permettant de montrer leur joie ou excitation lorsqu’ils l’agitent, ou leur peur en la plaçant entre leurs jambes.

Outre ses caractéristiques physiques, il y a également quelques données importantes à retenir. Par exemple, concernant son espérance de vie. Bien que toutes les races n’aient pas la même durée de vie, en général, un chien peut vivre entre douze et quinze ans. Il existe certaines races comme le Chihuahua ou le Yorkshire Terrier qui peuvent vivre jusqu’à l’âge de vingt ans.