La médecine préventive pour les animaux domestiques

· 14 mars 2018

La médecine préventive pour les animaux domestiques consiste en l’administration de soins simples et efficaces afin de préserver la santé de l’animal. Avec quelques minutes de votre journée, vous serez à-même de protéger votre animal contre de nombreuses maladies graves et d’améliorer sa qualité de vie.

Connaître les bases de la médecine préventive pour animaux domestiques

« Il vaut mieux prévenir que guérir »: ce dicton est une règle d’or qui s’applique aussi à la santé de nos compagnons à quatre pattes.

Il vaut la peine de préciser que n’importe quelle médecine préventive pour animaux doit inclure des visites périodiques chez le vétérinaire. C’est l’unique professionnel capable de vous recommander des produits et des mesures préventives adéquats à chaque animal.

1. Respecter le calendrier de vaccination

Pour la majorité des maladies graves, la vaccination en est l’unique forme de prévention qui soit efficace. C’est pour cette raison qu’il n’existe pas de médecine préventive pour animaux sans une vaccination responsable.

Un Cocker reçoit un vaccin

2. Hygiène et soins oraux ou dentaires

Les animaux ont besoin de soins oraux afin de garantir un processus de digestion adéquat. Cela permet également de limiter la prolifération de micro-organismes. Il est indispensable de commencer ce genre de soins lorsque l’animal est encore petit.

Les problèmes de santé buccaux surviennent souvent lorsqu’il y a une grande accumulation de tartre sur les dents et les gencives du chien. L’halitose est généralement le premier symptôme trahissant un dysfonctionnement dans la bouche de votre chien. Dans la plupart des cas, elle sera provoquée par une hygiène buccale insuffisante.

Il est conseillé de brosser les dents de votre chien 2 à 3 fois par semaine en utilisant seulement des produits adaptés à l’animal. Les dentifrices destinés aux humains sont susceptibles d’endommager l’émail des dents du chien et de l’empoisonner.

Si votre animal souffre d’une accumulation sévère de tartre, le vétérinaire vous recommandera un nettoyage professionnel et une intervention chirurgicale.

3. Le traitement antiparasitaire interne et externe

Le traitement antiparasitaire et la vaccination sont les éléments clés de la médecine préventive pour animaux. Le plus important dans le traitement antiparasitaire est de respecter le calendrier de soins et de choisir des produits adaptés.

Concernant le traitement antiparasitaire externe, il est conseillé d’appliquer des pipettes ou du spray au minimum 2 fois par an. Il est important de suivre les indications données par le vétérinaire et le fabriquant sur l’utilisation du produit. En addition, vous pouvez également utiliser des colliers et des savons anti puces et tiques.

Pour le traitement antiparasitaire interne, il faudra réitérer la procédure tous les 6 mois. La concentration de principes actifs dépendra de l’âge et du poids de l’animal.

Tous les produits ont une période de validité. Lorsqu’elle est dépassée, l’efficacité du produit est diminuée voire totalement annulée et l’animal se retrouve complètement exposé aux parasites.

4. La propreté des yeux et des oreilles

Les yeux et les oreilles sont constamment exposés à la saleté et aux micro-organismes présents dans l’environnement. C’est d’autant plus vrai lorsque l’animal vit dans une grande ville sujette à la pollution.

Concernant les oreilles, il est conseillé d’effectuer un nettoyage hebdomadaire à l’aide d’une gaze propre. Vous la passerez sur les parties externes des oreilles et à l’entrée du canal auditif.

Après le bain, il sera fondamental de bien sécher les parties externes et internes des oreilles. Il en va de même pour les promenades à la plage, les jours de piscine ou après toute activité aquatique. A l’inverse de ce que l’on pourrait penser, les zones humides facilitent la prolifération de micro-organismes et sont à l’origine des mauvaises odeurs.

Concernant les yeux, vous pouvez effectuer un nettoyage quotidien avec des gazes propres. Il faudra faire très attention de ne pas irriter l’intérieur de l’œil. Il sera également important d’empêcher l’accumulation de sécrétions oculaires autour de l’œil.

5. Prendre soin du pelage

Le pelage de l’animal ne lui sert pas uniquement à être beau. C’est une protection pour son organisme et une adaptation évolutive importante de chaque race.

Le soin le plus basique consiste à brosser l’animal selon son pelage et à choisir le matériel adéquat pour effectuer cette tâche. Les animaux à poils longs peuvent être brossés 2 à 3 fois par semaine. Cependant, les animaux à poils courts n’ont besoin que de 3 ou 4 brossages par mois.

Les bains trop fréquents sont susceptibles d’endommager son pelage en enlevant la couche de gras protégeant le corps, le laissant ainsi vulnérable. Il est donc conseillé de faire prendre un bain à votre chien 1 fois par mois ou 2 fois au maximum.

Un chat et un chien mange de la viande crue et des légumes dans une gamelle

6. L’alimentation équilibrée

Une alimentation déséquilibrée est susceptible de provoquer d’innombrables maladies: cela peut aller de la mauvaise haleine jusqu’à la dénutrition, l’obésité et aux troubles digestifs.

Une alimentation équilibrée devra être choisie en adéquation avec l’âge et la taille de l’animal. Cependant, il faudra également être attentif aux potentielles allergies, au surpoids et aux problèmes urinaires, rénaux ou hépatiques.

Il est important de respecter les portions recommandées pour chaque animal. Certaines races de chiens sont extrêmement gloutonnes et pourraient demander de la nourriture toute la journée. Il n’est pas non plus recommandé de donner de la nourriture humaine aux animaux car certains aliments sont capables de sérieusement endommager leur système digestif.

7. Une activité physique régulière

Les exercices physiques sont le complément idéal à une alimentation équilibrée. Ils aident à contrôler le poids de l’animal, à éviter les maladies qui en découlent et en plus, ils permettent de lui faire dépenser de l’énergie et d’équilibrer son métabolisme.