Où se plaindre d’une mauvaise procédure vétérinaire ?

31 juillet 2019
Si un vétérinaire traite mal votre animal, que pouvez-vous faire ?

L’inexpérience, l’imprudence ou le manque de pratique d’un médecin peuvent être fatals pour ses patients. Ceci s’applique également aux animaux domestiques. Existe-t-il un moyen d’identifier une mauvaise procédure vétérinaire ? Comment pouvons-nous nous en plaindre ? Poursuivez votre lecture, nous vous expliquons tout.

Comment détecter une mauvaise procédure vétérinaire

Vétérinaire pratiquant une mauvaise procédure vétérinaire

Nous devons prendre en compte de nombreux paramètres lorsque nous choisissons un vétérinaire pour notre animal de compagnie. Cette personne est en effet responsable, dans une certaine mesure, de la santé et du bien-être de ce dernier.

Tout d’abord, le propriétaire de l’animal doit s’assurer que ce dernier ne manque de rien. Le professionnel doit quant à lui être suffisamment qualifié pour assurer un traitement ou le guérir s’il est malade ou a un problème.

Les maîtres d’animaux domestiques sont souvent mécontents de l’attention et des soins dispensés par le vétérinaire. Ils peuvent même parfois témoigner du fait que l’animal souffre des conséquences d’une mauvaise procédure vétérinaire (qui peut parfois entraîner la mort).

Il est vrai nous pouvons tous, en tant qu’êtres humains, commettre des erreurs. Le problème réside néanmoins dans le manque d’expérience ou de connaissances mettant en danger plus d’un animal. L’inexpérience, les mauvais traitements et le manque de « bon sens » peuvent en effet être mortels pour nos animaux de compagnie.

Selon un magistrat d’un tribunal d’éthique, la mauvaise procédure vétérinaire comporte de nombreux aspects, de sorte qu’on ne peut la définir en une seule phrase. Par exemple, les procédures visant à sauver la vie de l’animal mais qui ont causé sa mort doivent être exclues. De nombreux maîtres accusent les vétérinaires lorsque leur animal meurt. Mais la mort de ce dernier n’est probablement pas la faute du professionnel.

Aucun vétérinaire ne devrait traiter un patient avec l’intention de lui nuire ou de ne pas le guérir. Tous sont censés avoir embrassé cette carrière car telle est leur vocation. Leurs décisions et leurs actions doivent tendre à améliorer l’état de santé de l’animal, à faire en sorte que ce dernier évolue le mieux possible.

Les pratiques considérées comme de mauvaises procédures vétérinaires

Mais il existe également des pratiques que nous pouvons considérer comme de mauvaises procédures vétérinaires, et notamment :

  • Offrir ou effectuer des services médicaux, chirurgicaux ou cliniques sans avoir la formation nécessaire
  • Ne pas réaliser les examens médicaux complets (tests de laboratoire, radiographies, etc.) avant une opération
  • Ne pas expliquer correctement aux maîtres quel est l’état de santé de leur animal, les pratiques qui seront effectuées, ainsi que les attentes de récupération ou les risques de certaines procédures
  • Oublier de demander le diagnostic d’un autre professionnel au cas où la réponse à un traitement est déficiente ou lorsque apparaissent des effets indésirables
  • Réaliser des pratiques inutiles ne profitant nullement à la santé de l’animal

Comment puis-je agir contre une mauvaise procédure vétérinaire ?Chat ayant subi une mauvaise procédure vétérinaire

Vous pouvez déposer une plainte si vous considérez que le vétérinaire de votre animal a mal agi. Elle n’aura toutefois d’effet que s’il s’agit d’un fait grave, c’est-à-dire si l’animal meurt, s’il est brûlé, coupé ou qu’une partie de son corps lui a été retirée inutilement.

Il est nécessaire d’éviter les plaintes systématiques et d’avoir la certitude absolue qu’une mauvaise pratique a été mise en œuvre. De plus, il est essentiel d’avoir une copie des antécédents médicaux de l’animal pour que la plainte soit prise en compte.

Il est par ailleurs nécessaire de répondre à une série de questions telles que :

Le problème résulte-t-il d’une pratique vétérinaire ou esthétique ? Les toiletteurs, les centres de beauté ou les crèches pour animaux de compagnie ne sont en effet pas régis par les lois de la médecine vétérinaire.

La situation mérite-t-elle une plainte légale ? En d’autres termes, le désaccord a-t-il sa place pour être présenté devant un tribunal ou simplement dans le centre vétérinaire en question ? Nous pouvons par exemple résoudre le différend de manière locale si le médecin n’a pas bien traité l’animal.

Comment pouvons-nous prouver la mauvaise pratique vétérinaire ? Le maître de l’animal doit au moins disposer d’une preuve permettant de constater que cette pratique était contraire à l’éthique professionnelle.