Animaux de compagnie hyperactifs : conseils pour faire face au confinement

Faire face à la quarantaine peut être très difficile dans certains cas, mais il est toujours possible de tirer parti de la situation. Comment ? En se concentrant sur la correction des problèmes de suractivité ou d'hyperactivité des animaux de compagnie.
 

Vous avez probablement déjà remarqué (d’après votre propre expérience ou les commentaires de votre famille, de vos amis ou de vos connaissances), qu’il existe des animaux de compagnie hyperactifs. Et que, par exemple, ce n’est pas la même chose de garder un bulldog anglais à la maison qu’un husky ou un dalmatien.

Nous devons garder à l’esprit que, selon la race, le dressage et d’autres facteurs, un animal de compagnie peut être plus ou moins actif. Ces facteurs peuvent nous donner des indices précieux lors de l’élaboration de stratégies pour nous aider à canaliser leur énergie. Et à améliorer la cohabitation à la maison.

Animaux de compagnie hyperactifs : aspects à prendre en compte

Les animaux hyperactifs pendant le confinement

Comme d’autres types de comportement chez le chien, l’hyperactivité peut être un trait qui se transmet de génération en génération. Mais elle peut aussi avoir son origine dans d’autres causes non génétiques :

  • Stimulation insuffisante : à la fois physique et mentale
  • Manque de socialisation : cela peut être la cause de nombreux problèmes de comportement dans la vie du chien. Ce phénomène est très fréquent chez les chiens séparés de leur mère à un âge précoce et vendus dans les animaleries à plus de trois mois, lorsqu’ils ont perdu la période de socialisation
  • Manque de routine : les animaux s’adaptent facilement à une routine quotidienne qui leur donne la sécurité de savoir quand manger, sortir, dormir…
  • Hyperkinésie : c’est une maladie similaire au TDAH chez l’homme et elle est due à des problèmes du système nerveux
  • Problèmes d’alimentation : en raison d’un apport calorique excessif ou d’une hypersensibilité nutritionnelle (allergie alimentaire)
  • Apprentissage : des comportements renforcés par le propriétaire, volontairement ou involontairement
 

Hyperactifs ou suractifs ?

L’hyperactivité et la suractivité sont des concepts différents. De fait, il est possible de trouver des différences entre l’un et l’autre, à bien des égards :

  • La suractivité est plus fréquente chez les chiens
  • Contrairement à l’hyperactivité, la suractivité n’altère pas la physiologie du chien et n’affecte pas sa capacité à se détendre et à dormir normalement
  • Cependant, c’est le contraire qui se produit lorsque le chien est trop actif. Le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire et la température sont tous élevés, même pendant les périodes de repos
  • L’activité des chiens suractifs a un but. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’une réaction excessive à un stimulus, comme c’est le cas pour les chiens hyperactifs, et elle vise souvent à attirer l’attention du propriétaire
  • La suractivité n’est pas héréditaire

De nombreux chiens sont classés comme « hyperactifs » alors qu’ils ne le sont pas, simplement parce qu’ils ont un niveau d’activité supérieur à la moyenne de leur race ou de leur âge. En outre, il convient de noter que l’activité varie également en fonction de l’individu.

 

Conseils pour faire face au confinement des animaux de compagnie hyperactifs

Si nous avons déjà écarté avec le vétérinaire un problème organique qui pourrait provoquer une hyperactivité, nous pouvons appliquer ces conseils dans la vie normale et penser à des alternatives pour de longues périodes à la maison comme le confinement.

1. Ne pas renforcer un comportement hyperactif

Le comportement hyperactif ne doit pas être renforcé, ni en récompensant les situations dans lesquelles le chien réagit de manière excessive, ni en le punissant pour cela. De cette façon, la seule chose que nous obtiendrons est d’augmenter le niveau d’anxiété du chien.

Profiter du confinement pour proposer des exercices de dressage aux chiens hyperactifs

2. Établir une routine

Il faut établir des routines pour marcher, jouer, se reposer et manger. Il est conseillé, selon l’âge et la race, de prendre un ou deux repas par jour, séparés dans la journée.

3. Adapter le régime alimentaire à ses besoins

Nous devons vérifier que la quantité de nourriture que nous donnons à l’animal est la bonne en termes d’âge, de race, de poids idéal et d’activité. Un chiot labrador n’est pas la même chose qu’un chihuahua adulte.

 

4. Fournir une stimulation physique et mentale suffisante

Nous devons également fournir une stimulation suffisante au chien, tant physique que mentale. Bien entendu, cela dépend de la race et de l’âge de l’animal.

Nous ne devons pas tomber dans l’exercice extrême, qui laisse le chien épuisé, ni nous contenter du minimum , qui lui permet à peine de « drainer » ou de « libérer » de l’énergie. Nous devons chercher un point intermédiaire.

  • A la maison, nous pouvons pratiquer des jeux d’odeurs, d’étirements, de morsures… Nous pouvons aussi préparer des jeux avec des matériaux faits maison comme le carton
  • Les jeux dans lesquels le chien utilise son odorat sont une bonne stimulation à la fois physique et mentale
  • Et pour les plus agiles, comme les bergers, les chasseurs, les chiens d’eau… nous pouvons progressivement essayer des exercices plus difficiles comme le tapis roulant

5. Opter pour le dressage à domicile

Nous pouvons former différents ordres et exercices d’obéissance et de maîtrise de soi (« assis », « reste », « dehors », « cherche », etc.). En ce sens, il est très important de promouvoir la maîtrise de soi à la maison pour aider les animaux de compagnie hyperactifs.

 

Avec de la pratique et du temps, nous pouvons éviter les situations incontrôlées, comme le fait que le chien se jette sur sa nourriture, par exemple.

La correction des comportements améliorera la cohabitation

Tout comme la quarantaine peut affecter plus ou moins les gens, elle peut aussi affecter les animaux domestiques. Certaines races sont plus énergiques et ont donc besoin de leurs gardiens pour les aider à canaliser leur élan, tandis que d’autres sont plus calmes en général.

Quel que soit l’état de votre animal, vous devez essayer de lui accorder une certaine attention pendant le confinement afin qu’il puisse s’en sortir le mieux possible.

Si nous nous attachons à mieux connaître notre animal de compagnie, nous pouvons corriger certaines habitudes et, d’une manière générale, améliorer la cohabitation.

  • PortalVeterinaria. Hiperactividad en el Canis familiaris, 2011.
  • Hablaconellos. Educación y Adiestramiento canino.