9 races de chiens difficiles à dresser

· 13 juin 2018

La rumeur circule dans les parcs canins et parmi les amoureux des chiens qu’il existe un certain nombre de races de chiens difficiles à dresser. Certaines personnes les appellent « chiens-chats ». Les Huskies, les Samoyèdes ou les races japonaises sont des races « rares » qui ne peuvent pas être dressées ou éduquées comme les autres chiens. Qu’est-ce qu’il y a de vrai dans tout ça ?

Races primitives : races difficiles à dresser.

Toutes les races de chiens n’ont pas le même âge. Nous connaissons des races de chiens qui sont apparues peu après le Moyen Âge. D’autres qui sont apparus au XIXe siècle. Mais il y en a de beaucoup qui sont plus anciennes.

On estime que les chiens ont commencé à se différencier des loups et ont entrepris d’évoluer par eux-mêmes vers l’an 4000 av JC. Les humains devinrent sédentaires. Des dépotoirs se créèrent à la périphérie des villages et plusieurs groupes de loups se nourrissaient d’ordures au lieu de chasser. Ils étaient considérés comme les premiers chiens.

Un Husky Sibérien

Il existe quelques races primitives, c’est-à-dire qu’elles ont peu évolué depuis. Ce sont les premières races en tant que telles qui sont apparues, et qui ont encore beaucoup de caractéristiques des premiers chiens.

Ces races sont les races nordiques ou asiatiques :

  1. Husky sibérien
  2. Malamute d’Alaska
  3. Samoyède
  4. Chiens Spitz
  5. Bergers finlandais ou nordiques en général, etc.
  6. Chow-chow
  7. Akita Inu
  8. Shiba inu
  9. Jindo coréen

Les races nordiques comme le husky sont si primitives que ce sont des chiens qui n’ont pas appris à aboyer. Même s’ils peuvent développer cette capacité tout au long de leur vie, cela n’est pas instinctif, contrairement aux autres races. Les Huskies et les malamutes, par exemple, hurlent pour communiquer. Ils n’aboient pas.

Les races japonaises aboient, mais n’importe quelle personne connaissant un chien de race japonaise peut reconnaître qu’il a un tempérament et un caractère très différent des autres chiens.

Les races difficiles à entraîner et à punir

Le fait que ces races ne sont pas fiables n’est qu’un mythe. De plus, les chiens nordiques sont souvent dressés pour tirer des traîneaux, aider les bergers ou chasser. Ce qui rend ces races spéciales, c’est qu’elles ne peuvent pas être entraînées par la punition.

Normalement, lorsque nous voulons éduquer ou dresser un chien, nous commettons l’erreur de le punir quand il a tort. Au lieu de lui permettre d’essayer et d’essayer jusqu’à ce qu’il y arrive et de le récompenser, nous interrompons ses processus d’apprentissage avec des expériences négatives.

Cette technique ne fonctionne certainement pas avec ces races. Les autres races ont été formées et mélangées avec d’autres chiens qui ont réagi et se sont adaptés à notre attitude et à notre façon de faire. Mais les chiens primitifs n’ont pas développé cette capacité.

Je veux dire par là que si vous essayez d’enseigner quelque chose à un husky (cela pourrait être ‘assis’, ou il pourrait ne pas quémander de nourriture à table), vous n’obtiendrez rien en le punissant ou en le grondant. Il n’est pas capable de relier son comportement à votre punition. Vous lui faites seulement peur. Il ne reçoit aucune information, pas même l’information qu’il fait quelque chose de mal.

Renforcement positif : une assurance de réussite

Les races nordiques, japonaises ou primitives ne peuvent pas apprendre par la punition. Cependant, ils réagissent très bien au renforcement positif et aux récompenses.

Le processus d’apprentissage de n’importe quel chien est accéléré si nous éliminons les punitions et les éduquons uniquement avec du renforcement positif. Le renforcement positif est gratifiant. Il s’agit donner quelque chose qu’un chien aime après un comportement que nous voulions qu’il répète.

La chose la plus simple à faire avec ces races de chiens difficiles à dresser ? C’est de les récompenser lorsqu’ils réussissent ce que nous leur demandons. C’est essentiel. De même qu’ils sont incapables de mettre en relation quelque chose de négatif avec leur comportement. Ils se rapportent très facilement et rapidement à une conséquence souhaitable de leur comportement.

C’est-à-dire, si vous voulez qu’un husky cesse de quémander de la nourriture à table, il apprendra beaucoup mieux si vous le récompensez quand il ne le demande pas qu’en le punissant d’être près de vous avec un regard tout triste. Le renforcement positif est nécessaire pour l’apprentissage de tout chien, et c’est la seule option disponible dans le cas des races primitives.

Un chien blanc dans la neige

Renforcement positif des chats

Ceux qui appellent ces chiens « chiens-chats » ont un peu raison, car ils apprennent à la manière de leurs compagnons félins. Les chats n’associent pas la punition à leur comportement et apprennent plutôt très rapidement en appliquant des méthodes basées uniquement sur le renforcement positif.

Si votre chat se met à faire ses griffes sur le canapé et que vous le grondez ou le punissez à chaque fois qu’il le fait, il continuera. Il ne comprend pas que votre réaction et son mauvais comportement soient liés. Cependant, si au lieu d’utiliser le canapé pour gratter, il utilise son griffoir et que vous lui donnez un prix, il comprendra assez vite.

Comme les races nordiques, asiatiques ou primitives, les chats ne peuvent pas apprendre de la punition. Cependant, cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent pas apprendre, loin de là. On peut es dresser, mais an utilisant seulement un renforcement positif.

Enfin, avec des récompenses et juste un peu de patience, n’importe quel chien, même s’il provient d’une de ces races de chiens difficiles à dresser, peut apprendre.