Le manchot pygmée, le plus petit du monde

2 décembre 2019
Dans cet article, nous voyageons dans les terres australiennes pour découvrir le manchot pygmée, un petit habitant sympathique.

Sur les côtes de Nouvelle-Zélande et d’Australie, nous pouvons observer un habitant très sympathique. Il s’agit du manchot pygmée ou pingouin bleu, considéré comme la plus petite espèce de pingouin connue. Si vous souhaitez en savoir davantage sur cette espèce, cet article a alors été écrit pour vous !

Classification du manchot pygmée

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1781 par le naturaliste Johann Reinhold Forster, qui lui a attribué le nom scientifique sous lequel elle est connue aujourd’hui : Eudyptula minor. Actuellement, on connaît plusieurs sous-espèces, bien que leur classification définitive soit loin d’être déterminée.

En Australie, nous les appelons manchot pygmée ou petit pingouin en raison de leur petite taille. Le nom de pingouin bleu provient de Nouvelle-Zélande où il est également appelé par son nom maori, korora.

Caractéristiques générales et comportement du manchot pygmée

Il est évident que ce qui ressort le plus de ces sympathiques animaux est la couleur bleue de leur plumage. Ce dernier est celui qui recouvre leur corps tout petit, qui ne dépasse pas généralement les 40 centimètres de hauteur et qui pèse un kilo.

Un manchot pygmée dans son nid

Son parent, le manchot empereur, fait plus d’un mètre de haut. Ce qui prouve que ces pingouins méritent sans doute le titre de « plus petits du monde ».

Par ailleurs, la couleur bleue couvre la plus grande partie de la tête et l’arrière du corps. Les nageoires, vestige ailé que les pingouins ont « transformé » en structures adaptées pour nager, sont aussi bleues. La zone allant du menton aux pattes est grisâtre ou blanchâtre.

Contrairement à la plupart des pingouins, ces animaux sont nocturnes. Ils vivent généralement en grandes colonies, où plusieurs couples se regroupent à côté de leurs nids respectifs. Pendant la journée, ils se consacrent à se nourrir, puis retournent au nid à la tombée de la nuit afin d’alimenter leur progéniture.

Reproduction et alimentation du manchot pygmée

La maturité sexuelle de ces animaux est atteinte vers 3 ou 4 ans. En outre, la saison des amours coïncide entre les mois d’août et de septembre. Pour assurer leur descendance, les pingouins bleus choisissent un partenaire avec lequel ils resteront pendant l’accouplement et l’éclosion des oeufsLes nids sont souvent situés près de la côte et abritent généralement une paire d’oeufs qui éclosent dans les 36 jours suivant l’incubation.

Un manchot pygmée dans sa colonie

L’alimentation du manchot pygmée est moindre en quantité en raison de sa petite taille. En général, il mange du poisson (anchois ou sardines), des petits céphalopodes et crustacés. Par conséquent, pour obtenir cette nourriture, les manchots pygmées ont tendance à se rapprocher des côtes bien qu’ils aient également recours à la plongée si cela est nécessaire.

Distribution et conservation

Cet animal est largement répandu le long des côtes australiennes et néo-zélandaises. Le long de ces côtes, la taille et la coloration du manchot pygmée peut varier. Bien que ce soit la même espèce. D’autre part, des spécimens ont été observés sur certains îles du Chili et la côte d’Afrique du Sud. On pense également qu’il reste des populations à découvrir.

Actuellement, ils sont hors de danger en termes de conservation. L’UICN les a inscrit dans la liste des « préoccupations mineures », mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils ne sont pas danger.

Par exemple, les colonies qui se trouvent près de populations humaines sont plus susceptibles d’être chassées ou de disparaître à cause de la réduction de leur habitat. En outre, la pollution des mers par des déversements et les plastiques constitue un véritable danger pour ces animaux.

 

  • Dann, P., CARRON, M., CHAMBERS, B., CHAMBERS, L., DORNOM, T., MCLAUGHLIN, A., … & UNTHANK, S. (2005). Longevity in little penguins Eudyptula minor. Marine Ornithology33, 71-72.
  • Numata, M., Davis, L. S., & Renner, M. (2000). Prolonged foraging trips and egg desertion in little penguins (Eudyptula minor). New Zealand Journal of Zoology27(4), 277-289.
  • Hocken, A. G. (2000). Cause of death in blue penguins (Eudyptula m. minor) in North Otago, New Zealand. New Zealand Journal of Zoology27(4), 305-309.