Le dauphin à nez blanc en Nouvelle-Zélande

13 août 2019
Le dauphin à nez blanc est le plus petit cétacé connu, et est endémique de la Nouvelle-Zélande. Il y est divisé en deux sous-espèces qui vivent dans différentes régions de l'île.

Le dauphin à nez blanc est endémique de la Nouvelle-Zélande. Son nom scientifique est Cephalorhynchus hectori, ce qui lui a valu le surnom du dauphin d’Hector.

Caractéristiques du dauphin à nez blanc

Il possède un corps robuste caractéristique de la famille Delphinidae. Cependant, il est l’individu le plus petit de toute la famille. Il existe un léger dimorphisme sexuel. En effet, les mâles sont légèrement plus petits que les femelles. Par ailleurs, les individus adultes font entre 1,2 et 1,6 mètres et pèsent entre 40 et 60 kilos.

Le dauphin à nez blanc doit son nom à sa région frontale gris clair, avec des reflets noirs. Celui-ci possède un « collier » foncé qui s’étend depuis la zone supérieure des yeux jusqu’à l’arrière de l’orifice. La partie commençant derrière la pointe noire de la mâchoire inférieure est blanche. De même que la zone située juste derrière les nageoires jusqu’à la région uro-génitale.

Les nageoires, la nageoire dorsale arrondie, la zone autour de l’orifice ainsi qu’une grande partie de la peau vont du gris foncé au noir. Le museau du dauphin avec la pointe noire n’est pas prononcé. D’autre part, on mentionne que sa mâchoire se forme par un total de 24-31 dents par rangée.

Les taches ventrales sont principalement blanches mais elles peuvent être envahies par le noir entre les nageoires. Il peut également y avoir une bande noire. Par ailleurs, il y a aussi de petites taches axillaires blanches et des urogénitaux gris foncés. Les taches urogénitales sont les plus petites. Chez certaines femelles, elles ne sont pas visibles.

Malgré une couleur gris clair généralisée, les différentes nuances de ce dauphin ne peuvent être appréciées uniquement si l’on est proche d’eux avec une bonne lumière.

Un dessin de dauphin à nez blanc

Population et répartition

Le dauphin à nez blanc ou d’Hector est une espèce exclusive de Nouvelle-Zélande. En effet, il possède une restriction géographique plus importante que la plupart des autres cétacés et se divise en deux sous-espèces.

Les dauphins se concentrent majoritairement dans les régions du sud et de l’ouest de l’île, autour des eaux peu profondes pendant les mois d’été. Ils se dispersent davantage durant les mois d’hiver.

Les sous-espèces

L’espèce Cephalorhynchus hectori est formée par deux sous-espèces :

  • Cephalorhynchus hectori hectori : celle-ci est présente dans la partie sud de l’île de la Nouvelle-Zélande
  • Cephalorhynchus hectori maui : on la trouve dans la zone nord-ouest de l’île de la Nouvelle-Zélande

Les deux groupes sont séparés géographiquement par les eaux profondes du détroit de Cook, ainsi que par la pointe sud-est de l’île du Sud. Les observations de ces sous-espèces ont lieu généralement en été, à quelques kilomètres des côtes. En hiver, elles sont beaucoup moins fréquentes.

Par ailleurs, des observations des deux sous-espèces ont été signalées en Australie et en Malaisie. Cependant, elles ont été décrites comme de fausses observations, causées par des erreurs d’identification.

Les deux sous-espèces se différencient légèrement. La plus visible est l’absence ou la réduction de la tache foncée dans l’ouverture du pénis. Il s’agit de la sous-espèce C. hectori maui. De plus, C. hectori maui est légèrement plus grande que C. hectori hectori. 

Un dauphin à nez blanc qui saute au dessus d'une vague

Etat de conservation du dauphin à nez blanc

Le dauphin d’Hector a été inscrit en 2008 sur la liste rouge de l’UICN en raison de la réduction du nombre d’individus au cours des dernières 40 années. Par conséquent, on le classe en voie d’extinction.

Parmi les deux sous-espèces du dauphin d’Hector, c’est l’espèce C. hectori maui, dans la région nord qui est la plus menacée de disparition.

La menace fondamentale est la capture accidentelle par les dispositifs de pêche (filets ou chaluts). En effet, on estime la réduction de la population provoquée par ce danger à 50%. Par conséquent, une réserve à été créée en 1988 dans la péninsule de Banks où la pêche au filet est interdite. Cela a réduit le nombre de spécimens capturés.

Parmi d’autres dangers, on trouve :

  • Blessures causées par les hélices des bateaux
  • Réduction des ressources aquatiques et de la pêche
  • Pollution de l’environnement par les effluents agricoles et forestiers
  • Modification de l’habitat
  • Maladies : l’infection du dauphin C. hectori par la bactérie Brucella peut affecter le succès de reproduction de l’espèce

Curiosités sur le dauphin à nez blanc

Parfois, ils peuvent être confondus avec d’autres dauphins -le dauphin commun, le grand dauphin- ou même avec des baleines, comme la baleine noire australe. Ils se distinguent cependant grâce à leur réseau chromatique complexe.

L’apnéiste William Trubridge est l’ambassadeur des dauphins maui. L’objectif était de faire prendre conscience de l’importance de toutes les espèces pour le maintien de la biosphère. 

Finalement, ce sont des animaux très actifs et joueurs qui aiment la houle et se nourrissent de crustacés et de petits poissons. Pour les attraper, ils doivent plonger sous forme d’immersions courtes allant jusqu’à 90 secondes.

 

  • Dawson, S. M. 2002. Cephalorhynchus dolphins Cephalorhynchus spp. In: W. F. Perrin, B. Wursig and J. G. M. Thewissen (eds), Encyclopedia of Marine Mammals, pp. 200-204. Academic Press. Online: https://books.google.es/books?id=TwFUimDtz7sC&pg=PA553&dq=Dawson,+S.+M.+2002.+Cephalorhynchus+dolphins+Cephalorhynchus+spp.+In:+W.+F.+Perrin,+B.+Wursig+and+J.+G.+M.+Thewissen+(eds),+Encyclopedia+of+Marine+Mammals,+pp.+200-204.+Academic+Press&hl=es&sa=X&ved=0ahUKEwjsiLuhuPXiAhXN8OAKHasqAfoQ6AEIKDAA#v=onepage&q=Cephalorhynchus%20dolphins%20&f=false
  • Reeves, R.R., Dawson, S.M., Jefferson, T.A., Karczmarski, L., Laidre, K., O’Corry-Crowe, G., Rojas-Bracho, L., Secchi, E.R., Slooten, E., Smith, B.D., Wang, J.Y. & Zhou, K. 2013. Cephalorhynchus hectoriThe IUCN Red List of Threatened Species 2013: e.T4162A44199757. http://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2013-1.RLTS.T4162A44199757.en. Downloaded on 19 June 2019.
  • https://www.wwf.es/?21680/Los-delfines-de-Maui-al-filo-de-la-extincin
  • Dawson, S.M.  Cephalorhynchus Dolphins: C. heavisidii, C. eutropia, C. hectori, and C. commersonii. Enclyclopedia of Marine Mammals, pp. 166-172. 3ªEd. Academic Press. (2018). https://doi.org/10.1016/B978-0-12-804327-1.00086-8. Online: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B9780128043271000868
  • Buckle K, Roe WD, Howe L, Michael S, Duignan PJ, Burrows E, et al. Brucellosis in Endangered Hector’s Dolphins (Cephalorhynchus hectori). Vet Pathol. 1 de septiembre de 2017;54(5):838-45. Online: https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/0300985817707023