Habitat et caractéristiques du tsessebe

29 juillet 2019
Le tsessebe, mammifère de la famille des antilopes, est l'un des grands herbivores d'Afrique du Sud.

Le tsessebe se déplace en grands troupeaux voyageant sur le continent africain en suivant le rythme des moussons. Découvrez dans cet article comme survit l’un des plus grands herbivores africains.

Habitat et morphologie du tsessebe

Le tsessebe ou Damaliscus lunatus est un mammifère rapide et musclé qui peuple aussi bien l’est que le sud de l’Afrique. Il correspond à l’une des 7 sous-espèces du topi existant sur Terre. Son anatomie et la couleur de sa peau lui confèrent un aspect très semblable à celui du buffle, un autre mammifère africain.

L’habitat du tsessebe se concentre dans le nord de la savane africaine. Cet animal vit dans de vastes plaines qui sont très touchées par les moussons et se remplissent d’eau. Au sud du Soudan et dans les alentours, il existe des centaines de sous-espèces du tsessebe. Ces dernières migrèrent à la recherche de terrains plus verts et furent incapables de rejoindre leur habitat d’origine.

le tsessebe dans son environnement

Les femelles tsessebe sont généralement plus petites et menues que les mâles. Ces derniers mesurent en moyenne 1,15 mètre et pèsent environ 130 kilos. Les femelles, tout comme les mâles, sont dotées de bois en forme de demi-lune croissante. A première vue, ce bois semble moins résistant et imposant que celui des topis peuplant l’est de l’Afrique.

Le pelage du tsessebe est également moins coloré. Si on le compare aux tons rouges vifs du manteau du topi, le manteau du tsessebe oscille entre les tons marrons et noirs qui se fondent mieux dans son environnement.

Un herbivore migrateur et grégaire

Le tsessebe vit en groupes de taille variable pouvant atteindre les 100 membres, notamment lors des migrations précédent les périodes de mousson. Leurs habitudes de reproduction et leur comportement grégaire sont étroitement liés aux instincts territoriaux. En fait, pour qu’il puisse se reproduire, le mâle doit absolument posséder son propre territoire.

Au sein des grands troupeaux de la savane africaine, ce territoire peut représenter 50 à 400 hectares. Les mâles élargissent peu à peu leur pouvoir et migrent afin de trouver de meilleurs pâturages ou des sources d’eau. Lorsqu’ils reviennent, ils sont capables de rétablir très rapidement leurs anciens liens sociaux et territoriaux. Pour leur part, les femelles vivent en groupe de mères et enfants. Elles se déplacent dans les différents territoires des mâles.

troupeau de tsessebe

La période d’accouplement dure environ 3 mois. Les mâles forment généralement des troupeaux de 100 membres. Ils se battront afin de monopoliser des groupes entiers de femelles. Lorsqu’elles sont en chaleur, ces dernières voyagent en suivant l’odeur laissée par les mâles. Elles ne viennent que pour s’accoupler. La saison de reproduction du tsessebe correspond généralement à la saison sèche.

Le tsessebe, une espèce victime de la chasse

Bien que l’IUCN (L’Union internationale pour la conservation de la nature) ne considère pas le tsessebe comme une espèce menacée, on estime qu’entre 1970 et 1980, l’espèce a souffert d’un coup dur qui provoqua son extinction en Mozambique. Aujourd’hui, elle est peu à peu réintroduite dans la région de l’Eswatini.

La principale menace pour ces herbivores correspond à la chasse. Le prix d’un individu de cette race sur le marché noir varie entre 800 et 4950 dollars. C’est la raison pour laquelle le tsessebe est considéré comme une espace menacée en Afrique du Sud et qu’un permis spécial est requis pour le chasser. Les manœuvres de conservation du gouvernement sud-africain permettent à l’espèce de se développer à nouveau progressivement.