Qu’est-ce que la néonatalogie vétérinaire ?

· 26 juin 2018
Découvrez la néonatologie, durant laquelle on prend soin de la mère et observe le comportement de la portée, afin de réduire la mortalité.

Comme pour les enfants humains lors de leur naissance, la néonatologie vétérinaire prend soin des chiots de nos animaux. Durant les premiers jours de vie, les professionnels de cette spécialité s’occupent des soins de base des nouveau-nés.

Un chiot nouveau-né nécessite une attention particulière pour survivre. La néonatologie vétérinaire est en charge des soins lors des 15 premiers jours de la vie du chiot.

En outre, cette science prend soin de la mère et observe le comportement de la portée, dans le but de réduire la mortalité.

Quelles sont les fonctions de la néonatologie vétérinaire ?

Voici une partie des attentions que porte la néonatologie vétérinaire à un chiot nouveau-né :

  • L’observation. L’observation est la première des fonctions exécutées par un spécialiste dans ce domaine. Tous les chiots ne se comportent pas de la même manière, même s’ils partagent les mêmes instincts.

Le processus qui mène un chiot vers l’indépendance prend environ un mois. À 14 jours, il commence à ouvrir les yeux et à développer son ouïe.

Une portée de chiots tète la mère

Dans la troisième semaine de vie, il fait ses premiers pas et commencent à suivre sa mère. Il copie également tous ses actes et en tire des leçons.

Le comportement de la mère a une influence décisive sur les chiots. Une mère nerveuse peut transmettre sa nervosité à ses petits. Celle-ci peut également être un symptôme d’un problème avec l’un des nouveau-nés.

  • Le contrôle du poids et de la taille. Il existe des mesures universelles qui indiquent un courbe de croissance régulière des animaux. Cela permet de contrôler que leur développement est normal.

Le néonatologiste contrôle le poids pour s’assurer que le développement de l’animal est en accord avec sa race. En principe, le poids des chiots nouveau-nés doit avoir doublé dans les deux première semaines de vie.

Si ce n’est pas le cas, il est important de revoir la qualité et la fréquence de l’alimentation et de l’hydratation. Il est possible que le chiot ait des problèmes avec le réflexe de succion, ou que ses frères ne lui laissent pas suffisamment de place pour s’alimenter.

L’hygiène et l’espace

  • Parmi les soins apportés par la néonatologie vétérinaire, on retrouve l’hygiène du chiot. Cela comprend le nettoyage des excréments et la zone dans laquelle ils se trouvent.

Il est important de garder les chiots dans des zones propres pour éviter les infections ou les maladies. En ce qui concerne l’hygiène personnelle, les mères sont généralement les premières à prendre soin de garder leurs nouveau-nés propres. Si la mère n’est pas présente, le chiot peut être nettoyé avec un linge humide et avec délicatesse.

  • Le lieu où les chiots évoluent au début de leur vie est très important. Il ne doit pas être trop humide, afin d’éviter le rhume ou la grippe. D’un autre côté, il ne doit pas non plus être trop sec, car les chiots peuvent se déshydrater.
Un chiot est couché dans l'herbe et joue avec une peluche

La température idéale pour les nouveau-nés est de 27 à 32 degrés Celsius. Cela permet d’assurer une température corporelle des chiots allant de 34 à 36 degrés. Un autre aspect important est que ces derniers évoluent dans un environnement suffisamment ventilé, afin d’éviter les infections prématurées.

Les maladies qui peuvent être évitées grâce à la néonatalogie vétérinaire

  • L’hypoxie néonatale. Cela arrive lorsqu’un chiot aspire du liquide amniotique pendant la mise bas. Elle peut causer l’encombrement des voies respiratoires.

Un moyen de prévenir cette condition est d’assister la mère lors de la naissance des petits.

En cas d’hypoxie, le néonatalogiste se charge de nettoyer les voies respiratoires. Avec l’aide d’une seringue, il aspire la zone du pharynx et du larynx.

  • L’hypothermie est le refroidissement du chiot. Elle apparaît souvent lors de la naissance de petites portées, lorsque les chiots ne peuvent pas générer suffisamment de chaleur entre eux.

Pour réchauffer le nouveau-né, il est placé sous une couverture thermique. Une autre option est de le blottir contre des bouteilles d’eau chaude. La récupération de la température corporelle doit être progressive, afin d’éviter un choc trop violent pour le chiot.

  • La déshydratation. La déshydratation peut être due à un environnement trop sec. Il est également possible que le chiot ne s’alimente pas correctement.

Le moyen le plus efficace d’identifier cette situation est au travers du poids de l’animal. Selon la race, un chiot doit gagner entre deux et trois kilos par jour. En cas de déshydratation aiguë, le néonatologiste doit alimenter le nouveau-né avec des compléments laitiers ou de l’eau sucrée.

  • L’hypoglycémie est la chute de glucose dans le sang. Ses symptômes sont, entre autres, une grande faiblesse, des vertige et une dyspnée.

En conclusion

La cause principale de cette pathologie peut être un problème chez la mère, comme une production insuffisante de lait, une mammite, ou du stress. Pour que le nouveau-né se rétablisse rapidement, il faut lui administrer en continue une lactation artificielle.

Il y a d’autres pathologies qui peuvent être dues à la condition physique de la mère. La plupart d’entre elles sont liés à un déficit en vitamines ou en nutriments. Cela peut également se produire avec des infections provoquées par des bactéries.