4 fables animalesques pour enfants

19 décembre, 2019
Les fables animalesques sont un bon outil pour enseigner de précieuses leçons aux plus petits.
 

Les fables animalesques représentent toujours un moyen pour transmettre des apprentissages aux enfants. Vous avez certainement déjà lu une fable d’Ésope ou l’avez racontée à vos enfants.

Fables animalesques d’Ésope

Les œuvres d’Ésope continuent de jouer un rôle dans notre société actuelle. Elles sont effectivement une source d’inspiration pour de nombreux contes ou dessins infantiles. Ésope était un fabuliste de la Grèce Antique et la plupart de ses œuvres mettent en scène des animaux.

Bien que les faits qui marquent la vie d’Ésope soient un peu incertains, et que quelques œuvres lui soient attribuées, son héritage est largement connu dans le monde entier.

Dans cet article, nous vous proposons quelques-unes de ses fables animalesques les plus caractéristiques. Toutes avec un enseignement très utile qui, même à l’âge adulte, s’applique dans notre vie.

1. Le scorpion et la grenouille

Sans aucun doute, le scorpion et la grenouille -photo de couverture- est l’une de ses fables animalesques les plus fameuses et connues de tous. Elle commence avec une grenouille dans une rivière et un scorpion qui tente de la traverser. Au début, la grenouille hésite à l’aider, craignant que le scorpion ne la pique. Alors, le scorpion lui promet de ne lui faire aucun mal, car s’il la pique, les deux se noieront.

Pendant qu’ils traversent la rivière, sur le point d’arriver, le scorpion mord la grenouille. Cette dernière, incrédule, demande : « Comment as-tu pu faire ça ? Nous mourrons les deux ! ». Le scorpion répond : »Je n’y peux rien, c’est dans ma nature ».

 

La morale de cette histoire est de ne pas se laisser avoir par une personne en espérant qu’elle se comporte comme nous le ferions. En effet, il y a des individus qui agissent toujours de la même façon, peu importe les conséquences de leurs actes. Ils sont simplement ainsi et ne changeront sûrement jamais.

2. Le lion et le rat

Cette fable a une fin moins amère que la précédente. Un lion part à la chasse et capture un petit rat. Ce dernier le supplie de ne pas le manger. Le lion a alors pitié de lui et le relâche.

Le lion et la souris, l'une des fables animalesques d’Ésope

Plus tard, le même lion est piégé dans un filet mis en place par des chasseurs et, craignant pour sa vie, demande de l’aide. Apparaît alors le rat qu’il avait chassé auparavant. Avec ses dents, il l’aide à s’échapper du filet. Le lion, reconnaissant, lui offre donc son amitié.

Cette fable nous apprend à ne pas dédaigner les autres du fait de leur apparence et, qu’à la fin, les bonnes actions sont récompensées.

3. La cigale et la fourmi, l’une des fables animalesques les plus célèbres

Voici une autre des fables animalesques les plus importantes de l’héritage d’Ésope. La cigale profite toujours de l’été pour chanter et se reposer sur les feuilles au lieu de travailler.

 
Un dessin de la cigale et la fourmi, une des fables animalesques d'Ésope

Comme elle avait faim, elle demande de la nourriture à sa voisine la fourmi. Celle-ci est une travailleuse infatigable, qui n’arrête pas de ramasser des fruits et des graines pour avoir un bon garde-manger pour l’hiver.

Par ailleurs, la cigale se moquait de la fourmi lui disant qu’elle ne savait pas profiter de l’été, et qu’elle n’était pas intelligente. Puis, l’hiver est arrivé avec les premières gelées, et la nourriture a commencé à se faire rare.

La cigale ne trouvait pas de quoi s’alimenter et est allée chez la fourmi, mais cette fois la fourmi n’a pas pu l’aider. Il n’y avait pas assez de nourriture pour les deux. La fourmi reproche donc à la cigale d’avoir été paresseuse au lieu d’avoir récolté de la nourriture pour se préparer à l’hiver.

Vous avez certainement déjà entendu cette histoire. En effet, les parents et les enseignants nous la racontent afin de réaliser que le travail exigeant est récompensé. Et que le contraire est puni.

4. Le lièvre et la tortue

Avec un message similaire au précédent, le lièvre et la tortue se défient un jour à effectuer une course. Le lièvre sait qu’il était beaucoup plus rapide et décide de dormir au milieu de la course alors que la tortue se précipite. Lorsqu’il se réveille, la tortue a déjà atteint la ligne d’arrivée. Elle a réussi peu à peu à avancer jusqu’à gagner la course.

 

 

Enfin, la morale de cette fable est de ne pas se laisser porter par l’arrogance. Car, bien souvent, les personnes que nous sous-estimons réussissent à aller plus loin en avançant petit à petit. Et en restant constantes.

Comme vous pouvez le voir, les fables animalesques renferment des enseignements très importants qui nous servent tout au long de notre vie. Les animaux humanisés de ces histoires nous semblent plus proches et représentent un bon moyen de donner une leçon précieuse à nos enfants.