Biologie de la loutre géante

27 mars 2019
La loutre géante est un animal fascinant, extrêmement sociable avec ses congénères, mais qui n'hésite pas à se montrer agressif envers ses prédateurs. Elle est actuellement en danger d'extinction en raison de la chasse illégale et de la perte de son habitat du fait de facteurs anthropiques.

La loutre géante est unes espèce de mammifère appartenant à la classe Carnivora de la famille Mustelidae qui habitude principalement en Amazonie. Pteronura brasiliensis est son nom scientifique, et elle est la seule espèce du genre. On connait deux sous-espèces : P. b. brasiliensis et P. b. paraguensis.

On appelle aussi ce mustélidé loup de rivière ou chien d’eau. Les autres noms connus sont : au Brésil, arirai ou ariranha, en Uruguay, loup de rivière, en Argentine, loup, ou ariray, et au Paraguay, le lobope. Le nom de genre Pteronura vient du grec ancien « pteron » (plume ou aile) et « ura » (queue). Il fait référence à la forme caractéristique de sa queue, qui ressemble à une aile.

Répartition et habitat de la loutre géante

La sous-espèce P. b. brasiliensis est répartie au nord de l’Amérique du Sud, entre les rivières de l’Orénoque et de l’Amazone, y compris en Guyane. Pour sa part, la sous-espèce P. b. paraguensis est répartie dans le cône sud et occupe les régions du Paraguay, de l’Uruguay, du sud du Brésil et du nord de l’Argentine.

On la trouve dans les rivières d’eau douce et les ruisseaux qui sont inondés de façon saisonnière. Parmi les autres habitats aquatiques figurent les sources d’eau douce et les lacs permanents. Deux facteurs ont été identifiés pour la sélection de l’habitat :

  • La quantité de nourriture, qui semble être en corrélation avec les sites d’eau peu profonde et la présence de berges de faible pente
  • Une bonne couverture végétale qui permet un accès direct aux sites de chasse préférés

Les zones adjacentes aux rivières sont utilisées pour construite leurs tanières, où elles restent protégées pendant une bonne partie de leur journée. Les loutres dégagent des zones de végétation pour construite leurs colonies. L’extension de ces zones peut atteindre un maximum de 28 mètres de long sur 15 de large et est marquée au moyen de glandes odorantes, d’urine et de matières fécales pour marquer le territoire.

caractéristiques de la loutre géante

Caractéristiques physiques

C’est l’espèce la plus grande parmi les mustélidés, mais pas la plus grosse. Les mâles adultes mesurent entre 1,5 et 1,8 mètres de long et pèsent entre 32 et 45 kilogrammes. Les femelles mesurent entre 1,5 et 1,7 mètre de long et pèsent entre 22 et 26 kilogrammes.

Parmi toutes les loutres du monde, la loutre géante a le pelage le plus court. La coloration de ce manteau varie entre le marron et le marron foncé en fonction de la partie du corps. Bien que certaines puissent également présenter une couleur rougeâtre ou blonde foncé.

Ses poils sont extrêmement denses. C’est pour cela que la couche externe est la seule à être mouillée, alors que la couche interne reste sèche. La couche externe a une épaisseur d’environ huit millimètres, soit environ deux fois la largeur de la couche interne.

En outre, les loutres géantes ont une tache sur le cou qui varie entre la couleur crème et blanche. Ce qui est curieux à propos de cette tache est que sa forme est propre à chaque individu.

Autres caractéristiques

Le museau de la loutre géante est assez court, caractéristique qui donne un aspect ovale à son visage. Les oreilles sont petites et arrondies. Il possède des vibrisses très sensibles, qui lui permettent de détecter tout changement dans la pression et les courants de l’eau. Cela facilite pour la loutre géante la localisation de sa proie. Tous ses membres sont épais, se terminant par de grands pieds palmés avec des griffes acérées.

Elles ont également des membranes interdigitales sur les jambes, qui leur permettent de nager, de manoeuvrer et de se propulser dans l’eau. Si elles veulent nager plus vite, elles sont entraînées par leur forte queue. Par conséquent, elles sont très bien adaptées à la vie aquatique, à tel point qu’elles peuvent même fermer leurs oreilles et leur nez pendant qu’elles restent sous l’eau.

Les loutres géantes ne sont actives que pendant la journée. Leur vision est particulièrement aiguë et elles l’utilisent pour chasser leur proie, tout en évitant les prédateurs potentiels. Cette caractéristique est propre à la loutre géante, car les autres espèces de loutre ont une vision normale ou sont légèrement myopes, à la fois sur terre et dans l’eau. Pour ce qui est de l’ouïe, elle est assez développée, de même que l’odorat.

Comportement de la loutre géante

La loutre géante est connue pour être un animal très social, qui vit dans de grands groupes familiaux. Ces groupes se composent souvent de trois à huit spécimens et peuvent avoir jusqu’à 20 membres au total. Ces groupes ont un lien étroit, car les loutres dorment, jouent, voyagent et mangent ensemble.

comportement de la loutre géante

Cependant, des actes d’agression entre des individus de l’espèce ont été répertoriés. La défense contre les intrus semble être coopérative. Les mâles adultes sont généralement ceux qui font face à des affrontements agressifs, bien qu’il y ait eu des cas de femelles alpha formant des groupes de protection.

Alimentation de la loutre géante

La loutre géante est un prédateur situé au sommet de la chaine alimentaire et qui se nourrit principalement de poisson. Elle capture plus fréquemment les poissons de taille moyenne qui habitent des eaux peu profondes.

En outre, cela semble également opportun, car elles ont une grande capacité d’adaptation pour consommer les espèces les plus abondantes de leur environnement. Dans le cas de la non disponibilité du poisson, elles peuvent se nourrir de crabes et de serpents.

Elles peuvent chasser seules, à deux ou en groupes, tout en s’appuyant sur leur vision aiguë pour localiser la proie. Parfois, elles chassent de manière coordonnée lorsqu’une proie ne peut être capturée par une seule loutre, comme lors de la chasse aux anacondas ou aux grands caïmans.

La loutre a une grande capacité de déplacement sous l’eau. Ainsi, elle peut attaquer sa proie par le haut ou par le bas en la tenant par la mâchoire. Lors de la capture, elle commence à la consommer immédiatement. Elle commence par la tête et elle la tient fermement entre entre ses pattes avant. Les loutres géantes consomment environ 10% de leurs poids corporel par jour (environ trois kilogrammes).

Reproduction de la loutre géante

Les femelles semblent donner naissance à leur progéniture pendant la saison sèche. Les cycles durent 21 jours et les femelles sont sexuellement actives entre le troisième et le dixième jour.

Les périodes de gestation varient de 65 à 70 jours et les femmes peuvent donnent naissance de 1à 5 petits (2 en moyenne). On rapporte des intervalles entre les naissances allant de 21 à 33 mois.

Les femelles mettent bas dans un terrier construit et défendu par leur groupe familial. Il est généralement situé près des berges des rivières et des lieux de prédilection pour la pêche.

A la naissance, les petits ont beaucoup de poils qui les protègent, et ils sont aveugles. Les mâles, dans tout l’élevage de la progéniture, montrent des liens familiaux forts. De même, les frères et soeurs les plus âgés participent également à une parentalité moins active.

Généralement, les petits ouvrent leurs yeux au quatrième jour après leur naissance, commencent à marcher au cinquième et sont capables de nager correctement après 14 semaines. Les mères arrêtent d’allaiter au bout de 9 mois et se mettent à la chasse peu de temps après.

Etat de conservation

En 1999, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a catalogué la loutre géante comme espèce en voie de disparition. Cependant, depuis 1982, on la considère comme une espèce vulnérable.

Le commerce de l’espèce et de produits dérivés est illégal au niveau international en vertu du règlement de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages de la faune et de la flore menacées d’extinction (CITES), qui figure à l’annexe I.

La population totale est difficile à estimer. Une étude réalisée par l’UICN en 2006 a suggéré un nombre de 1 000 à 5 000 loutres. Comme publié dans la Liste rouge de l’UICN, on considère que la présence de la loutre géante en Argentine et en Uruguay est incertaine.

A la suite de la chasse ayant pour but d’extraire leur peau, qui était plus importante dans les années 1950 et 1960, la population a considérablement diminué. A présent, la perte d’habitat est devenue la principale menace après l’arrêt de la chasse. Ces faits ont entrainé une réduction importante de la présence de la loutre.

La loutre géante, en tant que grand prédateur de poisson, provoque des conflits avec les pêcheurs, qui considèrent cette espèce comme une menace. L’écotourisme représente également un danger pour l’espèce.

 

  • Duplaix, N. (1980). “Observations on the ecology and behavior of the giant river otter Pteronura brasiliensis in Suriname”. Revue d’Ecologie (Terre Vie), N° 34: 495-620.
  • Carter, S.K. y Rosas, F.C.W. (1998). “Biology and conservation of Giant Otter (Pteronura brasiliensis)”. Mammal review, XXVII-1: 1-26.