Le loup ibérique en danger d'extinction

17 août, 2018
Le loup ibérique, présent sur le territoire espagnol et portugais, est actuellement en grave danger d'extinction.
 

Son habitat naturel et sa relation avec l’être humain

Le Canis lupus signatus, nom du loup ibérique, est un des prédateurs de la péninsule ibérique depuis très longtemps. En particulier dans le quadrant nord-ouest de la péninsule. Il se nourrit de grandes proies herbivores et joue un rôle crucial dans le maintien de l’écosystème. On dit que c’est l’ancêtre des chiens.

L’habitat naturel de l’espèce est les régions où prédomine une faible densité de population humaine. Ils fréquentent aussi des endroits où l’on trouve une grande diversité de proies comme des cerfs, des chevreuils et des sangliers. La capacité du loup à s’adapter à son environnement fait que la base de son alimentation est modifiée en fonction de l’endroit où il vit. Les poulets, le bétail et les lapins complètent son alimentation dans les régions où ses autres proies se font rares.

Cela représente un problème dans les secteurs ruraux où l’économie repose sur l’élevage. Le facteur le plus important pour la survie de l’espèce à ce stade est que l’être humain tolère le fait de vivre avec cette espèce. Et le développement de mécanismes de protection et de prévention qui garantissent la coexistence.

une meute de loups

Le loup ibérique en danger d’extinction

Selon les derniers recensements des populations de loups, on estime que l’Espagne est l’habitat naturel de plus de 30% des loups en Europe. L’espèce a donc été déclarée d’intérêt communautaire par l’Union européenne. Jusqu’ à présent, il n’existe pas de réglementation uniforme pour la protéger sur le territoire espagnol.

Au contraire, le braconnage et dans de nombreux cas l’empoisonnement aggravent la vulnérabilité du loup ibérique et l’exposent à l’extinction.

Quelques données à l’appui

Selon les estimations du dernier recensement du loup ibérique réalisé entre 2012 et 2014, le nombre de meutes est passé de 250 à 297 depuis 2005. Cependant, les experts et les groupes environnementaux disent que les données ne sont pas réelles. Ils estiment que des aspects importants tels que le nombre d’animaux dans chaque troupeau n’ont pas été pris en compte.

En outre, les recensements officiels par région n’ont pas suivi une méthodologie uniforme ou des critères homogènes sur le terrain. En raison de tout cela, il est difficile de connaître la population réelle de loups en Espagne.

On estime qu’en moyenne 800 loups sont tués chaque année, une situation qui est principalement liée au braconnage. La vérité est que c’est une espèce qui a disparu dans la moitié de la péninsule ibérique. En 2015, les associations environnementales l’ont déclaré en danger d’extinction en Andalousie, où la population se situe entre 4 et 56 loups.

Le loup ibérique: l’importance pour l’écosystème

 

 

Actuellement, la présence la plus dense de loups ibériques se trouve dans la municipalité de Muelas de los Caballeros, à Zamora. Il y en a aussi 50% au nord de Castilla y León et moins de 35% en Galice. Certaines populations survivent également en Sierra Morena (Jaén et Cuenca).

Des initiatives pour la conservation

Le Ministère de l’Agriculture Espagnol a demandé à l’Union Européenne de considérer le loup ibérique comme une espèce cynégétique sur tout le territoire.

Dans les sphères publiques et privées, diverses manifestations citoyennes exigent l’intervention de l’État pour assurer la protection de l’espèce sur tout le territoire espagnol. Ils appellent également à la création d’instances de dialogue entre les différents secteurs qui, d’une manière ou d’une autre, sont impliqués ou se sentent désavantagés.

Voici quelques-unes des initiatives prises dans ce domaine sur le territoire espagnol:

  • La présentation de propositions concrètes aux formations politiques pour la défense du loup ibérique. Elles sont élaborées par l’ASCEL (Association pour la conservation et l’étude du loup), Ecologistas en Acción, Lobo Marley et WWF.
  • Proposition de loi approuvée par la Commission de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement. Ce règlement servira à la conservation de cet animal et à la déclaration comme espèce protégée sur l’ensemble du territoire.

Il y a une initiative présentée par la plateforme Unidos Podemos – En Comú Podem. Elle a pour but de convaincre le Gouvernement d’inscrire cette espèce sur la liste des espèces bénéficiant d’une protection spéciale dans le nord du Douro. De plus, elle sollicite que les populations de loups au sud du Douro soient incluses dans le catalogue espagnol des espèces menacées et déclarées en danger d’extinction.