Un nouvel hôpital redonne espoir aux animaux oubliés

· 7 septembre 2018
L'une des plus grandes peurs des propriétaires d'animaux est que ces derniers tombent malades et qu'ils ne puissent pas faire face aux coûts exorbitants des traitements et des opérations. La situation est encore pire lorsque la situation financière de certains ne leur permettent pas de prendre en charge tous les frais qu'implique un problème de santé. C'est pourquoi ce nouvel hôpital représente un point de départ pour permettre à beaucoup de personnes et d'animaux de garder espoir.

Le gouvernement du Mexique a bien conscience que beaucoup de Mexicains n’ont pas les moyens de faire soigner leurs animaux. Par conséquent, il a eu une idée géniale pour aider des milliers de personnes et leurs animaux. Nous allons tout vous raconter dans cet article.

Le Mexique crée un hôpital pour les animaux défavorisés

La clinique vétérinaire de Mexico est la première a avoir ouvert ses portes dans cette ville. Elle propose un service public aux animaux, étant donné que certains propriétaires ne peuvent pas couvrir les frais médicaux qu’ils occasionnent.

hôpital vétérinaire

En quoi cet hôpital aide-t-il ? C’est très simple : il offre des consultations gratuites ainsi que des réductions de 40 % sur les traitements.

Le centre hospitalier a été inauguré il y a plus ou moins un mois dans un quartier très défavorisé : Iztapalapa. Selon les estimations, 40 % des habitants vivent dans une pauvreté extrême dans cette zone frappée par la violence et les graves pénuries d’eau.

Évidemment, toute cette situation affecte aussi les animaux qui, comme vous pouvez l’imaginer, sont des centaines à vivre dans la rue, faute de pouvoir s’en occuper. D’après les estimations, la ville de Mexico compterait environ 10 % d’animaux errants, alors que ce chiffre s’élève à 30 % rien que dans le quartier d’Iztapalapa.

Cette clinique n’a pas pour objectif d’abriter ces animaux mais plutôt de proposer à leurs propriétaires des soins à prix réduits pour pouvoir commencer à limiter l’abandon. Silvia Viruega déclare :

“Certains animaux sont arrivés dans un tel état que l’on se demandait comment ils vivaient encore, peut-être par miracle ou parce qu’ils n’étaient jamais sortis dans la rue. Les animaux qui n’ont jamais été conduits chez un vétérinaire, n’ont pas été vaccinés. Ils n’ont pas non plus bénéficié de soins médicaux ou d’orientation en matière d’hygiène.”

A quoi ressemble cette clinique pour les plus démunis ?

Cet hôpital est équipé de tout une gamme de technologies de pointe dernier cri. Il n’a pas d’équivalent dans la région. Il comprend :

  • Service d’urgences
  • Consultations
  • Blocs opératoires
  • Unités d’hospitalisation
  • Service de réhabilitation
  • Traitements par chimiothérapie
  • Scanners à rayon X et matériel endoscopique

Le centre hospitalier propose donc une multitude de services que les Mexicains envient ; en effet, beaucoup d’entre eux disent que l’hôpital assure un meilleur service que le système sanitaire du pays.

Quels résultats l’hôpital a-t-il obtenus ?

Même s’il n’est ouvert que depuis un mois, il obtient d’excellents résultats car il atteint chaque jour son quota maximum.

Tous les jours se forment des files interminables de personnes qui amènent leurs animaux pour les faire soigner dans ce centre. Souvent, ces personnes doivent se lever tôt pour avoir une bonne place dans la queue.

Cas d’animaux soignés à l’hôpital

chats qui se font soigner dans un hôpital vétérinaire

De nombreux chiens et autres animaux ont pu voir leur qualité de vie s’améliorer grâce à cet hôpital. C’est le cas notamment de Manchas, un chat qui souffrait d’une paralysie causée par une lésion nerveuse. Grâce à cette clinique, il a pu bénéficier de séances d’hydrothérapie et de rééducation qui l’ont aidé à mener une vie un peu plus normale.

Sans parler du cas d’une chatte qui éprouvait des difficultés à respirer et à dormir. Elle a dû être hospitalisée et reliée en permanence à une perfusion dans l’unité des soins intensifs.

Dans une clinique privée, ce traitement aurait coûté très cher, si cher que ses maitres n’auraient pas pu payer. Cet hôpital soigne, certes, les plus défavorisés. Néanmoins, il est équipé des dernières technologies et compte les meilleurs professionnels tout en proposant les prix les plus bas.

Une belle initiative qui, espérons-le, incitera de nombreux gouvernements dans le monde à implanter ce genre d’infrastructure dans leur pays.