Qu’est-ce que les combats de chiens organisés et comment y mettre fin ?

26 mars 2019
Les combats de chiens sont punis par le code pénal. L'American Staffordshire Terrier est un des plus utilisés pour ce type de pratiques illégales.

Les chiens de combat sont dressés depuis leur plus jeune âge. Ces pratiques sont punies par le code pénal. Parmi les races les plus utilisées pour ce type de pratiques illégales, on trouve l’American Staffordshire Terrier. Un chien fort et courageux. Apprenons-en plus sur le monde sordide des combats organisés.

Combats de chiens organisés : cruels et soumis des sanctions

combats de chiens agressifs

Les combats de chiens induisent différents problèmes. De la souffrance et de la mort des animaux au vol de chiens pour les destiner à ce spectacle sordide. Les forces de police d’Europe poursuivent ce flot de cruauté et de torture canine. Le but est d’arrêter les personnes impliquées, qui agissent dans la clandestinité et de façon ambulante.

Par exemple, en 2012, en Espagne, le Service de la Protection de la Nature de la Garde Civile (Seprona) a lancé plusieurs procédures disciplinaires liées aux combats de chiens, une pratique illégale, cruelle et punissable.

Les services publics y mettent à la disposition du public différents outils et numéros d’appels pour lutter contre la pratique illégale du combat de chiens. L’idée est de permettre aux gens d’envoyer des vidéos, des photographies et des messages via leur téléphone portable, afin d’identifier les personnes ou les lieux concernés dans des activités de combats de chiens. Ces mesures font partie d’une stratégie plus vaste de lutte contre les combats d’animaux.

Paris et maltraitance d’animaux

En ce qui concerne les organisateurs des combats, il s’agit de personnes de tous profils, des plus aisées aux plus modestes ayant peu d’éducation. La clandestinité protège les participants aux combats de chiens, qui font également d’Internet un outil utile pour organiser ces spectacles malheureux.

Aux difficultés compréhensibles de la police pour suivre la piste des organisateurs de combats, il convient d’ajouter que l’on ne pouvait incarcérer les coupables qu’en les prenant en flagrant délit. Pour faciliter le travail des forces de police, la collaboration des citoyens est donc essentielle pour gêner et dénoncer l’organisation des combats de chiens.

Les chiffres montrent que les banlieues sensibles sont les lieux privilégiés d’organisation de ces combats.

La maltraitance comme une usine à chiens de combat

Le cheminement d’un chiot sélectionné pour combattre se ponctue de souffrances. C’est un circuit de torture qui commence peu de temps après la naissance, dès trois mois. On soumet l’animal à une vie de cruautés et de violences, de manque d’amour, de sorte qu’il développe une agressivité qui « l’aidera » lors de ses compétition.

Organiser des combats de chiens, un délit passible d’emprisonnement

Les combats de chiens constituent, en France, un délit puni par l’Article 521-1 alinéa 1 du nouveau code pénal.« Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende ».

Parmi les indices pouvant laisser penser que des combats de chiens ont lieu à un endroit donné, on trouve les mouvements de chiens (en particulier de certaines races telles que American Staffordshire Terrier ou Bull Terrier). Mais aussi des réunions inopportunes d’un grand nombre de personnes avec des animaux.

Actions de sauvetage lors de combats organisés

combats de chiens

Les mesures de l’autorité pour défendre les animaux incluent :

  • Sauver des animaux des routes primaires, secondaires et à grande vitesse
  • Protéger les animaux abandonnés et maltraités
  • Répondre efficacement aux dangers de l’agression animale
  • Neutraliser et interpeller les contrevenants pour la vente d’animaux sur la voie publique
  • Aider à sauver des animaux sauvages et à les remettre aux autorités compétentes pour leur protection
  • Retirer les animaux qui participent à des représentations
  • Agir afin de neutraliser et interpeller les délinquants qui participent et promeuvent les combats de chiens

Nous devons tous collaborer avec l’administration pour stopper ce genre de pratiques. Et ne pas y assister en tant que spectateurs impassibles. Si nous ne faisons rien pour l’éviter, si nous n’apportons pas d’aide, ces pratiques sauvages continueront.