Comment réagir face à la maltraitance animale

11 avril 2018
D'abord, il faut différencier ce que subissent animaux de compagnie, espèces sauvages ou d'élevage, pour savoir quand appeler la police et les associations de protection. En Espagne, il reste malheureusement encore un long chemin à parcourir pour qu'on porte plainte car certaines régions et municipalités ont des normes divergentes.

Tout le monde sait que la maltraitance animale est un fléau dans notre société et qu’il faut traiter tous les êtres vivants avec respect et considération. Malheureusement, les délits de maltraitance animale continuent de se produire et d’être dénoncés. Apprenez comment réagir face à la maltraitance animale.

Les lois contre la maltraitance animale

En Espagne il n’existe pas de loi unique contre la maltraitance animale, comme c’est le cas dans d’autres pays. La législation, les peines et les amendes sont fixées par chaque communauté autonome et sont très différentes, dépendant de sa localisation dans le pays. Cela se produit à l’identique dans les pays américains : chacun a sa propre législation.

Néanmoins, même si les amendes et les détails peuvent varier, on définit la maltraitance animale de façon très similaire. Faire du mal ou mettre en danger la santé d’un animal par ses actes, comme par des traitements cruels, ou par omission, comme  en l’abandonnant ou en le laissant sans eau, ni nourriture.

La responsabilité de la plainte pour maltraitance animale incombe à celui qui en est témoin. Sans la collaboration de l’ensemble des citoyens sensibilisés à ce problème, les corps de sécurité ne peuvent pas protéger ces animaux.

La responsabilité incombe à tous: portez plainte

Le premier pas pour pouvoir porter plainte est de savoir vers qui se tourner face à la maltraitance animale. Dans toute l’Espagne le Seprona, une division de la Garde Civile, se consacre à protéger les animaux et les plantes. Dans le cas où une plainte formelle serait nécessaire, c’est eux qu’il faut contacter.

un groupe de chiens derrière une grille

Il n’existe pas de loi unique régulant la maltraitance animale ni sa protection. Ainsi, chaque Communauté Autonome Espagnole voire même chaque municipalité, peut avoir ses propres mesures de protection.

De plus, il y a des partis écologistes et animaliers capable d’aider. Il y a quelques mois, le Parti Animaliste Contre la Maltraitance Animale (PACMA) a mis à disposition du public la page web YoDenuncio, qui aide à rédiger les plaintes et répond à de nombreux doutes qu’ont les citoyens. Ceci n’est qu’un exemple, car si vous entrez en contact avec d’autres partis politiques ils pourront aussi vous aider.

Enfin, vous ne devez pas oublier les associations de protection des animaux. Des centaines de bénévoles qui y travaillent vont pouvoir vous informer et vous conseiller. Au cas où vous ne pourriez pas déposer plainte, ils vous aideront à trouver une solution pour l’animal maltraité.

Quel type de maltraitance

Avant de porter plainte, nous devrions différencier le type d’animal maltraité, car de cela dépendra son avenir.

Dans le cas des animaux domestiques, si la plainte aboutit, on retire habituellement la garde à son bourreau et on envoie le chien dans un chenil ou à l’adoption via une association. Concernant les animaux de la ferme c’est plus compliqué, car ce sont des groupes nombreux, mais en général on les répartit dans d’autres élevages.

un bélier tondu

On a relevé des cas de maltraitance sur des animaux sauvages, qui n’ont d’effet que sur le bourreau normalement. En effet, si l’animal peut continuer à vivre en liberté, il faudra le relâcher dans son habitat naturel.

Les conséquences des plaintes

Il est important de connaître les suites d’une plainte pour maltraitance. C’est une vérité gênante de dire que les chenils sont des lieux peu transparents. Le sacrifice est même autorisé dans certaines communauté autonome.

En portant plainte pour un acte de maltraitance auquel on a assisté, il se peut que sans le vouloir on condamne cet animal à une cage ou un sacrifice s’il ne parvient pas à être adopté en un temps limité. C’est pourquoi, les associations recommandent de prendre d’abord contact avec elles avant de porter plainte.

Ces associations soulignent que faire aboutir les plaintes pour maltraitance animale est très difficile. Petit à petit des sentences envers les bourreaux apparaissent, mais elles restent des exceptions. Il faut ajouter à cela la vie difficile que mènera l’animal retiré.

un chien à côté d'un grillage

Par conséquent, ces associations conseillent habituellement d’essayer de parvenir à un accord avec le bourreau en-dehors de la justice. Autrement dit, obtenir que le bourreau cède l’animal à l’association ou à un particulier. Il sera alors placer à l’adoption et on lui cherchera un autre foyer.

Responsabilité personnelle

Quel que soit le type de plainte que l’on souhaite déposer face à un cas de maltraitance, n’oublions pas la responsabilité personnelle du plaignant.

La maltraitance animale est un sujet délicat et pour qu’elle cesse, la collaboration de tous les citoyens est nécessaire.

Si vous trouvez un animal maltraité ou connaissez une ferme où les animaux vivent dans des conditions de maltraitance, votre implication personnelle est nécessaire. Sans prendre conscience que ces animaux vivent mal, qu’ils ont besoin d’une solution et en insistant auprès des autorités et associations, les plaintes n’aboutiront pas.

La maltraitance animale est un problème très grave dans notre société. Pour le moment il y a peu de condamnations ou d’amendes mais les lois commencent à se durcir et être appliquées. Sans la collaboration citoyenne, des corps de sécurité compétents et les entités de protection, ce ne serait pas possible.