À quoi ressemble un chien dominant ou un leader ?

· 25 août 2018
Le chien dominant n’est pas le plus violent, ni le plus agressif, ni celui qui garde son groupe dans la terreur. C’est celui qui obtient des ressources précieuses en utilisant son attitude et non la violence.

Vivre en harmonie et éviter les conflits est le fonctionnement normal de la nature. C’est également le cas dans le monde animal : il y a des moyens de maintenir l’équilibre au sein des groupes. Leadership, domination ou soumission sont des concepts que nous pouvons comprendre avec nos chiens. Savons-nous à quoi ressemble un chien dominant ? En quoi cela peut-il nous être utile ?

Tout d’abord, il faut savoir ce que cela signifie pour un chien d’être dominant… Ou peut-être, comprendre ce qu’il n’est pas. Le chien dominant n’est pas le plus violent, ni le plus agressif, ni celui qui garde son groupe dans la terreur.

Le chien dominant est celui qui obtient des ressources précieuses (dans la nature, cela signifie de la nourriture ou un abri, par exemple, alors qu’à la maison, cela peut être un jouet ou un lieu de prédilection) en utilisant son attitude, et non la violence.

La domination est un élément de contrôle pour maintenir le bon fonctionnement des groupes d’individus. Le chien dominant a tendance à diriger le groupe dans lequel il vit. Il est donc important de savoir comment il se comporte habituellement.

Les clés pour reconnaître à quoi ressemble un chien dominant

Un chien dominant peut avoir certains de ces comportements :

  • Votre chien grogne pour s’affirmer dans certaines situations, comme lorsqu’il réclame de la nourriture ou des objets.
  • Il essaye de prendre la nourriture des mains des gens avant qu’ils ne l’aient.
  • Il insiste pour que son propriétaire joue avec lui.
  • Le chien saute sur les gens, il grimpe sur eux, ou monte fréquemment ses pattes sur eux.
  • Il assume les attitudes défensives de son propriétaire.
  • Il poussez les gens quand il marche ou joue.
  • L’animal a les yeux rivés sur les humains.
  • Il s’approprie le lit de ses propriétaires et se fâche s’il est sorti de là.
  • Il aboie ou hurle sur les gens, surtout s’il est avec son maître.
  • Votre ami à quatre pattes possède certains lieux ou meubles dans la maison.
  • Il insiste pour passer dans les portes devant son propriétaire, ou marcher devant lui.
  • Il n’aime pas être attaché pour une promenade.
  • C’est le premier à arriver à la porte si un étranger rentre.
  • Il n’obéit pas aux ordres.
  • Il va de l’avant sur la promenade et tire la sangle pour la diriger.

La formation d’un chien dominant

Pour bien dresser notre animal, il est nécessaire de connaître ses caractéristiques. Le degré de dominance est un élément clé dans l’établissement des lignes directrices en matière de formation.

La domination et la soumission au sein des groupes canins sont saines. Elles servent à contrôler et à équilibrer les relations dans la société. Quand il s’agit de vivre avec les humains, vous devez enseigner au chien que dans le groupe familial, il n’aura pas à se défendre ou à lutter pour les ressources.

Si notre chien montre des signes de dominance, le but de la formation sera de lui montrer qu’il n’a pas le contrôle du groupe. Si nous n’agissons pas à temps pour y faire face, nous risquons d’être confrontés à des problèmes d’agressivité à l’avenir. Cela pourrait rendre la relation entre l’animal domestique et le groupe familial intolérable.

Comportements à attendre après avoir éduqué un chien dominant

  • Après l’entraînement, le chien doit être capable d’obéir aux ordres.
  • Notre animal de compagnie doit apprendre à ne pas grogner lorsqu’il commande ou réclame de la nourriture. Une fois entraînés, nous devons être capables de toucher sa nourriture, ou de l’enlever, sans qu’il ne devienne agressif.
  • L’humain doit contrôler quand on peut jouer et quand on ne peut pas. Si le jeu est de récupérer des objets, le chien doit les ramener. Quand il se bat, on ne doit pas lui permettre de prendre la position dominante.
  • Si nous décidons qu’un chien doit partager notre lit, il doit apprendre à le faire seulement quand nous le lui permettons. Il faut qu’il comprenne que l’endroit ne lui appartient pas.
  • En passant une porte, nous devons lui apprendre à passer derrière nous, et non à pousser les humains.
  • Nous ne devons pas lui permettre d’interrompre notre repas en nous observant ou en demandant à manger. Il faut définir son temps et son espace pour manger.
  • La formation lui montrera les règles qu’il devra suivre pour être en équilibre dans le groupe. Il se contentera de la famille avec qui il vivra.

Enfin, maintenant que nous savons à quoi ressemble un chien dominant, nous pouvons apprendre à notre animal à communiquer de façon stable au sein du troupeau qu’est notre famille.