Taïwan interdit la viande de chien et de chat

· 6 mars 2018

Taïwan deviendra bientôt le premier pays asiatique à interdire explicitement la consommation de viande de chien et de chat sur son territoire. La législature de l’île a adopté un amendement qui modifie la loi relative à la protection animale. Ainsi, cette loi interdit désormais de tuer ces deux animaux dans le but de consommer leur viande.

L’île a également pris une autre mesure importante. En effet, les peines prononcées à l’égard de ceux qui violent la loi seront alourdies. Cette mesure s’applique aussi à toute personne qui commercialise ces viandes. Ces personnes sont passibles d’une peine de prison et d’une lourde amende.

Cette reforme doit être approuvée par le pouvoir exécutif taïwanais et par la présidente. Elle imposera alors une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans, ainsi qu’une amende de 200 000 dollars à deux millions de dollars taïwanais (entre 6 000 et 60 000 euros) à toute personne qui tue des chiens ou des chats et commercialise leur viande.

Il convient de rappeler, qu’avant l’entrée en vigueur de cet amendement, les peines encourues pour des abus volontaires étaient beaucoup moins sévères. Pourtant, ces abus provoquaient de graves blessures, des dommages aux organes vitaux ou la mort de ces animaux. De plus, dans le cas des chats et des chiens, seuls leur abattage et la mise en vente de leur viande étaient autrefois considérés comme un crime. La consommation de leur viande n’était donc pas punie.

Désormais, lorsque cette nouvelle norme entrera en vigueur, les consommateurs de viande de chien et de chat seront sanctionnés d’une amende de 1 500 à 7 000 euros. En outre, les autorités gouvernementales pourraient publier le nom et les photos des personnes reconnues coupables de ce type d’infraction ainsi que leur casier judiciaire.

Il existe également une autre mesure intéressante. Celle-ci interdit aux conducteurs de voitures ou de cyclomoteurs de promener ces animaux en laisse alors que leur véhicule est en marche. Cette pratique est punissable d’une amende de 90 à 460 euros.

D’autres pays asiatiques interdisent la viande de chien et de chat

deux chiens errants assis

Parallèlement à la baisse de la consommation de viande de chien et de chat, qui révèle que ces animaux sont enfin considérés comme des animaux de compagnie, d’autres pays asiatiques ont réalisé une avancée. Néanmoins, Taïwan est le premier pays à interdire la consommation des ces viandes.

En Corée du Sud, différentes municipalités ont édicté un règlement interdisant le commerce de ces viandes. Cependant, le pays ne sanctionne pas le sacrifice et la maltraitance de ces animaux.

A Hong-Kong, c’est le contraire. De fait, le sacrifice de ces animaux y est interdit mais pas la consommation de leur viande.

La Chine reste donc la principale cible des organisations de défense des animaux même si la consommation de viande de chien ou de chat ne fait que diminuer. Cependant, certains festivals, comme celui de Yulin, suscitent encore la controverse. Ils entrainent des répercussions à l’extérieur tout comme à l’intérieur des frontières du pays. Cela empêche également le géant asiatique de redorer son blason en matière de protection animale.

Madrid interdit l’abattage des animaux abandonnés

chats errants dans un refuge

Une nouvelle loi sur la protection des animaux de compagnie a récemment été promulguée dans la communauté de Madrid. Celle-ci interdit l’abattage des animaux présents dans les chenils.

Cette nouvelle norme interdit l’abattage des animaux recueillis par des refuges. Ainsi, elle évite à ces animaux de subir la “ double punition de l’animal domestique ” : l’abandon et l’abattage forcé. Cette loi préconise plutôt la stérilisation afin d’éviter la surpopulation et l’abandon.

Cette loi règlemente également la maltraitance par action ou par omission. De plus, il reste interdit d’exposer des animaux lors d’évènements liés aux loisirs et à l’amusement. Il est également interdit d’utiliser des animaux pour mendier ou exercer une activité ambulante.

D’autres mesures importantes visent à interdire d’offrir des animaux comme récompenses ou de les utiliser pour une tombola. Elles interdisent aussi de les utiliser pour des expositions ou des séances photo à des fins publicitaires sans autorisation. De même, toute personne qui laisse un animal dans son véhicule sans ventilation ou qui l’agresse avec une arme à feu ou à air comprimé, sera sanctionnée, sauf cas exceptionnel.

Cette loi relative à la protection des animaux de compagnie préconise le “ sacrifice zéro “. Les animaleries et les cliniques vétérinaires doivent adopter des réformes. Ainsi, elles pourront continuer à accueillir des chiens et des chats dans leurs locaux comme auparavant.