Un roi qui adopte des chiens errants

· 6 septembre 2018
Depuis quelques années maintenant, le roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej est devenu très connu dans le monde entier, à la fois pour son immense fortune, mais aussi car il est l’un des chefs d’État les plus anciens au pouvoir.

Le roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej, est l’un des leaders mondiaux les plus importants qui existent, même si, comme beaucoup d’autres figures de même nature, il assoit sa position grâce à ses partisans et aux actions menées par ses détracteurs.

Cependant, ces derniers temps, le nom du roi a encore une fois été sur toutes les lèvres, non pas à cause de certaines de ses mesures, mais d’une situation liée au meilleur ami de l’homme.

Le roi et sa princesse

adoption de chiens en Thaïlande

À la surprise des siens et des étrangers, le chef de l’État thaïlandais a adopté en 1998 un beau chien bâtard et errant alors qu’il n’était qu’un petit chiot. C’était après avoir marché dans les rues de Bangkok qu’il l’avait trouvé, errant et perdu.

Depuis lors, celle que l’on surnomme Tongaeng était une princesse authentique, déjà parce qu’elle a accompagné son maître dans presque toutes ses apparitions publiques, mais également parce que de nombreux analystes ont considéré cette belle canine de couleur cuivre comme une icône authentique de la maison royale thaïlandaise.

L’amour indéniable du roi pour son amie à quatre pattes a atteint son apogée après la parution d’un livre qui lui est dédié, intitulé « L’histoire de Tongdaeng ». Celui-ci a connu un tel succès qu’il s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires dans ses premières heures et qu’il est devenu une œuvre culte en Thaïlande.

Cependant, ce chiot a été à l’origine de beaucoup de controverses : à la fin de l’année dernière, un garçon de 27 ans a été arrêté. Il avait publié des commentaires sarcastiques sur Tongdaeng à travers son compte Facebook, ce qui a provoqué un fort mécontentement à la Maison Royale.

Malheureusement, la chienne est morte en fin d’année dernière après une terrible maladie dont elle souffrait depuis un certain temps, laissant un grand vide aussi bien pour le roi que pour la population thaïlandaise.

Adoption des chiens de la rue

La vérité, c’est qu’en plus de Tongdaeng, le chef de l’État est également venu adopter d’autres chiens errants. Son affection était telle qu’une mesure a été prise pour la protection des chiens, en encourageant l’adoption de ceux qui vivent dans les rues du pays.

C’est une action qui lui a valu le respect de beaucoup de personnes dans le monde, puisque le monarque a promu cette noble action au détriment de l’achat et l’adoption de chiens de race pure. Il considérait qu’il s’agissait d’une action inutile en Thaïlande car on pouvait compter près de 9 millions de chiens (dont beaucoup sans abri).

Selon les commentaires du roi dans son livre, les chiens errants sont beaucoup plus affectueux et gentils que les autres, lorsqu’ils expriment une humilité et une fidélité absolues à leurs maîtres. Ce serait leur façon d’être reconnaissants de leur avoir donné une place dans leur maison et leur famille.

La contrebande de chiens en Thaïlande

chiens dans un refuge

Comme nous l’avons déjà dit dans un article précédent, ce pays asiatique est l’un des pires bourreaux pour les meilleurs amis de l’homme, car en plus du nombre de chiens errants dans les rues, ils sont la marchandise d’une activité terrifiante et inhumaine.

Il s’agit de la contrebande de chiens, pour la consommation de leur viande et de leur fourrure. Ces produits sont très demandés en Thaïlande et dans d’autres pays comme le Vietnam ou la Chine.

De nombreux défenseurs des droits des animaux ont révélé que dans le pays où vivait Tongaeng, plus d’un million de chiens sont mangés chaque année, ce qui suggère que même s’il s’agit d’une industrie illégale, elle est en expansion.

C’est précisément l’une des raisons pour lesquelles le roi Bhumibol Adulyadej a critiqué cette situation. Car malgré toutes les initiatives qu’il a prises concernant l’adoption des chiens et la manière dont il a protégé son chien aujourd’hui décédé, il n’a pas pris de mesures déterminantes pour résoudre cette terrible situation de maltraitance animale.