Qui est Jane Goodall ?

· 26 juillet 2018
Cette chère Jane Goodall est sans doute l'une des femmes les plus influentes de l'histoire et l'une des activistes les plus importantes concernant la conservation et de la protection animale. En revanche, son histoire est moins connue que le grand travail qu'elle a fourni durant tout sa vie.

Jane Goodall, une femme dans la jungle

La chercheuse est née très loinde l’Afrique, dans la fameuse ville de Londres. En revanche, elle a grandi avec un réel amour pour les animaux et une énorme fascination pour l’Afrique. C’est ainsi qu’elle est partie pour l’aventure de sa vie.

Voilà comment, une jeune femme sans études spécialisées dans les animaux a fini en Afrique comme assistante d’un paléontologue reconnu, nommé Louis Leakey. Très rapidement, Leakey s’est rendu compte que Goodall avait une réelle capacité pour l’étude des animaux sauvages et il a envoyé Jane en Tanzanie avec sa mère.

C’est comme cela que Jane est devenue l’une des premières chercheuses de ce campement. Elle a alors vécu dans ce lieu hostile qui n’incluait alors aucune femme. 

Ses études lui ont permis de découvrir des erreurs dont personne n’avait encore pris connaissance sur le comportement animal.

Une primatologue différente

Jane Goodall a commencé à observer les chimpanzés sans avoir beaucoup étudié le sujet. Cela lui a permis de ne pas avoir de préjugés sur les courants scientifiques de l’époque, qui défendaient les animaux comme des êtres n’ayant pas la capacité de ressentir des émotions.

Son mentor, Louis Leakey, l’a ensuite envoyée étudier un doctorat en éthologie sans même avoir étudié à l’université auparavant. Jane Goodall a défendu sa thèse pendant 5 ans d’étude des chimpanzés dans le parc national de Gombe, qui est aujourd’hui toujours actif, 55 ans après son ouverture.

Ensembles, les fameuses « Anges de Leakey » (Galdikas, Goodall et Fossey) ont fait d’importantes découvertes dans leurs sujets respectifs : les orang-outans, les chimpanzés et les gorilles. Cela leur a permis d’entamer l’étude des primates en partant d’une perspective très empathique, rigoureuse et féministe. 

La révolution du comportement animal

Les recherches de Jane ne sont pas restées bloquées dans un doctorat. En effet elle a réfuté les théories que défendait la communauté scientifique de l’époque. Par exemple, elle a démontré que les chimpanzés mettaient en pratique certaines des plus incroyables techniques de chasse du royaume animal et qu’ils étaient exclusivement végétariens.

De plus, elle a transformé notre concept de l’être humain. Jusqu’à ses recherches, le monde pensait que les humains étaient les seuls êtres créateurs de ressources.
En effet, l’être humain était défini comme « créateur de ressources ».
Aucun autre animal n’était capable de faire cela.

En revanche, Jane a découvert qu’un chimpanzé utilisait des branches pour accéder à une termite. Cela a donné accès à un champs totalement nouveau de l’éthologie animale et grâce à Jane Goodall, nous savons aujourd’hui que l’utilisation de ressources par les animaux est quelque chose de très étendu.

Source : Carlos Octavio Uranga

Les études de Jane ont démontré que les chimpanzés avaient des personnalités très distinctes, ce qui a attiré l’attention des personnes de cette époque. Jane était convaincue que les animaux possédaient des émotions car elle avait elle-même prouvé l’existence des émotions chez les chiens, dans ce cas grâce à son animal de compagnie personnel.

Jane Goodall, l’activiste

Jane a commencé par dénoncer la dévastation forestière qui se produisait dans ce parc naturel. Elle y a alors constaté que les chimpanzés souffraient grandement de l’action de l’Homme. La vie quelle a décoverte n’avait rien à voir avec ce qu’elle connaissait en laboratoire.

Cela l’a menée à commencer à parcourir les laboratoires d’expérimentation sur les primates, les cirques et les parcs naturels d’autres espèces. Ainsi, elle a commencé à voir à quel point l’espèce qu’elle aimait tant était capturée pour devenir un animal de compagnie, qu’elle était vendue à des cirques ou même utilisée pour des expérimentations cruelles. Elle a décidé qu’elle ne pouvait pas les ignorer.

Jane Goodall est ainsi devenue une l’activiste que nous connaissons aujourd’hui.

C’est donc à ce moment-là que Jane a arrêté ses recherches à Gombe. Elle a laissé son équipe et a commencé à parcourir le monde pour diffuser le mot. Être contre les maltraitances animales et pour la conservation des espèces. Elle passe la majeure partie de son temps à donner des conférences.

Elle voyage aussi pour lutter contre les fléaux de maltraitance animale.

De fait, elle a fondé l’Institut Jane Goodall pour accompagner ce combat. Elle a aussi créé le projet « Racines et Bourgeons ». Cela consiste à permettre aux enfants de toute la Terre d’apporter des idées.

Ils mettent en place des actions pour la défense des animaux. Aujourd’hui, Jane espère que les nouvelles génération seront engagées pour éviter un désastre écologique mondial.