Pays-Bas : le pays sans chiens errants

· 4 janvier 2018

L’existence de chiens errants ne fait rien d’autre que de montrer un des problèmes les plus sous-évalués au monde. Même si, dans ce contexte, les chiens subissent des dommages de toute sorte, dans de nombreux pays, cela est toujours considéré comme une chose pour laquelle une solution n’est pas nécessaire.

Néanmoins, tout le monde n’est pas comme ça. Il y a des nations qui ont pris différentes sortes de mesures pour donner au meilleur ami de l’homme une vie plus digne loin des maux dont ils peuvent être les victimes quand ils sont sans abri et sans famille.

Deux petits chiens dans une brouette ou panier

L’un d’entre eux est la Hollande, un pays qui a réussi l’exploit impressionnant de ne pas avoir de chiens errants. Cette action a raisonné comme un acte authentique d’humanité et d’amour pour ces compagnons à quatre pattes.

Sensibilisation au problème

Comme vous pouvez l’imaginer, l’une des raisons les plus importantes pour lesquelles il n’y a pas de chiens errants dans ce pays est le niveau élevé d’engagement de ses habitants. Tant pour les chiens que pour les autres êtres vivants, ils perçoivent la maltraitance des animaux comme un crime aussi déplorable que n’importe quel autre.

En Hollande, comme dans d’autres pays européens comme l’Angleterre, le chien est traité comme un être humain. Cela se traduit par des situations comme celle-là : si une famille a un chien, on ne le considère jamais comme un simple animal de compagnie. Il est un autre membre aussi important qu’un enfant.

Les droits des animaux sont, bien sûr, aussi fondamentaux que les droits des personnes. Cette situation fait des Pays-Bas l’une des nations les plus admirables dans la façon dont ils traitent les autres espèces.

Histoire des chiens errants

Une jeune femme enlace un labrador chocolat qui a l'air heureux

Malgré l’admirable mentalité néerlandaise sur cette question, elle ne s’est pas développée du jour au lendemain. Evidemment, il est essentiel d’expliquer les racines qui ont fait naître la chanceuse réalité que les chiens vivent aujourd’hui dans ce pays.

Ces racines remontent au 19ème siècle : le nombre de chiens errants qui existaient aux Pays-Bas était aussi élevé que le nombre de chien errant en Thaïlande.

Cette situation a entraîné une flambée inquiétante de la rage au sein de la population néerlandaise de l’époque, causée par les mauvaises mesures sanitaires prises.

La raison pour laquelle il y avait tant de chiens vivant dans les rues était due à la popularisation de l’achat de chiens de race.

En effet, la situation a atteint un tel point extrême que le gouvernement a choisi d’imposer des taxes onéreuses à quiconque avait l’un de ces animaux vivants avec lui. Les propriétaires ont donc décidé de les abandonner à la rue parce qu’ils ne pouvaient pas la payer.

De cette terrible situation dans laquelle le meilleur ami de l’homme était également victime, les premières associations pour la protection des animaux sont nées en 1886, qui se sont battues avec acharnement pour que les animaux reçoivent le traitement digne et juste qu’ils méritent.

Lois et mesures en vigueur pour protéger les chiens errants

Un femme tient un chien blanc dans ses bras, tous les deux face à la mer l'air paisible

Loin de rester dans une tentative infructueuse de protéger ces espèces, le succès de ces associations est la raison pour laquelle aujourd’hui il n’y a pas de chiens errants en Hollande.

La lutte de ceux qui ont décidé de se joindre à la cause animalière a donné lieu à une série de lois fondamentales au XXe siècle.

La plus importante d’entre elles est la Loi sur la Santé et le Bien-Etre des animaux. Il s’agit d’une punition exemplaire qui va d’une amende de 17 000 euros ou 3 ans d’emprisonnement.

De même, le Gouvernement a également mis en place des mesures accrocheuses telles que des campagnes de stérilisation pour empêcher tout chiot de vivre dans la rue par la suite.

D’ailleurs, le pays a de nombreuses associations qui sortent les chiens de la rue pour leur donner de bons soins et les mettent à l’adoption.