Le mythe du chat noir

· 9 novembre 2018
Les chats noir sont passés de la vénération dans l’Égypte Ancienne où ils étaient considérés comme des dieux, au brûlage sur le bûcher parce qu'ils étaient associés à la sorcellerie.

Pour certains, le chat noir est synonyme de malchance. Pour d’autres, c’est tout le contraire. D’où provient le mythe du chat noir ? A-t-il toujours été le même ? Nous vous expliquerons tout dans cet article.

Chat noir : de l’amour à la haine

La relation entre l’homme et les félins a commencé il y a bien longtemps. Par exemple, dans l’Égypte Ancienne, les chats étaient considérés comme des envoyés des dieux. Bastet, l’une des divinités principales, présentait d’ailleurs une forme de chat et représentait le soleil.

Les pharaons possédaient des chats de toutes les couleurs comme animaux de compagnie. On enterrait d’ailleurs les chats à leurs côtés pour que ceux-ci les protègent contre les forces maléfiques sur leur chemin vers le paradis.

Dans l’Angleterre victorienne et en Écosse, on disait que les jeunes mariés qui trouvaient un chat noir dans l’entrée de leur nouveau foyer connaitraient le bonheur et la prospérité dans leur mariage.

Quant aux marins, ils faisaient tout pour emmener un félin au pelage obscur avec eux sur les bateaux. De fait, ils considéraient les chats noirs comme des porte-bonheur. De même, leurs épouses en ramenaient un à la maison pour s’assurer que leurs maris reviennent de la haute mer sains et saufs.

Pourtant, cette idée positive a changé au fil du temps, plus précisément au Moyen-Age en Europe. En effet, à cette époque, les gens associaient les chats aux sorcières à cause de leurs habitudes nocturnes. Ils réprouvaient particulièrement les chats noirs car leur couleur sombre rappelait celle des adorateurs. On racontait même que les sorcières se transformaient la nuit en chats noirs pour pouvoir chasser et commettre leurs méfaits.

chat noir aux yeux verts

Cependant, cette appréciation des chats était un peu plus ancienne. De fait, selon les traditions hébraïques et babyloniennes, ces animaux étaient comparés aux serpents et donc au mal. De plus, une légende originaire du Pays de Galles et de France racontait l’histoire d’un monstrueux chat nommé « Palug » qui terrorisait tous les habitants de l’île d’Anglesey, jusqu’à ce que le célèbre Roi Arthur le tue.

Le chat noir et la superstition

Le regard pénétrant du chat noir faisait peur aux gens car ceux-ci croyaient que ce regard permettait à l’animal de les ensorceler. Lorsqu’une personne possédait un chat noir comme animal de compagnie, les gens la considéraient comme un partisan du diable et comme un exécutant de sorts magiques. C’est pourquoi les chats noirs et leurs propriétaires étaient persécutés et tués, brûlés par les flammes d’un bûcher.

Selon une bulle du XIIIème siècle, toutes les personnes qui hébergeaient un chat noir chez elles s’exposaient à une condamnation au bûcher pour pratique de sorcellerie. L’Église participait à cette persécution et, les nuits de Saint-Jean, elle brûlait des chats sous les yeux des fidèles.

Aux États-Unis, plus précisément dans la ville de Salem, on capturaient les chats noirs durant la fameuse « chasse aux sorcières ». Comme en Europe, on pensait que les chats noirs étaient en fait des femmes converties qui se métamorphosaient en félins pour commettre leurs méfaits la nuit incognito.

En 1881, en France, dans le quartier parisien de Montmartre, un cabaret bien connu a ouvert ses portes. Des artistes de taille, tels que Pablo Picasso, avaient l’habitude de le fréquenter. Son fondateur a choisi de baptiser l’établissement « Le Chat Noir », ni plus ni moins. L’affiche publicitaire du cabaret figure d’ailleurs parmi les plus célèbres du monde entier.

chat noir assis

Les superstitions se sont ensuite poursuivies car on pensait que les chats étaient porteurs de certaines maladies. Si un chat noir passait devant quelqu’un un soir de pleine lune, cette manifestation présageait l’apparition d’une épidémie. En Italie, on affirmait que, si un félin se couchait dans le lit d’un malade, cela signifiait que ce dernier allait bientôt mourir.

De nombreuses idées reçues sur les chats noirs ont disparu avec le temps. Cependant, certaines personnes se montrent encore quelque peu réticentes envers ces animaux. Par exemple, dans le cadre des adoptions, les familles qui souhaitent adopter choisissent généralement les chats noirs en dernier. Les gens préfèrent opter pour un chat blanc, brun ou calico, au lieu de choisir un individu noir aux yeux verts ou jaunes.

Dans la rue, certaines personnes changent de trottoir lorsqu’elles aperçoivent un chat noir. D’autres rebroussent chemin afin d’éviter la prétendue malédiction.

Chez d’autres personnes, c’est tout le contraire qui se passe. Celles-ci décident de s’inspirer de ce félin obscur pour baptiser leur entreprise. De Buenos Aires à Corfou, en passant par Nantes, on peut trouver des cafés qui portent le nom de « El Gato Negro » ou ‘Le Chat Noir » et qui sont ouverts depuis des années au public. Une autre raison de croire qu’aucune malédiction ne frappe ces magnifiques animaux.