Connaissez-vous la Déclaration Universelle des Droits des Animaux ?

· 7 janvier 2018

La cruauté et la souffrance des animaux est un problème mondial. Au niveau mondial, il existe la Déclaration Universelle des Droits des Animaux, proclamée en 1978. La déclaration a été adoptée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, les Sciences et la Culture (UNESCO). Au niveau local, depuis le XVIIème siècle, certains pays ont inclus dans leur législation des lois protégeant les animaux.

En Espagne, par exemple, il existe une loi de protection animale mais, en matière pénale, la forme d’application dépend de la Communauté Autonome concernée. Cela explique la faiblesse des sanctions imposées suite à des maltraitances ou des abandonnements.

La Catalogne a la législation la plus avancée. En plus d’avoir été la première Communauté Autonome d’Espagne à interdire les Corridas de taureaux, ils ont aussi interdit le sacrifices d’animaux abandonnés.

Il faut préciser que depuis 2013, il existe en Espagne un décret qui établit certaines normes basiques qui protègent les animaux utilisés à des fins scientifiques ou d’apprentissage. En revanche, au-delà de ces normes, le manque de protection des animaux et d’application des règles restent d’actualité.

Sinon, comment expliquer que les animaux soient chassés et maltraités au nom du sport ou de l’entrainement ? Pourquoi l’industrie alimentaire torture-t-elle les animaux ? Comme expliquer la chasse et la commercialisation d’animaux pour produire de l’art ou des vêtements ? Et le bien-être animal ? Ci-dessous, découvrez la Déclaration Universelle des Droits des Animaux, à connaitre et respecter.

Préambule

En considérant que tous les animaux possèdent des droits. En considérant que l’ignorance et le mépris de ces droits ont mené et mènent l’homme à commettre des attentats contre la nature et contre les animaux.

En considérant que la reconnaissance par l’espèce Humaine du droit à l’existence d’autres espèces animales constitue le fondement de la coexistence des espèces de toute la Planète.

En considérant que les génocides sont perpétrés par l’Homme et sont menaçants car ils continuent à se produire.

En considérant que le respect des animaux par l’Homme est lié au propre respect entre les Hommes.

En considérant que l’éducation se doit de fournir aux enfants de l’observation, de la compréhension, du respect et de l’affection envers les animaux.

Nous proclamons ce qui s’ensuit

Article 1

Tous les animaux naissent égaux devant la Vie et ont les mêmes droits à l’existence.

Article 2

Tout animal a droit au respect. L’Homme, en tant qu’espèce animale, ne peut s’attribuer le droit d’exterminer d’autres animaux ou de les exploiter en violant ce droit. Il a l’obligation de mettre ses connaissances au service des animaux. Tous les animaux ont droit à l’attention, aux soins et à la protection de l’Homme.

Article 3

Aucun animal ne sera soumis à de mauvais traitements ni à des actes de cruauté. Si la mort d’un animal est nécessaire, celle-ci doit être instantanée, indolore et ne doit comporter aucune angoisse pour la victime.

Article 4

Tout animal appartenant à une espèce sauvage a le droit de vivre librement dans son propre environnement naturel, terrestre, aérien ou aquatique et de s’y reproduire. Toute privation de liberté, y compris à des fins éducatives, est contraire à ce droit.

Article 5

Tout animal appartenant à une espèce vivante traditionnellement dans l’environnement de l’Homme, a le droit de vivre et d’évoluer au rythme et dans les conditions de vie et de liberté qui sont propres à son espèce. Toute modification de ce dit rythme ou de ces dites conditions réalisée par l’Homme à des fins mercantiles est contraire à ce droit.

Article 6

Tout animal que l’Homme a choisi comme compagnon a droit à la durée de vie conforme à sa longévité naturelle. L’abandonnement d’un animal est un acte cruel et dégradant.

Article 7

Tout animal de travail a le droit à une limitation raisonnable du temps ou d’intensité du travail, à une alimentation réparatrice et au repos.

Article 8

L’expérimentation animale qui implique une souffrance physique ou psychologique est incompatible avec les droits des animaux, tant au sujet des expérimentations médicales, scientifiques, commerciales ou de toute forme d’expérimentation. Les techniques alternatives doivent être utilisées et développées.

Article 9

Quand un animal est élevé pour l’alimentation, il doit être nourri, installé, transporté et sacrifié sans que cela n’implique de douleur ni d’angoisse.

Article 10

Aucun animal ne doit être exploité pour l’amusement de l’Homme. Les expositions d’animaux et spectacles utilisant les animaux sont incompatibles avec la dignité de l’animal.

Article 11

Tout acte qui implique la mort de l’animal sans nécessité est un biocide, c’est-à-dire un crime contre la vie.

Article 12

Tout acte impliquant la mort d’un grand nombre d’animaux sauvages est un génocide, c’est-à-dire un crime contre une espèce. La pollution et la destruction de l’environnement naturel conduisent au génocide.

Article 13

Un animal mort doit être traité avec respect. Les scènes de violence dont les animaux sont victimes doivent être interdites au cinéma et à la télévisionsauf si elles ont pour objectif de montrer les attaques commises contre les droits des animaux.

Article 14

Les organismes de protection et de sauvetage des animaux doivent être représentés au niveau gouvernemental. Les Droits des Animaux doivent être défendus par les lois, comme le sont les Droits de l’Homme.