Découvrez comment dorment les dauphins

· 8 mars 2019
Concernant le sommeil des dauphins, il ne faut pas oublier qu'ils doivent remonter à la surface pour respirer, ce qui semble incompatible, mais ça ne l'est pas. Que la nature est bien faite !

Ils passent tout leur temps dans l’eau, mais ils doivent venir à la surface pour respirer. Alors, comment les dauphins dorment-ils ? Dans cet article, nous vous parlerons des habitudes de sommeil des cétacés et autres mammifères marins.

Comment les dauphins dorment-ils ?

Les dauphins, comme les baleines ou les orques, doivent dormir avec un oeil ouvert et la moitié du cerveau éveillé. Oui, vous avez bien lu !

Ces mammifères maris procèdent à ce que l’on appelle le « sommeil à ondes lentesn ». Cela signifie que, au repos, un seul des hémisphères du cerveau perd conscience, tandis que l’autre moitié reste attentive.

Il en va de même pour les yeux puisque l’un se ferme – à l’opposé de la moitié cérébrale « éteinte » – et que l’autre reste ouvert. L’hémisphère cérébral qui ne se repose pas est chargé de surveiller la respiration, de remonter à la surface pour respirer. Dans une période de 24 heures, chaque hémisphère cérébral se repose quatre heures. Par conséquent, le dauphin doit huit heures par jour.

Parfois, les dauphins flottent immobiles près de la surface pendant qu’ils « dorment » et nagent très lentement à d’autres moments. Ils peuvent également aller au fond de l’océan et sortir pour respirer de temps en temps. Comme ils ne sont pas en action, ils n’ont pas besoin de respirer aussi souvent.

le sommeil des dauphins

Généralement, les dauphins dorment la nuit, deux heures avec l’hémisphère droit et deux heures avec l’hémisphère gauche. Ils répètent ensuite l’opération pour respecter les huit heures de sommeil quotidiennes.

Pourquoi les dauphins dorment-ils ainsi ?

Il existe un dicton qui dit que la nature est bien faite. Il n’y a rien de lié au hasard. Et chaque espèce est dotée de ce dont elle a besoin pour survivre.

Contrairement à ce que qui se passe chez les mammifères terrestres, les dauphins sont handicapés par l’eau et ne peuvent pas se reposer complètement, ni détendre leurs muscles. Ils ne peuvent pas se permettre de se détendre et de bien dormir, car comme ils ont besoin de respirer hors de l’eau, s’ils le faisaient, ils ne pourraient pas inhaler le précieux oxygène.

Mais en plus de cela, un autre problème important est qu’ils ne suspendent aucun de leurs sens. Même leur vision et leur odorat, comme c’est le cas pour les animaux qui habitent la terre.

D’autre part, si les dauphins dorment avec un oeil ouvert et une partie du cerveau en alerte, c’est aussi car ils doivent faire attention aux dangers possibles qui les entourent, tels qu’un bateau de pêche, un requin ou un orque.

le repos des dauphins

Et à leur tour, ils peuvent maintenir certains processus physiologiques toute la journée, tels que le mouvement musculaire nécessaire pour pouvoir conserver la température du corps dans l’eau. Bien qu’ils aient tendance à vivre dans des climats tropicaux et qu’ils aient le sang chaud, s’ils sont calmes, la chaleur de leur corps sera réduite. Ce qui pourrait avoir des conséquences sur leur santé.

Et qu’en est-il des baleines ?

Quelque chose de similaire aux dauphins se produit avec les grands animaux marins tels que les baleines ou les orques, qui doivent également remonter à la surface pour respirer. Cela signifie qu’ils nagent lentement et très près de la surface de la mer. Grâce à l’action de la moitié de leur cerveau.

Un autre fait intéressant sur le cycle de sommeil des baleines est que, quand elles sont petites, les grandes baleines se reposent, mangent et dorment à côté de leur mère qui ne cesse de nager. L’animal se place dans une position telle que les mouvements dans l’eau produits par la femelle lui permettent d’être propulsé. De cette façon, il peut dormir la plupart du temps sans se noyer.

Tout ceci n’est-il pas fascinant ? Grâce à cette « technique » du cerveau qui reste à demi-éveillé, les dauphins assurent leur survie et évitent les dangers.