Caractéristiques et répartition de la tortue matamata

· 6 mars 2019
La tortue matamata (Chelus fimbriata), également appelée simplement matamata, appartient à la famille des Chelidae. Actuellement, c'est la seule espèce reconnue du genre Chelus.

La tortue matama est un animal unique en son genre en raison de son apparence particulière. Contrairement à la plupart des tortues, qui ont tendance à avoir une apparence paisible et tendre, cette espèce peut faire peur.

Dans cet article, nous vous en dirons plus sur la tortue matamata, sur ses caractéristiques physiques, son comportement, son habitat et sa reproduction.

Caractéristiques physiques et taxonomie de la matamata

Morphologiquement, la matamata se caractérise par le fait qu’elle a une grosse tête allongée et aplatie de forme triangulaire. Son cou est également long et aplati et dépasse en longueur la colonne protégée par la carapace. Sur les côtés se trouvent des saillies qui donnent à son cou un aspect de scie.

Sa peau est recouverte de protubérances ou de tubercules, ce qui lui donne un aspect peu séduisant. Sur son menton, vous pouvez également voir une paire de moustaches et deux filaments supplémentaires.

Cependant, ces « écailles de peau » sont essentielles pour ce reptile. Grâce à son aspect particulier, la tortue matamata réussit à se camoufler facilement dans son environnement, ce qui lui permet de passer inaperçue auprès de ses éventuels prédateurs.

Le museau de la tortue est également très frappant du fait de son format tubulaire et allongé (semblable à un cor). Son nez agit comme une sorte de tuba, ce qui permet à cette espèce de tortue de rester immergée pendant plusieurs heures, sans avoir à s’exposer à la surface pour respirer.

La carapace du matamata mesure environ 45 centimètres de long chez les mâles adultes. Sa couleur prédominante peut varier entre brun foncé ou noir. Son plastron est étroit, sensiblement dressé vers l’arrière.

l'habitat de la tortue matamata

Dimorphisme sexuel

Le dimorphisme sexuel principal de la tortue matamata se trouve dans le format de son plastron. Chez les mâles, le plastron est effectivement plus concave que chez les femelles. De plus, leur queue est plus longue et plus épaisse.

Habitat des tortues

La tortue matamata est une espèce de tortue d’eau douce originaire d’Amérique du Sud. Sa population occupe largement les cours de l’Amazone et de l’Orénoque, et s’étend jusqu’au Brésil, au Pérou, au Venezuela, à la Colombie, à l’Equateur et à la Guyane.

La matamata montre une préférence pour les eaux calmes des rivières, des étangs et des marais, ainsi que pour les courants d’eaux noires. En général, elle vit dans les zones peu profondes, car son museau doit atteindre la surface afin qu’elle soit en mesure de respirer.

Fait intéressant, la matamata a été introduite artificiellement dans certains canaux de drainage dans le sud-est de la Floride (Etats-Unis). On estime que cela est dû au commerce illégal d’animaux de compagnie exotiques. Mais à ce jour, l’état de sa population dans cette région est inconnu.

Nourriture de la tortue matamata

Ces tortues sont strictement carnivores et leur régime alimentaire repose principalement sur la consommation de cichlidés et d’invertébrés aquatiques. Leur technique de chasse est intelligente et opportuniste, et elles tirent parti de leur capacité à se fondre dans leur environnement.

Les matamata passent de nombreuses heures pratiquement immobiles sous l’eau, la nuque camouflée par leur environnement. Lorsqu’elles identifient la présence d’une proie, elles « lèvent » la tête et ouvrent la bouche autant que possible.

la reproduction de la tortue matamata

Ce mouvement génère un « micro-environnement » de basse pression, qui aspire la proie à l’intérieur de sa bouche. Ensuite, la tortue ferme rapidement sa bouche, engloutit sa proie et expulse lentement l’eau vers l’extérieur.

Reproduction de la tortue

La saison de reproduction des matamata a lieu une fois par an, avec l’arrivée du printemps, dans l’hémisphère sud. Les mâles et les femelles se rencontrent entre début octobre et mi-décembre.

Avant l’accouplement, le mâle étend généralement la tête à plusieurs reprises et ouvre et referme la bouche simultanément. Il peut également étendre ses membres et jeter sa tête vers la femelle pour attirer son attention.

Après l’accouplement, la femelle a une grossesse d’environ 200 jours. En fin de grossesse, elle pond entre 12 et 20 oeufs sphériques, très fragiles et qui doivent être bien déposés.

Les petits sont d’une couleur rose ou légèrement rougeâtre sur le plastron et le bord inférieur de la carapace. Leur audition et leur toucher sont très développés, mais ils ont généralement une mauvaise vision. Ils ont des nerfs sensoriels dans les plis de leur peau qui les aident à détecter les mouvements dans leur environnement.

En captivité, la tortue matamata peut vivre jusqu’à 35 ans. Cependant, son espérance de vie dans son habitat naturel est encore inconnue. Une longévité moyenne de 15 à 20 ans a été estimée.