5 sous-espèces de tigres

· 10 novembre 2018
Semblables en terme de caractéristiques physiques et comportementales, ces grands félins sont très souvent en danger critique d'extinction.

Au sein de la famille des félins, le genre Panthera tigris ne se trouve que sur le continent asiatique. Il s’agit du plus grand prédateur carnivore au monde – avec le lion. Il existe au total cinq sous-espèces de tigres. Souhaitez-vous les connaître ? Nous vous les présenterons ci-après.

Quelles sont les sous-espèces de tigres ?

Bien que leurs pelage, leurs habitudes et leur alimentation soient très similaires, chacune des sous-espèces de tigres possède ses propres caractéristiques. Parmi les six sous-espèces existantes aujourd’hui, cinq sont plus fréquentes. La sixième sous-espèce est l’Amoy, existant probablement qu’en captivité.

1. Tigre de Sumatra

Avec une population sauvage de 500 spécimens, le tigre de Sumatra – photo illustrant le présent article – est en grand danger d’extinctionIl ne vit que sur cette île d’Indonésie, tant dans les forêts que dans les plaines, les basses terres et  les montagnes.

Il s’agit du plus petit des tigres actuels. Les mâles mesurent un peu plus de deux mètres et pèsent environ 120 kilos. Les rayures du corps sont plus minces. Le tigre de Sumatra possède une crinière bien développée. Il a également une membrane entre les doigts des pattes, pour nager.

2. Tigre de Malaisie

Voici une autre des sous-espèces de tigres dans un état critique d’extinction (environ 500 spécimens en liberté). Le tigre de Malaisie vit dans certaines zones de la péninsule de Malacca, propriété de la Thaïlande et de la Malaisie.

le tigre de Malaisie : une des sous-espèces de tigres

Le tigre de Malaisie mâle peut atteindre 260 centimètres de long, la femelle étant légèrement plus petite, environ 240 centimètres. Ils se nourrissent de cerfs, de sangliers et de cochons, bien qu’ils puissent dans certains cas chasser les bébés d’ours, d’éléphants et de rhinocéros.

3. Tigre d’Indochine

Egalement appelé le tigre de Corbett, le tigre d’Indonésie vit au Cambodge, au Laos, en Chine, à Malacca (où il cohabite avec le tigre de Malaisie), en Birmanie, au Vietnam et en Thaïlande. Sa population sauvage compte environ 1 300 spécimens. Il est donc lui aussi en danger d’extinction.

 

Les mâles pèsent un peu moins de 200 kilos. Leur fourrure est un peu plus sombre que les autres sous-espèces de tigres. Il s’agit d’un animal solitaire qui se nourrit d’ongulés de taille moyenne à grande, comme le cerf sambar, ainsi que de sangliers et de bovins indigènes d’Indochine.

4. Tigre du Bengale

Nous pourrions dire qu’il s’agit de la sous-espèce la plus connue et la plus répandue en Asie. Il est présent en Inde, au Bangladesh (il est considéré comme l’animal national dans ces deux pays), au Tibet, au Népal, au Bhoutan et en Birmanie. Il est cependant lui aussi en danger d’extinction.

 

La peau du tigre du Bengale est orange ou fauve. Il peut, en raison d’une mutation génétique, y avoir des spécimens blancs avec des lignes noires. Il s’agit de l’un des plus grands du genre puisque les mâles dépassent les trois mètres de long et pèsent 200 kilos.

Les mâles vivent seuls, les femelles se regroupent avec leurs petits jusqu’à ce qu’ils puissent se débrouiller seuls. La plupart des bébés naissent entre février et mai, après une gestation d’environ 100 jours. Les portées peuvent être composées de six bébés au maximum. Ces derniers naissent les yeux fermés et restent auprès de la mère pendant deux ans.

5. Tigre de Sibérie

La dernière des sous-espèces de tigres possède plusieurs noms : de l’Amour, de Caspienne, de Perse ou de Sibérie. Elle vit dans des forêts à l’extrême sud-est de la Russie, à la frontière de la Chine et dans la région du fleuve Amour.

le tigre de Sibérie : une des sous-espèces de tigres

Ils partagent la Taïga avec d’autres grands prédateurs tels que le loup, l’ours, le léopard, le lynx et le carcajou. Ils se nourrissent d’ongulés, de sangliers et de cervidés, comme le wapiti et le sika japonais.

Le tigre de Sibérie est présent dans la culture de la région. Il est en effet présent sur le blason de plusieurs villes (telles que Vladivostok et Irkoutsk), d’une équipe de football régionale. Il fut même l’emblème des Jeux olympiques de Séoul en 1988.