N’essayez pas de surprotéger votre chien

· 18 septembre 2018
Combien de fois avez-vous dit que votre chien d'amour était un membre supplémentaire de votre famille et que vous le traitez comme un enfant ? Nous les humains, nous avons tendance à "humaniser" nos animaux de compagnie en les considérant comme des enfants et cela n'est pas bon pour leur bien-être mental.

N’essayez pas de surprotéger votre chien car au lieu de lui faire du bien, cela l’affecterait sérieusement.

Surprotéger son chien : pourquoi ?

A notre époque, on traite les animaux comme des bébés, ils se promènent dans la rue avec leur combinaison anti-pluie ou leur manteau pour les jours d’hiver. Difficile d’expliquer à leurs maîtres que les surprotéger de cette manière est mauvais pour eux…

Nous adorons nos chiens et nous avons envie de les gâter, certes. Or, l’animal souffre car il ne comprend pas vraiment pourquoi on le traite de cette manière. Si nous sommes surprotecteurs avec nos animaux, ceux-ci ne pourront pas développer leurs qualités innées, comme par exemple la défense face à l’attaque d’un autre animal.

ne pas surprotéger son chien

Les chiens doivent renifler, chercher, être à l’affût de ce qu’il se passe autour d’eux. Comment un chien peut-il « remplir sa mission de chien » si ses maîtres ne le laissent pas sortir dans la rue ? S’ils lui mettent des chaussures ? S’ils l’emmènent dans leurs bras tout le temps ?

En le privant de sensations naturelles, nous le transformons en jouet. Nous l’empêchons de faire ressortir ses talents canins. Il est plus probable que l’animal soit névrosé, anxieux, agressif ou maladif s’il est promené aux bras.

Contrairement à ce que l’on pense généralement, surprotéger un chien ne le rendra ni plus sain ni plus fort. En réalité, cela contribuera à ce qu’il tombe malade continuellement. Il n’aura pas de « frictions » avec les autres chiens et ne saura pas se défendre. Ainsi, il sera totalement dépendant de vous. Le jour où pour une quelconque raison vous ne pourrez pas vous en occuper, il sera pratiquement laissé seul face à la chance de s’en sortir.

Chiens surprotégés, chiens stressés

Il n’est pas recommandé, par exemple, de prendre notre chien dans nos bras pour éviter qu’il interagisse avec d’autres chiens. Pourquoi ? Car il a besoin de ce contact naturel avec d’autres êtres similaires à lui. S’il y a un animal au sol qui essaye de s’approcher de lui et qu’il reste dans vos bras, il ne se sentira pas protégé. Au contraire, cela la stressera.

Il en va de même si vous le câliner quand il y a du tonnerre. Même si vous ne voulez pas qu’il souffre, vous devez comprendre que face à ces situations étranges, l’animal doit avoir l’intuition du danger.

Si nous agissons de manière différente à ce dont il est habitué, il pensera qu’il est vraiment dans une situation de crise. Cela augmentera ses battements de cœur et entrecoupera sa respiration. Il se sentira comme attrapé et proche de la mort.

Surprotéger son chien, un problème humain

ne pas surprotéger son chien

Quand un animal de compagnie est trop soigné, la faute doit être attribuée au maître, pas à l’animal. Si vous ne l’avez jamais éduqué de la bonne manière et qu’il n’a pas de règles fixes, il ne comprendra pas du tout les demandes, les défis ou les punitions. Il aura sûrement plus de mal à assimiler quelque chose de nouveau.

Le chien surprotégé ne sait pas qui représente l’autorité dans la maison. Il dépasse les règles et fait ce qu’il veut. Cela mène au final à des cas de maltraitance animale et de violence. Dans tous les cas, les humains sont responsables.

La conclusion n’est pas du tout de laisser de côté le chien ou de le frapper. Ni qu’il dorme dans le lit ou qu’on le regarde comme s’il était une personne humaine. Les câlins, les récompenses, le confort et la protection sont vitaux mais sans exagération. 

Dans le cas contraire, nous devrons faire face à un chien anxieux, désobéissant, agressif. Qui casse tout ce qu’il croise sur son chemin. Qui est jaloux avec les autres animaux et les enfants, qui aboie et qui est stressé. Ou encore un chien qui n’est pas sûr de lui et hyperactif.

Rien de tout cela ne contribue à sa santé. Probablement tombera-t-il plus malade qu’un autre chien qui, lui, joue avec les autres animaux, sort dans la rue et ne porte pas de vêtements en hiver.