Faire le deuil d’un animal domestique: est-ce la même chose que pour une personne?

· 18 janvier 2018

Lorsque qu’un chien ou un chat décède, la majorité des propriétaires éprouvent les mêmes sentiments que s’ils avaient perdu un être cher. Des troubles du sommeil, une perte d’appétit ou une dépression font alors leur apparition. Faire le deuil pour un animal domestique est en général plus important que pour la perte d’une personne. Vous en apprendrez plus sur le sujet en lisant cet article.

Faire le deuil d’un animal domestique: un moment douloureux

Les personnes ayant subi la mort d’un chien ou d’un chat savent que c’est un sentiment très douloureux. Cela peut même être pire que le décès d’un parent. Une grande majorité des maîtres d’animaux domestiques souffrent par la suite de troubles:

  • du sommeil,
  • d’un déséquilibre alimentaire,
  • ou encore d’un déséquilibre de la vie quotidienne

Nombreux sont donc les tourments après la mort de leur meilleur ami.

Un chien assis sur la plage au coucher du soleil

De plus, beaucoup de personnes affirment avoir eu par la suite des problèmes de concentration, une perte d’énergie et même avoir souffert d’apathie et de dépression. Cela est d’autant plus vrai pour les couples sans enfants qui considèrent leur animal de compagnie comme leur « bébé« . Souvent, le décès de l’animal se solde par un divorce ou une séparation.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les propriétaires de chats ont tendance à plus souffrir de la perte de leur animal que les propriétaires de chiens. Pourquoi? Parce que les chats sont élevés dans des espaces plus réduits. Ainsi, comme le dise certains, ils ont une connexion spirituelle avec les personnes.

Les enfants et les seniors sont plus vulnérables pendant le deuil d’un animal domestique

Bien que l’impact que puisse générer la perte d’un chien ou d’un chat dépende grandement de la personnalité de chacun, il est certain que cet évènement touche deux groupes de personnes en particulier: les personnes âgées et les enfants.

Pour les premiers, c’est souvent parce que l’animal représentait leur seule compagnie. En effet, souvent, la personne est veuve et les enfants sont partis de la maison. Concernant les enfants, bien que ce n’ait pas encore été démontré, beaucoup d’enfants naissent avec un animal de compagnie déjà présent dans leur foyer ce qui rend la perte encore plus difficile à surmonter.

Peu importe l’être cher perdu. Il est fondamental de traverser ce processus de perte et de deuil. Ainsi, il est important de fermer la boucle. Il faut être capable de surmonter le moment où nous enterrons l’animal jusqu’au point où il devient un souvenir qui nous remplit d’amour.

Faire le deuil d’un animal domestique: le choc de la perte

La première réaction que l’on peut observer chez une personne qui vient de perdre son compagnon est généralement qu’elle ne comprend pas la situation. Bien que l’animal ait vécu de nombreuses années ou qu’il souffrait d’une maladie grave (qui supposément préparerait mentalement la personne à la perte), la douleur reste la même.

Il est normal de ressentir la présence de l’animal. Y compris après l’enterrement ou la crémation.

Avoir l’impression d’entendre le bruit de ses pas à côté du lit ou ses miaulements derrière la porte est tout à fait normal. Certains disent que l’âme de notre animal reste à nos côtés pour nous dire que tout ira bien. D’autres affirment que ces « bruits » proviennent de  notre habitude à entendre ces sons.

Au quotidien, les moments que nous avions l’habitude de partager avec notre animal sont les plus douloureux. Par exemple, en rentrant du travail, plus personne ne nous attend en remuant la queue, se blottit contre nous en ronronnant les soirs d’hiver et lorsque qu’on va se promener au parc, il nous manque quelqu’un avec qui jouer.

Les personnes âgées et les enfants sont les plus vulnérables à la perte d’un animal de compagnie.

Un chien est un homme près d'une tombe

Lui dire adieu

Avec le temps, les souvenirs de cet être si cher ne nous fait plus autant mal et ne nous fait plus pleurer. Il est plus facile de regarder une photo de notre animal ou de parler de ses espiègleries sans avoir de la peine.

Si notre animal est enterré dans un cimetière animalier, nous pouvons rendre visite à sa tombe. Peut-être même et lui laisser quelques jouets les premiers temps suivant la perte. Pour d’autres, il s’agira de publier des photos dans un cimetière virtuel et lui laisser un message. Ces sites nous aident à réaliser que nous ne sommes pas les seuls à passer par l’étape du deuil.

Il est recommandé d’accueillir un autre chien ou un autre chat dans le foyer une fois le deuil surmonté. Nombreuses sont les personnes qui se précipitent. Elles achètent ou adoptent immédiatement un nouvel animal pensant que c’est le meilleur moyen d’oublier celui que l’on a perdu. Néanmoins, ce comportement peut être contreproductif. Pourquoi? Parce que la personne n’est pas prête pour le changement. Ainsi, des comparaisons avec l’être perdu et le nouvel animal se feront à maintes reprises et le propriétaire ne pourra s’empêcher d’essayer de le rendre identique.