Améliorer la qualité des œufs de poules

· 12 mai 2018
La qualité des œufs est essentielle pour les revenus des producteurs et la santé des consommateurs, mais elle suggère également que les poules pondeuses soient nourries correctement.

Il est possible d’analyser la qualité des œufs en observant le jaune, l’albumen et la coquille.

Qualité du jaune d’œuf

La qualité du jaune d’œuf se révèle dans sa consistance, sa couleur et sa composition. La couleur du jaune d’œuf varie du jaune pâle à l’orange foncé. La tonalité dépend de l’assimilation des pigments lipidiques qui composent l’alimentation des poules.

De nombreux producteurs utilisent des substances synthétiques ou des aliments pour animaux spécifiques pour obtenir la couleur la plus recherchée par les consommateurs. Cela dépend de chaque élevage, mais nous associons généralement une couleur plus intense à l’œuf de plein champ.

La combinaison synthétique est généralement composée de zéaxanthine, lutéine et capsanthine dans des proportions différentes. On pourra ajouter du maïs ou de la luzerne dans l’alimentation des volailles.

une poule dans un pré
La consistance du jaune d’œuf dépend principalement de la perméabilité de la membrane vitelline. L’alimentation des poules n’influence généralement pas directement cette perméabilité, mais les facteurs suivants sont déterminants : les conditions de stockage, l’âge de la poule pondeuse et le temps écoulé entre la ponte et la consommation.

Des tâches dans le jaune d’œuf

L’un des aspects les plus importants de la composition du jaune d’œuf est la présence de petites hémorragies. Ces taches de sang se forment pendant l’ovulation et apparaissent à la surface du jaune d’œuf. Lorsqu’elles sont oxydées, celles-ci deviennent brunes ou blanches.

La cause de ce phénomène est liée à des facteurs génétiques, à l’âge et au stress de l’animal. On pense maintenant que la présence de substances toxiques dans les aliments commerciaux peut augmenter la fréquence des tâches.

Qualité de l’albumen

La qualité de l’albumen se détermine principalement par sa consistance. Les facteurs les plus déterminants sont la fraîcheur des œufs et l’âge de la poule pondeuse, bien qu’une bonne alimentation est également essentielle et doit contenir des niveaux et des sources adéquates de protéines.

Les farines de viande ou de haricots sont des sources de protéines favorables à la consistance de l’albumen, alors que les farines de colza et de tournesol sont préjudiciables à sa consistance. De plus, des acides aminés spécifiques, comme la lysine, ont un effet positif sur la consistance de l’albumen.

Cependant, l’excès de magnésium et d’autres métaux dans l’alimentation de la poule peut nuire à la qualité des œufs. Il en va de même pour la contamination au vanadium, que l’on peut contrer par des doses contrôlées d’acide ascorbique.

Qualité de la coquille

Concernant la coquille, le seul aspect qui peut être modifié par l’alimentation de la poule est son épaisseur. Près de 95 % de la coquille d’œuf est composée de carbonate de calcium, une substance qui, bien que dérivée principalement des os de l’animal, peut également être modifiée par l’alimentation de l’animal.

C’est pourquoi on peut ajouter une dose supplémentaire de calcium à la nourriture des poules pondeuses. Il est recommandé que le calcium soit accompagné de phosphore inorganique pour favoriser la reconstitution osseuse chez les animaux.

Il convient également de noter que l’alimentation des poules pondeuses doit nécessairement contenir de la vitamine D3, qui est essentielle pour favoriser la calcification des os et améliorer la densité de la coquille.

un groupe de poule

Qualité des œufs : soins à prendre lors de la manipulation et médecine préventive

Tout d’abord, il est important de signaler que la médecine préventive aide les animaux  à rester sains et productifs. A cet égard, il est essentiel de respecter une vaccination régulière contre le syndrome de la déficience posturale, la bronchite infectieuse et la maladie de Newcastle.

En ce qui concerne le traitement des animaux, l’idéal est de réduire au maximum le stress sur le lieu d’élevage. Evitez les changements soudains dans leur habitat, dans l’éclairage et en évitant le surpeuplement. Mais il faut également maintenir des horaires et des fréquences régulières pour le ramassage des œufs.

La qualité des œufs aura également un impact sur la santé des consommateurs. De nos jours, on a tendance à obtenir des œufs aux qualités nutritionnelles privilégiées : haute teneur en oméga-3, vitamines et acide folique.