Les chevaux ont-ils la capacité de penser ?

17 janvier 2019
De nombreuses choses ont été dites sur l'intelligence des animaux. Mais les chevaux ont-ils la capacité de penser ?

Les chevaux sont des animaux remarquables non seulement pour leur apparence majestueuse, mais également pour leur comportement noble et sensible. Il existe de nombreuses démonstrations de leur capacité à apprendre, à mémoriser et à faire preuve d’empathie. Dnombreuses personnes se demandent néanmoins si les chevaux ont réellement la capacité de penser.

Les chevaux ont-ils la capacité de penser ou non ?

Pour répondre à cette question, nous devons d’abord définir clairement ce que nous appelons penser. Nous aboutirons sûrement à une réponse négative si nous attendons des chevaux qu’ils rationnent et comprennent leur environnement de manière identique à la notre.

Les chevaux étant des animaux très différents des hommes. Leur façon de percevoir et d’interpréter le monde pourrait difficilement être identique à la nôtre.

Mais ces différences ne signifient pas que les humains et les équidés ne peuvent pas présenter certaines similitudes dans leurs formes d’intelligence. Par exemple, les sens sont aussi importants pour les chevaux que pour les humains.

En pratique, ces animaux ont l’avantage d’avoir des sens beaucoup plus développés que les nôtres. Ils peuvent en effet, grâce à leurs perceptions sensorielles, collecter les informations de base pour comprendre leur environnement. Il en va de même pour les modifications qui y sont apportées.

Nous pouvons également considérer que l’acte de penser peut se manifester ou être traité différemment selon les individus. Autrement dit, un cheval pourrait disposer d’une pensée structurée différente de celle des humains, tout en restant intelligent.

Nous devrions en outre prendre en considération l’existence de multiples formes d’intelligence, tout aussi valables et admirables. Nous serions ainsi en mesure d’affirmer que les chevaux ont la capacité de penser, même s’il nous reste encore beaucoup à apprendre sur leur façon de comprendre et de communiquer avec le monde.

les chevaux peuvent penser

 

La structure sociale et l’apprentissage des chevaux

Une observation fantastique sur l’intelligence des chevaux est leur capacité à apprendre à travers une structure socialeLes équidés sont des êtres très sociables et sensibles. Ils forment généralement, à l’état sauvage, de grands groupes pour se défendre et prendre soin d’eux-mêmes en communauté.

Peu de personnes reconnaissent cependant que les équidés maintiennent une structure familiale bien établie. Chaque troupeau possède en effet un chef chargé de guider les autres spécimens, privilégiant au bien-être collectif.

Dans la relation homme-cheval, nous estimons que le cavalier ou le soignant exerce le rôle que le leader assumerait naturellement. Ceci est évidemment valable pour des liens sains, où l’obéissance et l’apprentissage reposent sur la confiance et le respect mutuel.

Les poulains apprennent de leurs mères

Nous avons également pu constater que les poulains apprennent et expérimentent dans leur environnement en observant le comportement de leur mère et des autres adultes. Il est donc très fréquent de les voir imiter les actions de leurs progéniteurs et des autres chevaux du même groupe.

Cet apprentissage est essentiel pour que le poulain sache se comporter dans la structure sociale de son troupeauCeci leur permet en outre de gagner progressivement confiance en eux jusqu’à ce qu’ils se sentent prêts à devenir adultes et à survivre seuls.

trois chevaux

Autres faits intéressants sur l’intelligence des chevaux

Ils apprennent facilement et possèdent une excellente mémoire

Ceux qui ont déjà eu la possibilité de voir un cheval s’entraîner connaissent leur facilité d’apprentissage. Comme les chiens, les équidés répondent généralement de manière optimale au travail reposant sur le renforcement positif.

En renforçant les comportements souhaités par des récompenses, nous parvenons rapidement à ce que le cheval les mémorise et les exécute parfaitement.

Les contextes de stress important et de méthodes négatives, telles que le recours à la punition, sont en revanche extrêmement contre-productifs. Un cheval effrayé ou peu sûr de lui qui ne trouve pas un environnement positif pour s’exprimer développera difficilement ses capacités physiques, cognitives, sociales et émotionnelles.

Les chevaux se distinguent par ailleurs par une grande capacité de mémorisation. Cela facilite donc leur dressage et leur permet également de tisser des liens très profonds avec leurs protecteurs. Cette puissante mémoire peut néanmoins générer la formation de traumatismes et de phobies chez ces animaux victimes d’abus ou de mauvais traitements.

Chaque cheval possède une personnalité unique

A l’instar des humains, chaque cheval possède sa propre personnalité. Nous pouvons effectivement alors parler de traits communs dans le comportement des chevaux. Il reste néanmoins impossible de prédire le comportement d’un cheval spécifique.

Sa façon de s’exprimer et d’interagir avec les personnes, les autres chevaux et son propre environnement dépend de plusieurs facteurs. Le patrimoine génétique a ici une influence. Le comportement de chaque animal dépendra néanmoins largement de l’environnement, des soins et de la stimulation fournis par ses protecteurs.

Il n’existe donc pas deux chevaux identiques ni en apparence, ni en comportement. Il est donc essentiel, lors de l’adoption d’un cheval, de garder à l’esprit que son intelligence et sa sensibilité dépendent de notre dévouement pour atteindre leur niveau optimal.